29/06/2015

PANIQUE À STOCKHOLM

Les musulmans réfugiés/résidents/envahisseurs (rayez les mentions inutiles) en ou de la Suède ont tout d'un coup un problème. Ils sont dans l'impossibilité de faire le ramadan. Tristesse. On va voir pourquoi.

Revenons en arrière. L'islam, au départ, était une petite religion régionale qui essayait de s'affirmer en face de polythéistes qui trouvaient que c'était bien comme ça et de juifs qui avaient leur petite idée sur ce qu'il fallait croire. Mais le fondateur de l'islam, ambitieux comme pas deux, entendait faire de sa religion un mouvement universel (le Coran, passim). C'était sans compter sur l'inclination de l'axe terrestre qui provoque les saisons et la durée variable des jours. Notre homme avait établi son quartier général à Médine. Bon, ça n'est pas l'équateur, mais les jours y sont quand même sensiblement égaux aux nuits. L'idéal, pour faire le ramadan, c'est Libreville, latitude N.0.23, soit la parfaite égalité. Dans cette capitale du Gabon, on voit passer les solstices et les équinoxes dans la plus parfaite indifférence. Il n'en va pas de même à Stockholm (latitude N.59 et je ne vous parle même pas de Narvik ou de Mourmansk) où le soleil en prend vraiment à son aise. Résultat : entre le moment où il se couche et où on se tape joyeusement la cloche après une journée jeûnée et le copieux couscous d'avant l'aube qui permettra de tenir le coup pendant une nouvelle épreuve, il ne reste plus de temps pour dormir. Cela, le fondateur ne l'avait pas prévu. Il faut dire que notre homme avait de l'astronomie des connaissances sommaires, il parle ainsi du Soleil sur son orbite (Coran, XXI, v.33) donc, non, restez assis, qu'il tourne autour de la Terre, oui, comme avant Galilée. Avec pour conséquence, puisque le Coran, d'essence divine, ne peut pas être mis à jour, que le musulman contemporain doit croire au géocentrisme. Qu'il en prenne son parti.

Alors, nos croyants scandinaves, je comprends leur problème. M'étant réveillé une nuit vers les deux heures à Inverness, en Écosse (latitude N. 57), je voyais le ciel clair et impossible de dire si c'était la fin du crépuscule ou le commencement de l'aube. Alors Stockholm, plus au nord...

Ce qu'on peut dès lors leur recommander, c'est de tricher un peu et de se baser pour leur horloge de jeûne sur le temps, disons, de Libreville où c'est chouette. À moins qu'ils ne croient à cette fable nuisible de l'Enfer où ils seraient précipités par Allah le Miséricordieux, celui qui fait miséricorde (Coran, en exergue à chacune des sourates) pour manquement au règlement. C'est leur décision.

P.-S. : Pour des raisons de sécurité, une fatwa est si vite décrétée, je n'ai pas donné le nom de ce fondateur de religion décrit supra. Vous le trouverez crypté dans les deux phrases suivantes :

Qu'on le pende au grand mât. Oh mais, il va voir de quel bois je me chauffe.
Arrivé au faîte du pouvoir, Mao met les bouchées doubles.

J'espère que vous allez trouver. Il n'y a pas de récompenses.

13:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

19/06/2015

SOULAGEMENT

Je me faisais du souci, les musulmans sont en plein ramadan et il s'agissait de savoir quand cela commencerait, le 17 ou le 18 juin. Nos cultures occidentales frustes ont décidé sans trop se poser de questions que par exemple la fête nationale aurait lieu le quatorze juillet ou le premier août. L'islam, beaucoup plus raffiné, doit d'abord consulter le ciel pour savoir quand et où apparaîtra le croissant de lune décisif. C'est de l'astronomo-théologie. La même précision règne quand il s'agit de la prière. Un catholique prie le matin quand il se lève et le soir quand il se couche, et cela peut varier beaucoup. C'est un peu n'importe quoi. Le musulman est enjoint de prier à heures fixes, une première fois disons à quatre heures trois (région parisienne), mais à Tourcoing, on prie déjà à trois heures quarante-huit. Suivent, pendant la journée, quatre piqûres de rappel. Toutes les villes du monde savent ainsi à quoi s'en tenir, même le Vatican, mais là l'islam fait peut-être preuve d'un optimisme exagéré.

Ainsi donc, les savants ont décrété que ça serait le 18. À la bonne heure ! Cette année, les savants étaient d'accord, il n'y a pas eu de bisbille, c'est un soulagement. Il faut savoir que « savant » en islam ne se réfère pas à des Einstein, Pasteur ou Faraday mais à des personnes versées dans le Coran et les hadits du Prophète et qui décrètent ce qui est péché et ce qui ne l'est pas. Serait péché, par exemple, se dispenser carrément de faire ramadan. Le jeûne est un des piliers de l'islam et est par conséquent une chose qui permet d'espérer, pour plus tard, le paradis.

Qu'on me permette cependant un bémol : pendant le ramadan, les musulmans ne jeûnent pas vraiment, ils changent simplement les horaires des repas. Ayant vécu une journée sans manger ni boire, après le coucher du soleil, ils font même bombance. Cela s'accompagne de quelques inconvénients mineurs : déshydratation, surtout chez les vieilles personnes, accident vasculaire-cérébral, coma par hypoglycémie, accidents de la route dus à la somnolence (si vous voyez un bus conduit par un musulman, ne montez pas) et autres bricoles.

Mais surtout d'après des études sérieuses (mais faites peut-être par des mécréants) le ramadan (non, restez assis) ferait grossir. Ce que j'en dis, remarquez, c'est surtout pour mettre en garde de jeunes musulmanes qui auraient souci de leur ligne. Ça doit exister.

16:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/06/2015

LA GAUCHE PORRIDGE

Un séminaire vient de se tenir au collège André-Chavanne sur les problèmes que pose désormais la religion à l'école, phénomène nouveau. Il n'est pas rare en effet que des élèves musulmans ou juifs reprennent le maître sur une affirmation en déclarant que l'imam ou le rabbin disent tout autre chose. Il pourrait arriver par exemple que l'enseignant en géo, en normal successeur de Galilée, déclare que la Terre tourne autour du Soleil. Il se verrait opposer le verset 2 de la sourate XIII, qui dit « Il (donc Allah) a soumis le soleil et la lune – chacun d'eux poursuit sa course... » Le Soleil donc, mais restez assis, se déplace autour de la Terre. Terre qui est au demeurant plate, il faut que ça se sache. Il fait quoi, le prof, devant ce petit con qui s'en tient au texte divin, donc supérieur ?

C'est à ce genre de problème que le séminaire était consacré.

Les réactions ont été contrastées. Beaucoup de positives : oui, il faut parler de ces problèmes, essayer d'en faire façon. Le plus tôt sera le mieux, sinon ils vont empirer. Mais il y a aussi des positions négatives : vous comprenez, oui, bien sûr, il faudrait faire quelque chose mais est-ce le moment ? Et si vous parlez des juifs et des musulmans, vous les stigmatisez, vous devenez forcément islamophobes et/ou antisémites.

On en est là. Ces hésitations, ces atermoiements, on a regret de le dire, viennent d'une gauche genevoise contaminée par l'exemple de la française qui, s'y étant prise trop tard, ne maîtrise plus la situation, une gauche porridge qui nous sert un brouet fade que le plus édenté des électeurs est capable d'avaler. Ça craint.

21:53 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |