04/03/2016

LE V DE LA VICTOIRE

Notre civilisation, c'est plus fort qu'elle, met tout en compétition. Il y a d'abord le sport, repris des Grecs il est vrai. On n'en fait pas pour la forme mais pour gagner à tout prix. C'est devenu un opium du peuple.

Ensuite sont venues les Victoires de la Musique, récompensant des talents pas toujours évidents.

Il y aurait maintenant les Victoires de la Musique Classique. J'ai essayé de voir de quoi ça avait l'air. Voici donc :

Le présentateur : Nous allons passer maintenant à la distribution des prix. Premier grand prix pour l'ensemble de son œuvre : Jean-Sébastien Bach.

Bach (dans la salle) : C'est quoi, ce truc ? Je perds mon temps moi, j'ai ma cantate à écrire pour dimanche.

Les copains : Vas-y, Jean-Seb, t'as un prix, bravo ! (Et Bach de monter sur le podium).

Le présentateur : Prix pour son œuvre symphonique : Ludwig von Beethoven.

Beethoven : Comment, pour mes symphonies ? Et mes sonates, et mes quatuors, ça vaut rien ? Et d'abord, c'est 'van', pas 'von'. (À un voisin qui lui fait des grands gestes pour lui indiquer d'aller prendre son prix) Oh, ça va, depuis que je suis mort, j'entends de nouveau très bien. (Il y va).

Le présentateur : Prix pour l'humour en musique, ex-aequo Joseph Haydn et Wolfgang. Wolfgang à son pote Joseph : Y a du fric qui va avec ?

Joseph : Y a du fric.

WAM : Ça m'arrange, parce que je suis un peu serré en ce moment.

Le présentateur : Deuxième prix, Erich Satie.

Satie : Ah, ils ont pensé à me faire une (Hon)fleur. Sauf qu'il a estropié mon prénom.

Le présentateur : Prix de la symphonie française : Ettore Berlioz.

Berlioz, recevant son prix : C'est 'Hector', pas 'Ettore'. Mais merci quand même.

Le présentateur : Prix pour la transcription de Bach à l'accordéon, le duo ouzbek Duho Sabeth et Ben Ependentes. (Les deux se donnent de grandes tapes dans le dos).

Le présentateur : Prix des chefs d'orchestre : Premier prix avec félicitations du jury : Herbert von Karajan.

Karajan  (bas mais pas trop) : Ça n'est que justice.

Toscanini (dans la salle) : Come ? Questo maladetto usurpatore !

Le présentateur : Deuxième prix : Arthur Toscanini.

Toscanini, hurlant : Arturo, per piacere ! I premio rifiuto !

Et cela continue pendant des heures, avec quelques incidents. Stravinsky est sacré pour son Sacre. Bizet reçoit le Grand Prix des Toréadors. Rimsky-Korsakov pour le Bol du Vourdon (encore un lapsus du présentateur). Rossini pour son tournedos.

La vidéo est en préparation.

 

Vae victis

10:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Quels prix ont reçus Webern et Russolo ?

Écrit par : Plouf Ploufovitch veut faire le malin | 04/03/2016

" Rossini pour son tournedos. "

Quelle chute !!!

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 04/03/2016

Aucun. Webern, malgré ses prétentions au dodécaphonisme, n'arrivait pas à la douzaine. Et pour Russolo, le jury a trouvé que c'était beaucoup de bruit pour pas grand chose.
De même, le Kat (chat) qui tue (en) riant n'as pas été retenu. Trop morbide!

J'en ai d'autres, tout aussi débiles.

Écrit par : andré thomann | 04/03/2016

Les commentaires sont fermés.