23/11/2015

SON PETIT BONNEFEMME DE CHEMIN

Dans un blog pas très éloigné du mien, une jeune femme, à la suite du massacre de Paris, s'est fendue d'un commentaire disant en substance qu'après ce qui s'est passé, une sienne voisine craignait des représailles pouvant aller jusqu'à des attaques physiques. La personne en question se déclare Française de souche, convertie à l'islam. Elle porte le voile.

Elle affirme avoir autant de compassion pour les victimes que les Françaises non-musulmanes. Enfin, elle craint que son prophète bien-aimé soit l'objet de quolibets.

Ces propos suscitent réflexion. Tout d'abord qu'une femme, que je veux croire saine d'esprit, choisisse de se convertir au plus misogyne des trois monothéismes m'a toujours stupéfait. J'entendais naguère une Vaudoise convertie déclarer que le Coran apportait une réponse à toutes ses questions. J'aurais aimé connaître et les questions et les réponses. Il y a des choses qui m'échappent.

Ces conversions peuvent selon moi avoir deux causes. La personne s'est laissé embobiner par un imam beau parleur (et beau gosse, ça existe ). Ou bien elle se trouve dans un état de masochisme avancé, elle craint la liberté dont elle ne sait pas se servir et aime la soumission, telle que l'islam la demande, surtout pour les dames, le nom islam signifiant proprement soumission. C'est elle qui voit.

Si notre pauvrette craint d'être harcelée en cheminant dans son quartier, il y a un moyen bien simple d'éviter toute attaque, c'est de s'abstenir de porter le voile. Si j'ai bien lu, (mais il y a un risque), le Coran ne l'exige pas, il suffit d'avoir une tenue et une attitude qui ne provoque pas la lubricité des mâles. Il y a, en Suisse comme en France, des musulmanes qui vont cheveux au vent et dont la piété ne fait aucun doute. Je me répète (voir un blog précédent), les religions n'ont pas à s'exhiber, pas plus que l'appartenance politique ou les préférences sexuelles, on garde ça pour soi.

Notre Parisienne se sent autant de compassion pour les victimes du vendredi 13 que les Parisiens mécréants. Je l'imagine sincère. Il me semble cependant, mais j'ai peut-être mal vu, que les vidéos ne montraient pas de musulmans déposer des bougies ou des fleurs devant le Bataclan. Ce que j'ai vu, en revanche, à Batna, en Algérie, une foule en liesse brûler un drapeau français, la compassion n'était pas partout.

Quant à Mahomet, que cette dame appelle son prophète bien-aimé, il est quelquefois décrit sous un angle défavorable. Un peu massacreur, un peu assassin, un peu violeur, et surtout menteur : le truc de l 'archange Gabriel, il l'a inventé, il n'y a pas plus d'archange Gabriel que de beurre sur les feuilles des palmiers-dattiers. Disons pas exactement inventé, ça se trouvait déjà dans l'Ancien Testament, mais repris comme du bon pain. Bon, dans les religions ils sont tous forcément menteurs, sinon rien ne fonctionne : les évangélistes qui affirment que Jésus a vu Satan en chair (?) et en os (?) ; la petite Soubirous qui dit avoir vu une dame blanche ; l'impayable Claude Vorilhon qui frayait avec les extra-terrestres, et tant d'autres. Alors, si bien-aimé il devait y avoir, je conseillerais à cette dame de diriger ses affections vers une autre cible. J'ai connu ça étant gamin. C'était pendant la guerre. Dans l'immeuble qu'habitaient mes parents, il y avait un jeune couple d'Allemands, la dame était très belle, si mes souvenirs sont bons, mais dont les yeux s'embuaient quand elle parlait de son Führer également bien-aimé. Elle l'exonérait de tout méfait en prononçant la phrase que bien des Allemands répétaient alors : « Wenn der Führer das wüßte ». C'est donc le propre de tous les caudillos, conducators, messies, tsars, petits pères des peuples, führers et fondateurs de religions d'avoir la toge ou l'uniforme immaculés. L'histoire nous prouve ensuite que ce n'était pas le cas, mais cela n'empêche pas les soupirs d'adoration. Si notre Parisienne pouvait lire une bonne biographie de Mahomet (écrite d'ailleurs par des musulmans), elle pourrait continuer à faire honorablement son chemin. Je le lui souhaite.

 

Allah m'a montré l'enfer et j'ai vu que la majorité de ses habitants étaient des femmes. (Imam Al-Bukhari dans un hadith à ne pas mettre entre toutes les mains).

14:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Vétéran aux neurones chatouilleux"...dont l'accommodation va, sans problème, de la plus petite à la plus grande distance (métaphore).

On ne saurait dire plus clairement et simplement des évidences. Même si le raisonnement scientifique n'est pas l'absolu, cela reste celui qui avance avec rigueur et preuve à l'appui. En l'occurrence, c'est ce que vous faites avec l'histoire de "votre" Parisienne. Bravo !

Écrit par : Exprof | 23/11/2015

Merci Monsieur Thomann pour ce billet que nos yeux prennent plaisir à lire dès l'aube
Un peu d'humour n'a jamais tué quiconque .Et dieu sait que nous en avons autant besoin que de la religion qui si elle était enseignée de manière moins rigide et mois rigoriste , attirerait sans doute bien plus de gens
Aucun texte biblique n'interdit le rire surtout quand on sait les commandements bafoués comme tu ne tueras point, tu ne convoiteras jamais la felle de ton voisin et surtout tu ne voleras pas ton semblable
Faites toujours comme on vous dit mais jamais comme on fait/rire
très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 25/11/2015

La petite Soubirous, en tout premier lieu, n'a pas parlé de "dame blanche" laquelle/s dans les bois, le folklore, existe/nt mais a parlé de "cela" (à la robe ayant appartenu ou étant celle de la jeune fille Elise Latapie morte depuis peu au moment des événements de Lourdes (voir l'auteur en la matière le meilleur: Davier) Folklore, toujours, la grotte des apparitions de Lourdes est située sur un territoire lieu de "passage des fées" (lesquelles fées, masculines comme féminines existent bel et bien en Inde créatures peu ou prou intermédiaires entre nature et humains, sans hennins...! bienveillants ou pas forcément)!Intéressant de noter au passage que Bernadette au jour de la première apparition avait eu fort maille à repartir (conflits: mailles à "répartir"!) avec sa mère avant d'obtenir la permission d'aller se promener avec ses amies lesquelles ne lui permirent pas de poursuivre la promenade avec elles. Peine de Bernadette. A-t-elle pleuré, s'est-elle endormie, a-t-elle rêvé? L'une de ses parentes était une "guérisseuse" et Bernadette, elle-même, non scolaire mais infirmière née ayant fait ses preuves une fois religieuse à l'hôpital ou l'un des hôpitaux de Lourdes pendant la guerre.

Cette lecture de Davier peut conduire jusqu'à Freud (à propos de rumeurs d'OVNI, "mythe" et d'autres auteurs autorisés lesquels estiment que tous les faits surnaturels, effets spéciaux sons et lumières itou bibliques ou autres compris sont à ranger au rayon des "objets volants non identifiés" (ce qui est absolument passionnant!!)

Or Jung qui a traité en cures des personnes prétendant avoir vu des "soucoupes volantes" sous une forme ou sous une autre (à placer au rayon de l'ufologie, donc) a affirmé que si ces personnes, chaque personne, avaient des problèmes (telle Bernadette Soubirous) il n'était pas question de nier la possibilité de faits à nos yeux "surnaturels" (on notera que Jésus et Mohammed familles parlant ont connu la souffrance: deuil, perte, manque...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/11/2015

Vu de mes propres yeux, de mon bureau à Genève un vendredi de cet été, vers midi. Il fait grand beau, plein soleil, lumière magnifique, et c'est les vacances. Deux jeunes filles arrivent, cheveux au vent, jeans, débardeur sexy, baskets et sacs fashion. S'arrêtent juste devant ma fenêtre. Posent et ouvrent leurs sacs, puis se déshabillent et se changent, là devant moi, invisible pour elles et témoin obligé du strip-tease. Repartent trois minutes plus tard en burkas noires vers la mosquée toute proche, sac Gucci sur l'épaule. Leur petit bonnefemme de chemin quoi.

Écrit par : Christian | 26/11/2015

Les commentaires sont fermés.