24/06/2016

LA LAÏCITÉ COMME SI VOUS Y ÉTIEZ

C'est un épisode que je ne me lasse pas de raconter : je me promenais tel jour à Carouge, rue Saint-Victor, celle où passe le tram, avec un ami irlandais de Belfast (le détail a son importance ). Nous passions devant un premier édifice religieux dont il me demanda l'identité. C'est le temple protestant de Carouge, l'instruisis-je. Nous parcourûmes encore quelque trois cent mètres pour arriver à une église. Je devançai sa question : c'est l'église catholique Sainte-Croix.

Il me regarda avec un sourire marqué d'humour irlandais (qui peut être dévastateur, pensez à Swift et son Modest Proposal) et me dit : « Si près l'un de l'autre ? »

Sa feinte surprise n'était pas la mienne. Cette proximité, même pas protégée par des barbelés, comme çà doit être le cas à Belfast, était pour moi l'illustration parfaite de la laïcité telle que Genève (et Carouge) la connaît. Accepter toute religion, dans la mesure où elle est tolérante à l'égard des autres et que l'État ne s'en mêle pas. C'est simple, ça n'a pas besoin d'adjectifs et devrait être acceptable par tous.

Mais voilà que Tarik Ramadan, notre troubadour de la bonne parole musulmane, y voit autre chose : la laïcité, insinue-t-il, est là pour combattre les religions. Avec le respect que je dois à un professeur d'Oxford, je dis qu'il a tout faux. Ou qu'il ment, ce qui serait assez dans la rhétorique du bonhomme. La laïcité est ce que j'ai dit plus haut. Il n'est pas question de combattre, d'interdire, d'exiler les religions. T.R. se fait victime avant d'être battu, c'est dans la tactique de bien des musulmans.

Si l'on se doit de tolérer les religions au nom de la liberté de chacun d'avoir les opinions les plus saugrenues (car qui peut juger de la saugrenuité d'une opinion), on peut cependant les critiquer, voire s'en moquer. Lorsqu'un catholique fervent dit que l'hostie consacrée contient une certaine protéine animale ; lorsque la Bible me raconte que Yahvé fit détruire Sodome parce que c'était un nid de pédérastes ; lorsqu'un hadith me signale que Mahomet est allé guigner à la porte de l'enfer et y a vu surtout des femmes ; sans parler de la mise sur orbite d'un certain nombre de personnages choisis, je me permets de ricaner bêtement.

Bon, qu'on considère qu'il ne peut pas y avoir eu de Création sans l'intervention d'un Créateur est une notion qui peut se concevoir. Je ne la partage pas, l'idée qu'il y a quelque chose plutôt que rien reste pour moi un mystère qui n'a simplement pas de réponse. Mais qu'on associe ce Créateur à des 'effets spéciaux' façon Hollywood cela est déraisonnable. Il n'y a pas de miracles, seulement des choses surprenantes. La laïcité autorise quiconque à croire à ces choses déraisonnables mais n'oblige personne à participer à cette croyance. Ai-je répondu au professeur ?

 


Hosannaleikumetspiritussanctus

14:30 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

14/06/2016

UN PEU DE PUDEUR

Comme ça, Hani Ramadan s'est pointé dans une classe d'adolescent(e)s pour y parler d'islamophobie (il est contre). Cet épisode a déjà fait l'objet de nombreux commentaires. J'y ajoute ma propre réflexion.

Mais d'abord, pour nettoyer le terrain, l'islamophobie. Dans l'usage qui en est fait partout, le terme est impropre, la phobie est une peur irrationnelle qui va jusqu'à être passible de la psychiatrie. La peur des araignées, l'arachnophobie, est déraisonnable, ça n'est pas la petite bête qui va dévorer la grosse.

En revanche, notre peur de l'islam n'a rien de pathologique. Elle est fondée sur des textes, des déclarations, des comportements. Celui justement de notre imam : Hani Ramadan est tricard de l'Instruction publique de notre canton ; il lui est désormais interdit de paraître devant une classe ; rapport à une déclaration qu'il avait faite, on se souvient du motif, sur la lapidation ; à l'heure qu'il est, il est encore incapable, à l'instar de son frère Tarik et de quelques musulmans 'officiels' en Suisse, de déclarer que la lapidation est une chose abominable. Il se contente de dire avec force qu'elle est inapplicable, ce qui est d'ailleurs faux puisqu'elle est en vérité appliquée dans plusieurs pays. Son affirmation lui avait à l'époque valu une remise en place de la part de Manon Schick, la valeureuse présidente d'Amnesty, section suisse. Ce qui ne l'a pas démonté pour autant.

