MON COMING OUT

Imprimer

J'entendais un jour Hani Ramadan déclarer à mon propos : « André Thomann, qui se proclame athée... ». Or, je ne me proclame pas athée dans ce sens que je ne monte pas sur une estrade en clamant ma conviction au moyen d'un porte-voix, je signale simplement la chose quand c'est utile au débat, comme ici. L'athée a une foi, si on peut l'appeler ainsi, qui vaut celle de ceux d'en face. Il la fonde sur une absence de preuves palpables. Lorsque Moïse (on va admettre son existence comme hypothèse de travail) raconte que Yahvé lui a donné tel et tel ordre, lorsque Mahomet parle de son téléphone rouge qui le met en contact direct avec Allah, il n'en croit pas un mot.

L'athéisme a pour lui qu'il ne tue pas. Qu'on ne me parle pas des crimes de l'athée Staline, ça n'a rien à voir, le ci-devant Djougachvili était un paranoïaque qui aurait mérité l'asile psychiatrique où il envoyait ses opposants. Il aurait pu être catholique, orthodoxe, (il a failli devenir prêtre), musulman ou adorateur de l'oignon. L'athéisme ne tue pas pour la bonne raison qu'il ne connaît aucun dogme et donc aucun hérétique qu'il s'agirait d'éliminer.

Tandis qu'en face...

La petit frappe militante qui s'est fait sauter avec sa ceinture d'explosifs dans un théâtre bondé, entraînant avec lui de nombreux spectateurs qui en infectaient la salle, ça n'est pas qu'il en avait assez de la vie, c'est bien qu'il en espérait une meilleure après celle-ci. Mais où avait-il été pêcher ça ? Ah mais j'y suis : c'est dans le (noble) Coran. Ce livre dont certains pensent qu'il a été écrit sous dictée par Dieu lui-même fait miroiter aux naïfs un paradis où on se la coule douce et « où coulent les ruisseaux », l'expression y vient à de nombreuses reprises, succès assuré dans des pays où l'oued est d'un débit parcimonieux en été. Mais ce paradis, pour y accéder, il faut le mériter. Facile, il y a le mode d'emploi. Celui qui aura fait avancer la religion d'Allah, la seule qui vaille, celui qui aura fait des conversions de mécréants, ce qui est difficile, il y a des récalcitrants, celui qui en aura fait disparaître d'autres, celui-là aura droit aux félicités suprêmes. Pourquoi se priver ?

Reste à savoir ce qu'il faut faire de ce livre maudit. Un livre qui dit qu'il faut me tuer à cause de mes convictions, je dois dire que je n'aime pas. Un livre qui a déboussolé complètement le petit gars cité plus haut, un livre qui l'a complètement empoisonné, un livre qui prône le massacre, comment le combattre, le livre et son auteur, prédicateur menteur et massacreur lui-même à ses heures ?

Il est bien entendu qu'il ne faut pas l'interdire. On n'interdit pas un livre. Mais on peut le contrer. Par une propagande inverse. Si ça marche dans un sens, ça peut marcher dans l'autre. D'abord s'adresser à ceux, non-musulmans, qui n'ont pas lu le Coran et qui pensent que c'est un livre saint comme un autre, qui vous objectent que l'Ancien Testament contient aussi de la violence. Avec cette différence que les violences vétéro-testamentaires sont des récits de violences passées et non des injonctions. Il faut leur dire, leur répéter qu'il y a danger dans l'ignorance, dans la passivité. Le Coran doit être expliqué, analysé et combattu. Qu'ils lisent le Coran ainsi décortiqué, et après, qu'ils viennent nous voir.

Quand on s'adresse aux musulmans, lesquels n'ont également pour la plupart pas lu le Coran non plus et qui en parlent par ouï-dire, ou alors n'en connaissent que des morceaux choisis, et pas même en arabe, car 95 pour cent d'entre eux parlent une autre langue, il faut leur montrer les passages les plus mortifères et leur demander : c'est ça que vous voulez ?

Parce que l'attentat de Paris a été revendiqué par Daesh, qui se fait un malin plaisir de citer en justification une sourate du Coran. Alors, pas d'amalgame, Monsieur Ouardiri ?

 

Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens.

Lien permanent 14 commentaires

Commentaires

  • De toutes manières on connait des gens qui se prétendent athées et qui pratiquent la charité Chrétienne beaucoup mieux que ceux qui n'ont de cesse de parler de Dieu et de Jésus et qui sitôt le dos tourné reviendront à leurs anciennes habitudes c'est à dire l'oubli complet de leurs proches voi
    Si c'est cela la religion autant être un bon Athée surtout parait-il que le Grand Architecte les aime autant sinon plus que d'autres , il n'aime pas les hypocrites
    Très belle fin de journée pour Vous Monsieur

  • La revendication de Daech pour les attentats de Paris mentionne un verset bien précis d'une sourate. Si l'on fait référence au Coran, c'est pas pour des prunes, oui ou non? Comme par hasard, les djihadistes ont ciblé 3 des grands péchés de notre Occident dégénéré: la musique et la danse (le Bataclan, dont le propriétaire se trouve par ailleurs être juif), l'alcool et la convivialité (les bistrots sympas de Paris), les loisirs (aller au stade au lieu de prier), et tout cela en mélangeant hommes et femmes, qui en plus risquent même de baiser ensemble à la fin de la soirée, quelle horreur. Mais pas d'amalgame, surtout pas d'amalgame, jamais d'amalgame. Voltaire reviens!

