10/08/2015

LE SENS DU SACRÉ

C'est vrai, j'ai tourné le dos aux religions, à toutes, et je m'en trouve bien. Je les trouve néfastes, voire criminelles. Cette position m'évite de cautionner les propos nauséabonds de l'évêque de Coire, d'approuver le bûcher des sorcières et des hérétiques, l'autodafé des livres « maudits », quelquefois avec leur auteur ; d'accepter qu'on lapide les adultères, qu'on coupe la main des voleurs ou qu'on précipite dans le vide du haut d'une tour les homosexuels, tout ça au nom d'un dieu qui vous aime, version chrétienne, ou miséricordieux, version musulmane.

Mais pour autant, il ne faut pas croire que je n'ai pas le sens du sacré, tant s'en faut. Ainsi, pour moi, est sacrée l'intégrité physique des pompiers (plutôt que la réputation du Prophète ou la virginité de Marie). Quand j'entends que des pompiers qui font leur travail sont attaqués par des voyous, mon sang ne fait qu'un tour. Comment peut-on ?

À tel point qu'il m'est venu l'idée d'une lettre, totalement déraisonnable mais que je vous soumets néanmoins. Que cela reste entre nous.

« Chers parents,

Votre fils a été interpellé (puis relâché) pour avoir caillassé des pompiers lors d'une de leurs interventions. Quel que soit son niveau d'intelligence, il doit néanmoins comprendre ceci : les pompiers ont pour activité le sauvetage des bâtiments en feu et souvent celui de vies humaines. Il est donc inadmissible qu'ils partent en mission la peur au ventre et qu'ils soient empêchés d'accomplir leur tâche en toute sécurité.

J'ai donc décidé ceci. Désormais, ils seront protégés par la police dont les fusils seront chargés de balles réelles, et si votre fils continuait à faire le petit con, la police n'hésiterait pas à l'abattre. Cela ferait certes un mort, mais cela sauverait peut-être des vies humaines – les vôtres par exemple. La même procédure sera aussi valable pour les voitures qu'on brûle et qui sont pourtant indispensables à celui qui se rend à son travail et qui n'a peut-être pas fini de payer les traites.

J'aime à croire que vous êtes des parents aimants, vous voudrez donc bien mettre ces dispositions dans la tête de votre fils et qu'elles y restent.

Avec mes salutations républicaines,

Bonnecaze, votre nouveau ministre de l'Intérieur. »

 

Cette lettre sort évidemment de mon imagination délirante et ne peut en aucun cas être envoyée. D'abord, il n'y a pas de ministre Bonnecaze, il n'y a qu'un Cazeneuve (un oxymore ?) dont on ne peut attendre que de mesures faiblardes. Mis à part ce moyen extrême et inapplicable, il doit y avoir une solution au problème, c'est au ministre de la trouver, il est payé pour ça. Mais n'est ce pas déjà tard ?

P.-S. : Il pourrait m'être objecté qu'un Suisse n'a pas à se mêler à ce qui se passe dans un pays voisin et quelquefois ami, que ce ne sont pas ses zwibeli. Je vais me justifier par une citation du Coran (on ne ricane pas) :

Celui qui a tué un homme est considéré comme ayant tué tous les hommes. (Sourate V, verset 32).

Transposons : Celui qui a agressé un pompier est considéré comme ayant agressé tous les pompiers.

Hamdoulilah.

20:03 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Des bonnes idées, MAIS les chrétiens ne lapident pas et ne coupent pas les mains!!

Écrit par : Livia Varju | 17/08/2015

La chance qu'ils ont, les voleurs chrétiens et surtout les femmes adultères chrétiennes.

Écrit par : andre.thomann | 17/08/2015

Il n'y a pas de virginité de Marie.

Les recherches y compris par la généalogie ont permis aux chercheurs concernés de se rendre jusqu'à l'endroit précis ou a vécu Joseph avec sa famille. Joseph marié deux fois. Marie, sa seconde épouse. Enfants des deux mariages dont Jésus traité de "bâtard, fils d'impure" "non heureux en famille"! ce qui éclaire certains versets évangéliques... sans parler d'avoir appelée "vierge" une femme mère donc... ayant accouché... par le fait dans l'impossibilité d'avoir gardé son hymen intact!

A moins, telle Gargamelle, d'avoir accouché par l'oreille.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/08/2015

Les commentaires sont fermés.