22/07/2016

UN RAPPEL

La loi sur les visages cachés est entrée récemment en vigueur au Tessin, avec déjà la provoc imbécile d'une fénôle qui s'est montrée (façon de parler) sur une Piazza Grande en tenue camouflée. Donc la polémique continue. Il y a deux ans, j'avais écrit une lettre sur le sujet à la section suisse d'Amnesty. Elle me paraît plus que jamais d'actualité. Je vous la soumets.

 


Genève, novembre 2014

À l'attention de Madame Manon Schick

Madame,

C'est avec stupéfaction que j'ai appris qu'Amnesty International s'était opposé à une décision de la CEDH d'interdire le port du voile intégral et demandait à la France, entre autres, de revenir sur sa décision d'interdiction. J'avais jusqu'à présent considéré Amnesty comme une œuvre indispensable et j'y ai même versé je crois quelque obole. Mais voilà que mon estime a basculé : Amnesty verse par sa position dans un irréfléchi contraire à sa vocation. Déclarer que l'interdiction du port du voile intégral est une atteinte à la liberté religieuse est d'une part mensonger, car aucune prescription du Coran ne demande qu'on se cache le visage (vous pouvez vérifier) ; d'autre part elle ouvre une voie royale à tous les abus. La religion musulmane, parce que c'est d'elle qu'il s'agit tout au long de ce débat, demande par exemple qu'on coupe la main des voleurs (Coran V, 38), qu'on lapide les adultères, les femmes en priorité en raison de leur nature maudite (pas dans le Coran mais dans les hadiths). Rien n'empêcherait dès lors un musulman suisse pur sucre, de demander, s'il était avéré qu'il était cocu, au tribunal de prononcer la peine de la lapidation, laquelle est conforme à sa religion qu'il faut respecter à tout prix. Hani Ramadan par exemple, cet énergumène qui, s'il veut bien admettre que la lapidation est inapplicable en Suisse, prône cette punition d'un autre âge comme un châtiment mais aussi une purification ! Vous étiez d'ailleurs présente à ce débat et vous lui aviez pertinemment rivé son clou. J'avais à l'époque apprécié votre intervention. Et je me demande même si dans votre for rigoureusement intérieur, vous êtes tout à fait d'accord avec cette décision d'Amnesty. Mais je ne vous demande pas de me répondre.

Et puis il y a l'usage. Sur toute la planète, les hommes et les femmes fraient à visage découvert, et en tant qu'homme, cela me réjouit car il y en a de ravissants et qui se permettent même de me sourire, ce qui illumine ma journée. Un univers dans lequel les femmes cacheraient toutes leur visage serait un univers de ténèbres. Et d'ailleurs pourquoi pas les hommes pendant qu'on y est ?

N'est-il pas indécent que Georges Clooney montre le sien, créant l'hystérie chez certaines femmes ? Bon, il vient de se marier, ce qui met fin, il faut l'espérer, au prurit général.

L'argument de votre chef John Dalhuisen selon lequel l'interdiction du voile empêche le vivre ensemble est pour le moins paradoxal. C'est justement ces femmes voilées qui ne veulent pas vivre avec nous, vivre ensemble avec nous, elles se retirent de notre société en principe amicale. Une des objections qu'on peut leur faire, et que je n'ai lue ou entendue nulle part, c'est qu'en cachant leur visage, elles ne peuvent pas nous sourire, alors que ce sourire est le lubrifiant même qui permet aux rouages de la société de fonctionner. Il est vrai que le ton agressif de celles que j'ai entendues donne à penser que sourire est la dernière chose qu'elles envisagent de faire.

Nos sociétés occidentales sont désormais obsédées à l'idée que la loi pourrait être incompatible avec la religion et pourrait lui faire de la peine. Alors que cela devrait être l'inverse. C'est la religion qui doit être compatible avec la loi, sinon on pourrait imaginer un Mexicain déjanté, se disant descendant des Aztèques, qui demanderait, au nom de sa religion, un sacrifice humain quotidien pour être sûr que le soleil reviendra le jour suivant. La réaction de John Dalhuisen pourrait alors être intéressante.

Cela dit, je ne saurais cautionner une organisation qui prend une décision aussi aberrante et je vous prierai de demander à vos services de me rayer de vos listes. Dussé-je apprendre par la suite qu'Amnesty revient sur sa décision, je serais prêt à revoir ma position.

Je vous prie, Madame, de recevoir mes salutations distinguées.

 


André Thomann

 


Je tiens à signaler que madame Schick, loin de jeter à la corbeille cette missive contrariante, avait pris la peine de me répondre, avec des arguments qui, il est vrai, ne m'avaient pas convaincu, mais tout de même, chapeau, Madame !

14:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci d'exister Monsieur Thomann !

Écrit par : norbert maendly | 22/07/2016

Remarquable de lucidité et en plus visionnaire...
Face à la grisaille de tant de commentaires convenus que l'on trouve dans nos médias, vous soulevez le voile et montrez la vérité.
Chapeau M. Thomann

Écrit par : Exprof | 23/07/2016

Ne pas respecter les usages et les moeurs d'un pays est un acte d'agression envers sa population.
Nous ressentons dans notre pays le port d'un signe religieux ostentatoire comme une forme d'agression et c'est pour cette raison que nous nous en abstenons, même si nous ne sommes pas hostiles aux religions concernées. C'est un usage acquis après des siècles de haine et d'hostilités entre les courants religieux dominants chez nous.
Si les Musulmans voulaient véritablement nous convaincre que leur religion est une "religion de paix" ils feraient eux-mêmes l'effort de respecter cet usage. Je fais évidemment allusion à ceux d'entre eux qui ne font que demander le respect de leur propres usages religieux tout en refusant de respecter les nôtres.
Comme bien d'autres slogans utilisés par les adeptes de l'Islam, l'expression "religion de paix" est totalement ridicule, en ce qu'elle n'a pas véritablement de sens: quelle religion revendique autre chose que cela ? Quel dieu nous est présenté comme guerrier et malfaisant par ceux qui le vénèrent ?

Écrit par : Mère-Grand | 24/07/2016

Les commentaires sont fermés.