  • @A. Thoman,

    Le DIP devrait vous (ré)engager pour parler du "fait religieux". Les jeunes pourraient ainsi élever leur niveau de conscience et de réflexion !

  • Vous proposez de lire le Coran, mais que faire si on arrive à la même conclusion que celle de Martine Brunschwig Graf, ancienne chef(fe) du DIP?

    http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/03/17/martine-brunschwig-graf-j-ai-lu-le-coran-avec-des-commentair-265516.html

    Quel faux message cherchait-elle à délivrer car quiconque a lu le Coran sait qu'il y a un enfumage derrière de tels propos?

  • Contrairement à ce que vous écrivez Staline était très croyant, certes il n'était pas adepte d'une religion mais d'une idéologie, le socialisme façon Marx et Lénine. Sa croyance a évolué dans ce qu'on appelle aujourd'hui le stalinisme. Les idéologies sont des croyances au même titre que les religions avec leur part de rêve et d'idéalisme mais jamais étayé scientifiquement. Et les effets de leurs mise en oeuvre a toujours transformé ces beaux rêves en cauchemars absolus.

  • Simplement, j'avais employé le mot 'athée' dans son acception étymologique,
    pas de dieu, nom de dieu (sinon moi).
    Pour le reste, je souscris entièrement à votre complément d'information.
    Thomann

  • "Lorsque Moïse (on va admettre son existence comme hypothèse de travail) raconte que Yahvé lui a donné tel et tel ordre, lorsque Mahomet parle de son téléphone rouge qui le met en contact direct avec Allah, il n'en croit pas un mot."

    En effet, c'est tellement invraisemblable (pour ne pas dire débile) qu'il faut être un peu plus que retardé pour y croire. Seulement, n'est pas être dupe de ces superstitions/supercheries ne implique pas avoir une foi.

    "La petit frappe militante qui s'est fait sauter avec sa ceinture d'explosifs dans un théâtre bondé, entraînant avec lui de nombreux spectateurs qui en infectaient la salle, ça n'est pas qu'il en avait assez de la vie, c'est bien qu'il en espérait une meilleure après celle-ci. Mais où avait-il été pêcher ça ?"

    J'y crois pas. Je ne crois pas qu'il y ait des gens qui croient vraiment à toutes ces "choses religieuses" et plus particulièrement encore au plus idiotes d'entre elles. Je pense qu'il avait plutôt l'esprit mesquin et de ce fait avait accumulé une grande rancune attribuant son échec de vie à la société que l'avait accueilli. Hani Ramadan se décrit comme croyant. J'ai comme l'impression plutôt que ce Monsieur est un peu comme cette petite frappe. Au lieu de s’imprégner de la culture du pays et le continent que l'a accueilli, il s'identifie avec toutes ces "pauvres victimes musulmanes" de la société occidentale. Comme le commanditaire prétendument belge qui serait à l'origine des attentas en France, pour eux il y a "les nous et les eux".

    "Qu'ils lisent le Coran ainsi décortiqué, et après, qu'ils viennent nous voir."

    Dans ce cas, espérons que leur capacité de raisonnement ait raison de leur sentiment d'appartenance étriqué.

  • Croire vraiment à toutes ces choses religieuses, non, se poser des questions?

    Niez absolument?
    Tôt ou tard, il vous arrivera un démenti!

    Affirmez?
    Egalement!

    Jung s'est passionné pour les synchronicités sortes de coïncidences "signifiantes"...

    Il serait souhaitable que les musulmans qui lisent le coran lisent et interprètent les sourates comme nous pratiquons avec la Bible ou les évangiles: "librement"!

    Or un lecteur du coran n'a pas à interpréter lui-même les sourates il doit aller demander l'interprétation des sourates à son imam.

  • Moïse contrairement à Mahomet n'a jamais massacré des populations pour les soumettre !

    La soumission !

    Ce qui carractérise le peuple d'Israël, c'est son insoumission, à quoi que ce soit !

  • Merci pour la censure. Est-ce ce qui reste du temps de l'Ecole de Commerce ?

  • Pas compris cette allusion à l'Ecole de Commerce.
    Eclairez-moi, s'il vous plaît.
    Peut-être sur mon adresse privée, électronique ou portale, je suis aisément repérable. Cela me paraît personnel.

  • Puisque ma dernière intervention est parue, je choisis de considérer qu'un accident n'a pas permis la publication de mon commentaire précédent, que je résume très brièvement ci-après, tout en vous présentant mes excuses pour l'expression de mon soupçon.
    Résumé:
    Le sens étymologique de athéisme, a-théisme "sans dieu" (très bien exprimé par Laplace dans sa réponse à Napoléon), n'a en soi rien d'une déclaration de guerre contre le croyants.
    Il se trouve cependant que pour des croyants fanatiques, d'autant plus si ce sont des littéralistes de leur religion, toute déclaration d'a-théisme est une déclaration de guerre, car elle va à l'encontre de leur conviction selon laquelle dieu possède toutes les qualités, et donc celles d'inspirer la foi.
    Celui qui ne la ressent pas est donc vu soit comme un menteur qui se ment à lui-même, soit
    comme un suppôt du Mal, ce qui revient à peu près au même. Accepter l'idée même d'athéisme revient donc à accepter soit que sa propre foi est mal placée, en un dieu qui ne possède pas toutes les qualités, soit que l'on a en face de soi un ennemi mortel, puisque soumis à la volonté de l'ennemi de dieu.

  • Vous censurez !

    Vous êtes un ignoble censeur !

    Ca sent la gôche !!

  • ???

Les commentaires sont fermés.