03/02/2017

OUI, MAIS FAUT PAS LE DIRE

Un curieux chef d'accusation est apparu il y a quelque temps dans les tribunaux français (en Suisse, je ne sais pas). On peut désormais accuser quelqu'un d'incitation à la haine raciale. Autant dire que c'est n'importe quoi, pour cette simple raison que ça n'est pas mesurable. On peut fixer le montant d'une escroquerie, on peut chiffrer la quantité d'un butin, on peut décrire précisément les blessures d'une victime qui ont, ou pas, entraîné la mort. Mais évaluer ce qu'est une incitation ? Et dire qu'un verdict de culpabilité se fonde sur une augmentation de cette haine ? On est forcément dans le non-mesurable.

Cette lubie juridique a pour origine des organismes, grassement subventionnés par un gouvernement soucieux de se donner bonne conscience, qui se donnent pour but de combattre le racisme, ce qui pourrait être louable en soi s'il était possible selon une loi bien définie qui dise ce qu'est le racisme et d'appliquer cette loi partout. Or, il se trouve qu'un racisme bien réel, c'est celui dont sont victimes les blancs, pardon, je veux dire les Français à pigmentation pâle, et qu'on traite dans certaines banlieues de 'face de craie'. On voit par là que le racisme, loin d'être unidirectionnel (lisez : contre les 'nègres' et les 'bicots') part au contraire dans tous les sens. C'est si vrai que dans les pays arabes du Maghreb, les Africains subsahariens, à la pigmentation foncée, sont aussi victimes de racisme. Mieux encore, si l'on peut dire, les Tutsis ont été les victimes d'un racisme génocidaire des Hutus.

Revenons à 'nos' tribunaux français. Cette 'incitation' me paraît être un instrument de destruction d'une personne ou d'un groupe qui pourrait 'nuire'. Il y a par exemple la persécution répétée de Riposte Laïque, qu'on veut faire taire à tout prix, c'est le mot, puisqu'on essaye par ce moyen juridique de le priver de moyens d'existence en l'assommant d'amendes exorbitantes.

Un autre cas illustratif, c'est celui de Robert Ménard, maire de Béziers, un gêneur. Il a été pris en flagrant délit de IHR, il a en effet déclaré ceci : il y a des classes d'école à Béziers avec jusqu'à 90 % d'élèves musulmans. Il énonce donc un fait. Il ajoute que c'est trop. Il donne alors son opinion. Il dit qu'il y a un problème. C'est tout. Il n'a pas dit par exemple qu'il fallait tuer neuf élèves sur dix. Il a simplement dit quelque chose qu'il ne faut plus dire. Et pour cela, il est traîné devant les tribunaux. Dire qu'il y a un problème concernant les musulmans est désormais tabou et punissable. Sauf que pour les élèves minorisés, ceux qui sont d'une petite religion de rien du tout, surtout du petit garçon ou de la petite fille juive qui sont l'objet d'opprobre dans le livre sacré des musulmans*, il y a peut-être tout de même un problème. Et je ne parle même pas de l'enseignant(e), qui aura sans doute de la peine à leur mettre, par exemple, (Charles) martel en tête. Bref, si on ne peut pas parler d'un problème, c'est le nier et donc empêcher d'y remédier. Avec ce dispositif, on ne va pas loin.

 

* Le Coran, lui, pratique l'IMR, l'incitation au massacre raciste. Ouvrez votre exemplaire, vous trouverez tout ça. Par exemple sourate XLVII, verset 4.

 

 

Laissez venir à moi les petits musulmans, car le royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent. (Jésus, dans Mathieu, XIX, 14, modifié Thomann).

12:03 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Un chrétien a donner un bec à un civil au Louvres en criant Jésus est grand, heureusement un autre civil lui a rendu son bec mais les militaires sur place se sont énervé en voyant que l'amour a pu être rétabli dans ce lieu très peu fréquenté.
C va comme ça ?

Écrit par : norbert maendly | 03/02/2017

Bonjour Monsieur Thomann,

J'ai l'impression que je vous ai déjà vu à la télévision mais je ne sais plus dans quelle émission ?

Écrit par : Georges-Louis Pécloton | 03/02/2017

G.L.P
Vous m'avez sans doute plutôt entendu que vu. J'ai été longtemps commentateur à la TV romande, j'étais en cabine et on ne me voyait pas. L'émission s'appelait Carrefour puis est devenue Courrier romand. C'était dans les années 70 puis 80. Je ne sais pas si ça correspond à votre âge. Il m'est arrivé quelquefois d'apparaître au petit écran quand on me demandait de lire les nouvelles du soir, pour dépanner, mais je n'étais en aucun cas une star de la TV. Je n'ai jamais signé d'autographes de ma vie.
Bien à vous,
Thomann

Écrit par : andré thomann | 04/02/2017

Comment accepter que nos autorités acceptent de naturaliser le monde de l'islam lequel apprend dès l'enfance et "a dans le sang" que ceux qui ne sont pas musulmans, à commencer par les juifs et les chrétiens, iront tous en enfer?

Comment comprendre la désertion des églises et des temples alors qu'il nous faudrait bien signaler aux musulmans que nos pays sont chrétiens et généralement, quant aux pays en conflits et misères, moins dans la mouise qu'eux puisque, eux, venant chercher et prendre refuge chez nous...

sans pour autant perdre de vue que nous ne pouvons pas toujours avoir le sentiment que l'islam ne cherche en rien à "englober (notre monde) pour (le) dépasser"!

Dépasser notre monde en quel esprit?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/02/2017

@andré thomann

" Je n'ai jamais signé d'autographes de ma vie. "

Vous allez devoir le faire aujourd'hui..... :)

Écrit par : Patoucha | 11/02/2017

J'ajoute à mon commentaire qu'il faut absolument, pour ceux qui ne l'aurait fait, chercher "stratégie d'infiltration de l'islam"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/02/2017

Que voulez vous, l'exemple viens de haut. Quand on voit la chancelière de "la plus grande puissance d'Europe" bafouiller de lamentables justifications devant Erdogan parce qu'elle a osé parlé "d’attentats islamistes", et que le petit monsieur turc lui fait remarquer que c'est une insulte a tous les musulmans...

Mais plus on tarde a se réveiller, plus le retour de manivelle sera violent.

Écrit par : C. Martel | 04/02/2017

""d’attentats islamistes", et que le petit monsieur turc lui fait remarquer que c'est une insulte a tous les musulmans..."

La remarque vient du fait que: Islam = Islamiste! Ce que nient les gauchistes de tout poil! Comme l'UNESCO qui nie l'appartenance de Jérusalem au Judaïsme!

Écrit par : Patoucha | 11/02/2017

• Lorsque vous relevez, à juste titre, que le Coran est truffé d'IMR, ce n'est pas d'incitation au massacre raciste qu'il faut parler, mais d'incitation au massacre religieux. Le livre saint de l'islam s'attaque en effet violemment aux autres religions mais pas à une ou des "races" en particulier.

• Voici un autre passage du Coran qui va dans le même sens que XLVII:4 : “S’ils [les infidèles, les hypocrites, les mécréants, les incrédules] tournent le dos [à Allah], saisissez-les; tuez-les partout où vous les trouverez” (IV:89; autre traduction: “S’ils optent carrément pour l’apostasie, saisissez-les et tuez-les, où que vous les trouviez”). À noter que:
- Deutéronome 13:12-18 et 20:10-18 ordonne aux juifs de procéder de la même manière avec ceux qui vénèrent d'autres dieux que le leur;
- de toute façon, selon le Coran III:10, assassinés ou non, “les infidèles [comprendre: les non musulmans] (...) sont voués à servir de combustible au Feu éternel”.

• À propos du racisme anti-blancs: la justice française a prononcé à plusieurs reprises des condamnations pénales pour « racisme antiblanc » (cf. Racisme antiblanc#Condamnations judiciaires pour « racisme antiblanc » en France).

Écrit par : Mario Jelmini | 06/02/2017

": “S’ils optent carrément pour l’apostasie, saisissez-les et tuez-les, où que vous les trouviez”). À noter que:

- Deutéronome 13:12-18 et 20:10-18 ordonne aux juifs de procéder de la même manière avec ceux qui vénèrent d'autres dieux que le leur;"

À noter que QUOI Mario Jelmini? Que vous n'avez rien compris et sortez cette phrase de son contexte - de l'époque - pour mettre les Israélites dans le même sac que les Islamistes qui en sont encore à leurs percepts en ce XXIè siècle?

Je viens mettre l'église au milieu du village afin que vos insinuations pernicieuses volent en éclats:

7 et qu'il fera le service au nom de l'Eternel, ton Dieu, comme tous ses frères les Lévites qui se tiennent là devant l'Eternel, 8 il recevra pour sa nourriture une portion égale à la leur, et jouira, en outre, des revenus de la vente de son patrimoine.
9 Lorsque tu seras entré dans le pays que l'Eternel, ton Dieu, te donne, tu n'apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. 10 Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, 11 d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. 12 Car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Eternel; et c'est à cause de ces abominations que l'Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. 13 Tu seras entièrement à l'Eternel, ton Dieu. 14 Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins; mais à toi, l'Eternel, ton Dieu, ne le permet pas.
15 L'Eternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d'entre tes frères, un prophète comme moi: vous l'écouterez ! 16 Il répondra ainsi à la demande que tu fis à l'Eternel, ton Dieu, à Horeb, le jour de l'assemblée, quand tu disais : Que je n'entende plus la voix de l'Eternel, mon Dieu, et que je ne voie plus ce grand feu, afin de ne pas mourir. 17 L'Eternel me dit : Ce qu'ils ont dit est bien. 18 Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. 19 Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte. 20 Mais le prophète qui aura l'audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d'autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort. 21 Peut-être diras-tu dans ton coeur : Comment connaîtrons-nous la parole que l'Eternel n'aura point dite ? 22 Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Eternel n'aura point dite. C'est par audace que le prophète l'aura dite : n'aie pas peur de lui.
-----
10 Quand tu t'approcheras d'une ville pour l'attaquer, tu lui offriras la paix.
11 Et si elle te fait une réponse de paix et t'ouvre ses portes, tout le peuple qui s'y trouvera te sera tributaire et te servira.
12 Que si elle ne traite pas avec toi, mais qu'elle te fasse la guerre, alors tu l'assiégeras;
13 Et l'Éternel ton Dieu la livrera entre tes mains, et tu en feras passer tous les mâles au fil de l'épée.
14 Seulement, tu prendras pour toi les femmes, les petits enfants, le bétail et tout ce qui sera dans la ville, tout son butin. Et tu mangeras le butin de tes ennemis, que l'Éternel ton Dieu t'aura donné.
15 Tu en feras ainsi à toutes les villes qui sont fort éloignées de toi, qui ne sont point des villes de ces nations-ci.
16 Mais dans les villes de ces peuples que l'Éternel ton Dieu te donne en héritage, tu ne laisseras vivre rien de ce qui respire;
17 Car tu ne manqueras point de les vouer à l'interdit: les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, les Jébusiens, comme l'Éternel ton Dieu te l'a commandé,
18 Afin qu'ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu'ils ont pratiquées envers leurs dieux, et que vous ne péchiez pas contre l'Éternel votre Dieu.

Le Lévitique (en grec ancien Λευιτικός Leuitikós, relatif aux Juifs, en hébreu ויקרא Vayikra, et Il appela) est le troisième des cinq livres de la Torah (Pentateuque). Il doit son nom au terme « lévite », prêtre hébreu issu de la tribu de Lévi. Il parle des devoirs sacerdotaux en Israël. Il met l'accent sur la sainteté de Dieu et le code selon lequel son peuple pouvait vivre pour devenir saint. Son but est d'enseigner les préceptes moraux et les rituels religieux de la loi de Moïse.
L'étude de l'hébreu dans le texte montre plusieurs styles d'écriture différents, et l'étude du contenu montre plusieurs préoccupations théologiques qui ne sont pas toujours conciliables. Il est donc raisonnable de penser que le Lévitique, comme l'ensemble du Pentateuque, a été écrit par plusieurs auteurs, et il est aujourd'hui admis que le livre a pris forme durant le Ve siècle av. J.-C., soit de nombreux siècles après Moïse.

Le livre comprend 27 chapitres, qui relatent l'exposé à Moïse de lois et de rites.

Résumé

Les chapitres 1 à 7 expliquent les ordonnances du sacrifice. Le chapitre 3 est consacré à l'offrande de paix.

Les chapitres 8 à 10 décrivent le rituel observé lors de la consécration des sacrificateurs.

Le chapitre 11 explique ce que l'on peut ou ne peut pas manger et ce qui est pur ou impur.

Le chapitre 12 parle de l'état des femmes après l'enfantement.

Les chapitres 13 à 15 sont des lois relatives à l'impureté cérémonielle :

Chapitre 13 : lèpre humaine, tumeur, dartre et tache,
Chapitre 14 : purification du lépreux,
Chapitre 15 : impuretés sexuelles.
Le chapitre 16 contient le rituel à respecter pour la fête de Yom Kippour. Il mentionne le démon Azazel.

Les chapitres 17 à 26 contiennent un code de lois traitant des observances religieuses et sociales.

Le chapitre 27 explique que le Seigneur a commandé à Israël de consacrer au Seigneur ses récoltes et ses troupeaux de gros et de petit bétail.

Composition

Le livre a vraisemblablement pris forme au Ve siècle av. J.-C., durant l'époque perse1.

Commentaire sur le Lévitique

Le commentaire sur le Lévitique dans la tradition du judaïsme rabbinique est le Sifra, aussi appelé Torat Cohanim.

Rabbi Ishmaël a exposé treize principes d'herméneutique dans la Baraïta, qui se trouve en introduction au Sifra.

Le livre sert à la compréhension de la liturgie chrétienne : dans la théologie de la messe, le sacrifice est interprété comme étant l'Eucharistie, c'est-à-dire l'offrande de Jésus sur la croix.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9vitique

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_deut%C3%A9ronomiste

Les 10 commandements
Les commandements sont une recommandation forte, insistante de Dieu permettant aux hommes de construire une relation en les laissant libres de leurs actes. C’est un appel à l’amour et à la liberté qui structurent la relation aux personnes.

Le Décalogue (dix paroles) se comprend d’abord dans le contexte de l’Exode qui est le grand événement libérateur de Dieu au centre de l’Ancienne Alliance. Qu’elles soient formulées comme préceptes négatifs, ou comme commandements positifs, ces « dix paroles » indiquent les conditions d’une vie libérée de l’esclavage. C’est un chemin de vie qui sépare d’une pratique ambiante non éthique. Dans la foi chrétienne, les dix paroles s’articulent autour de l’unique et même commandement de l’amour de Dieu et du prochain.
Souvent on oppose à la morale des dix commandements (la loi), celle des Béatitudes (la promesse).
Cette opposition est factice. Les deux textes désignent deux faces différentes de la même « morale ».

Les dix commandements
Livre de l’Exode 20, 1-18 : dans la Bible et la foi chrétienne, l’Exode désigne la libération des tribus israélites de l’esclavage d’Egypte et le don de la Loi au Sinaï.

Et Dieu prononça toutes les paroles que voici : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage.
1- Tu n’auras pas d’autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur garde ma fidélité jusqu’à la millième génération.

2- Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal.

3-Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui réside dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a consacré.

4- Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

5- Tu ne commettras pas de meurtre.

6- Tu ne commettras pas d’adultère.

7- Tu ne commettras pas de vol.

8- Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

9 et 10 Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »

http://www.eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/vivre-sa-foi-a-tous-les-ages/vivre-en-chretien/372284-les-10-commandements/
Signification des 10 commandements

http://www.atoi2voir.com/spiritualite/bible-et-evangiles/dossier-comprendre-la-bible/1785-les-10-commandements-dans-la-bible/

Écrit par : Patoucha | 11/02/2017

Monsieur Pécloton vous confond probablement avec Denise Fabre qui est passée souvent à la télévision

Écrit par : Lovestar | 11/02/2017

Les commentaires sont fermés.