C'est donc parce qu'il a bravé cet interdit que notre hostilité à l'égard de certains musulmans se manifeste. Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Avec un peu de pudeur, il aurait pu refuser de répondre à l'invitation de cette prof, mais en islam, la pudeur, c'est uniquement pour les femmes qui doivent la pratiquer pour échapper à la boulimie sexuelle des mâles. Pour les hommes, le culot (la chutzpah, mot hébreu !) est admis.

Dans le cas de H.R., il y a encore d'autres motifs de réticence : son antisémitisme obsessionnel, (habilement caché sous le vocable d'antisionisme, il ne prononce ni n'écrit jamais le mot 'juif') ; ses propos grossiers sur les femmes ; son adhésion sans réserves au Coran. Il ferait sans doute sienne la parole d'un calife qui disait qu'il faut brûler tous les livres, s'ils contredisent le Coran, ils sont nuisibles, s'ils l'approuvent, ils sont inutiles.

À propos du Coran, je ne peux pas résister à vous citer XXXVI, 40 de ce livre dépassé :

Le soleil ne peut rattraper la lune, ni la nuit devancer le jour. Chacun d'eux vogue dans son orbite.

L'orbite du soleil ? Il tourne autour de la terre ? Ce qui a manqué à l'islam, c'est à un moment donné un Galilée. Tant mieux si H.R. se contente de cette donnée obsolète.

Quant à la prof qui a invité notre orateur, elle ne doit pas avoir grand-chose sous la coupole pour ne pas savoir tout ce qui précède et qui est de notoriété publique. Aux innocents les têtes vides.

 


Eppur si muove !

18:27 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | |

10/06/2016

QUELQUES PERLES POUR MES VAILLANTS POURCEAUX*

D'abord une perle concernant l'islam. Les musulmans ont eu un problème, c'est celui du début du ramadan. Il s'agit d'apercevoir un croissant de lune qui n'est pas visible au même moment dans différents endroits, d'où difficulté à fixer la date exacte de l'ouverture des festivités. On est dans l'astronomo-théologie, qui en vaut bien une autre, c'est-à-dire pas grand chose. À une semaine avant la date, on ne savait toujours pas si ça serait tel jour ou seulement le lendemain. Le suspense était à son comble. Les 'savants' de l'islam y ont, je crois, mis bon ordre, mais la planète a eu chaud.

Chez les mêmes : je regardais tel jour une interview de Houria Bouteldja, une jeune maghrébine souvent présente dans le médias. Elle est du genre commère intarissable. On la voyait la tête bien couverte et les cheveux non-visibles, cela pour plaire à Allah, mais le rouge à lèvres agressif pour plaire à des mecs qu'elle croiserait dans la rue. La piété à deux vitesses donc.

Les Français dans leurs œuvres : une partie du territoire français était inondée, les routes étaient coupées, des trains ne circulaient plus. C'est alors que les syndicats de cheminots décident de faire une grève illimitée pour compléter le chaos. Pour l'Égalité et la Liberté, je ne sais pas, mais pour la Fraternité, on était loin du compte.

Et caca sur le gâteau : si les joueurs de l'Euro étaient empêchés d'arriver sur le terrain faute de moyen de transport ou d'embouteillage. La totale.
L'huître suisse en a aussi secrété deux jolies.

D'abord, on a invité un imam à l'inauguration du Gothard. En plus d'un dignitaire catholique (pas de protestants cependant) et d'un rabbin. Je m'en voudrais de critiquer, du moment qu'on était dans la superstition, pourquoi pas. Mais alors, il fallait aller jusqu'au bout, inviter aussi le dalaï-lama, un témoin de Jehova, un scientologue, un onaniste du septième jour, un mormon, et pourquoi pas un fakir. Nous Suisses, nous sommes trop timides.

Ma dernière, c'est la bourde d'un Conseiller fédéral, je ne sais plus lequel, j'ai tendance à les confondre. Ce magistrat déclarait qu'il n'avait aucune objection au traitement opulent des directeurs de notre grandes régies, La Poste et les CFF. Si on ne leur offre pas des sommes grandioses et méritées, le poste sera occupé par des médiocres. Des sommes qui sont le double ou presque le triple du traitement d'un Conseiller fédéral. Concluez !

 

Money, money, money
Must be funny,
In the rich man's world
(le groupe ABBA )

 


* Le pourceau est un animal sympathique, intelligent et propre. Il est fier de son joli épiderme rose. Il n'est pas incongru de lui jeter des perles. Il faut être adepte d'une religion limitée pour le déclarer maudit ou impur. Le benoît lecteur voudra bien considérer mon adresse comme amicale.

14:30 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |