11/01/2016

LE GRAND CROQUEMITAINE

C'est un débat qui n'en finit pas et qui pourtant n'aurait pas lieu d'être. Parce qu'il y a des questions qui ne se discutent pas. Tenez, le théorème de Pythagore. Même si ça peut en gêner certains, dans les triangles rectangles, tous, le carré de l'hypoténuse sera toujours égal au carré des deux autres côtés. C'est comme ça, ça ne se discute pas.

De même, le théorème de l'incompatibilité de l'islam et de la démocratie ne souffre pas d'exceptions. Démonstration : Dans l'islam, la Loi est décrétée par Dieu, Allah en arabe, faudra vous en souvenir, elle est par conséquent parfaite. Lapidation des femmes pécheresses (les mecs sont partis chez les copains en attendant que ça se calme), amputation de la main des voleurs (ça, c'est même dans le Coran V, 38), tout ça, c'est parfait. En face, qu'avons nous à offrir ? De pauvres lois faites par des hommes faillibles, à qui manquera toujours cette étincelle divine qui fait la supériorité de la Charia, faites ou tout au moins approuvées par le peuple, le dèmos, et quelquefois repoussées. Il est clair qu'un musulman pur et dur ne peut pas accepter cela. D'ailleurs, s'il avait quelque velléité de s'intéresser à notre système, le Grand Croquemitaine aurait tôt fait de lui signaler son péché. Sa position est donc incompatible avec la démocratie, CQFD (C'est Qon mais Fallait le Dire).

On peut donc arrêter le débat avant même de l'avoir commencé, on prend un dernier verre et on rentre chez soi.

On peut cependant illustrer la chose : deux petits faits, géographiquement éloignés mais parlants. Aux U.S.A., plusieurs cas de manque de respect pour le drapeau américain se sont produits. Lors de certaines cérémonies devant la bannière étoilée, il est impératif de porter la main sur son cœur en signe de respect. Or, des policiers gradés ont refusé de le faire, arguant : If we are practising muslims, we are above the law of the land (Si nous sommes musulmans pratiquants, nous sommes au-dessus de la loi de ce pays). Donc, comme pour le pastis, c'est un Coran sinon rien. Cela me fait toujours rire (c'est ça ou alors j'éclate en sanglots) lorsque j'entends Tarik Ramadan se réjouir qu'à la suite du printemps arabe (?), des pays musulmans tendent à accéder à la démocratie. Il doit parler quand son grand Croquemitaine regarde ailleurs.

Autre exemple : notre scientoloislamologue (Ron Hubbard Mahomet est son prophète, même débilité) Nicolas Blancho. Il a déclaré sur le plateau d'Infrarouge, pas moins, que si la loi sur le voile intégral passait, il demanderait à ses ouailles, encore peu nombreuses, il est vrai, de désobéir à la loi, ce qui lui a valu d'être vertement remis en place, ouf, par Martine Brunschwig Graf. Certains sont d'avis qu'il faudrait empêcher ce neuronopathe de s'exprimer dans les médias, surtout les visuels. Je suis d'un avis opposé : il faut au contraire le montrer, faire voir comment par sa niaiserie, son arrogance, par l'étroitesse de ses idées guidées par un Livre délétère, il se pose lui aussi en ennemi de la démocratie. Il faut connaître l'adversaire, lui écraser les babouches, moquer son accoutrement ridicule, sa barbe exorbitante, réaliser ce qu'il a de dangereux et de pervers. S'opposer à la règle démocratique, c'est en filigrane demander l'application de la Charia.

Saint Nicolas oui, saint Nicolas Blancho non.

 

Que le Grand Crique me croque.

14:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Va pour faire passer le Nicolas Blancho sous la lumière "visible" des médias ,quoi que je reste persuadé qu'il s'agit d'un "bouffon" que d'autres derrière lui manipulent aisément.

Mais pour les frères Ramadan par exemple, la problématique est plus délicate; ils sont instruits,ont suivi toutes les écoles coraniques reconnues (celles du Caire par exemple)et lorsque les médias s'intéressent à eux, les questions sensibles ne leurs sont jamais posées (celles que vous citez) ou alors , leurs réponses éventuelles ne sont qu'évasives.
Tiens, concernant la lapidation des femmes en terre d'islam, T Ramadan suggère un moratoire... On est très loin des concepts démocratiques tels que nous les admettons en Occident.

Et puis chacun à pu suivre récemment les péripéties électorale en France, et en particulier dans la couronne parisienne, où le candidat socialiste Bartolone s'est crû intelligent de parler de "race blanche" en guise d'électorat potentiel de son adversaire Pécresse, en pensant que le communautarisme musulman, entretenu par T Ramadan, allait suffire pour sa victoire. Hélas pour Bartolone, "le travail" de son ami T Ramadan n'a pas donné tous les fruits escomptés...

Écrit par : Exprof | 11/01/2016

Ils ne sont ni pour l'égalité ni pour la liberté et encore moins pour la fraternité et pourtant ils sont toujours plus nombreux. Cherchez l'erreur. L'erreur c'est nous qui les laissons faire.

Écrit par : norbert maendly | 11/01/2016

Très bon article confirmant l'idée que je ne faisais de l'Islamisme pur et dur de ces fanatiques n'ont en effet rien à envier à la Scientologie
L'islamisme terroriste et bien sectaire serait il entrain de concurrencer la Scientologie ?on sait qu'elle est partout et souvent là ou personne ne penserait aller chercher
Très bonne journée Monsieur Thomann

Écrit par : lovejoie | 12/01/2016

Vos osez dire ce que la plus grande partie de nos concitoyens pense ... et que la classe politique tait pour ne pas paraître "xénophobe", "islamophobe" ou tout simplement "populaire".

Écrit par : Mère-Grand | 12/01/2016

Les commentaires sont fermés.