04/01/2016

QUELQUES ÉPIS GLANÉS ÇÀ ET LÀ

Des faits divers en quelque sorte.

Je commence. Et d'abord un gros épi bien joufflu, un Président, pas moins. Ce monsieur Hollande qui rameute la planète à grand tam-tam, histoire de faire mousser le bol à barbe et montrer à l'Univers quel grand homme il y a en lui : « Voyez, je siffle et il viennent tous, quelle stature est la mienne ! » C'est vrai que notre Simonetta nationale ne serait pas capable d'un tel exploit. D'ailleurs, elle est rentrée dans le rang. Il s'agissait, pour ce grand raout, de limiter les émissions de carbone doublement oxygéné, louable ambition. Mais ce même président, vêtu du Tulle blanc de l'innocence (à défaut de probité candide) est allé en avion-cracheur (de CO2 justement) faire son devoir d'électeur dans le chef-lieu de la Corrèze. Le vote par procuration, il doit pas connaître. À ma connaissance, les journaux français n'ont pas signalé cette contradiction.

Une information maintenant qui concerne la Suisse et plus précisément les röstis. On apprend de source scientifique que les röstis sont cancérigènes. Tout produit qui contient de l'amidon (les pommes de terre par exemple) et qui est chauffé très fort pour devenir extatiquement doré et croustillant voit alors naître de l'acrylamide, substance cancérigène. Donc, si vous mangez deux kilos de röstis par jour pendant des dizaines d'années, vous êtes bon pour une attaque du crabe maudit. Faut le savoir, notre bien le plus précieux est la santé, les laboratoires (intéressés) ne cessent de nous le dire.

Récemment, un Auvergnat, je crois, avait fait le pari de boire à la queue leu leu des petits verres de schnick, évidemment pour figurer dans le Guinness Book, ce Livre Saint des imbéciles. Arrivé à plus de cinquante, notre bonhomme s'est écroulé. Aux soins intensifs, on n'a rien pu faire. Cette mort a quelque chose de réjouissant. La connerie n'étant pas passible des tribunaux, aucune loi n'en fait mention, il faut bien que quelqu'un s'en occupe, en l'occurrence la Grande Faucheuse elle-même. C'est bien ainsi.

Mode : on peut porter ce qu'on veut, voile, niqab, burka, djellaba, turban, fez. Mais pas la chemise à motif d'edelweiss, jugée raciste et provocante. Dans la foulée, on peut prévoir que la Fête fédérale des costumes sera supprimée, cette manifestation ridicule où des femmes s'affichent avec les styles vestimentaires de leur canton, scandaleux étalage d'un cantonalisme exacerbé propre à mettre mal à l'aise des étrangers réfugiés chez nous, faut pas leur faire de la peine. D'ailleurs, il faudra songer à bannir tout ce qui fait de la Suisse un pays à part, Bruxelles nous le reproche assez : fêtes de gymnastique, lutte au caleçon (attention à la dyslexie !), yodel, combats de vaches et j'en oublie. Allez, tous dans le même moule anonyme, je ne veux plus voir un bredzon.

Un dernier petit fait divers ? Nous avons un nouveau Conseiller fédéral, un monsieur Parmelin, un brave homme, je crois, bien que ou puisque Romand. Mais connaissez-vous cet effroyable détail : il est de droite !

Dormez bien quand même. Et meilleure année, parce que la précédente, hein !

 

Nous sommes sur cette Terre pour rire. En enfer, ça ne sera pas possible et au paradis, ça ne serait pas convenable. (Jules Renard)

14:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.