01/04/2017

JE CROIS AU GIN

Le gin est un liquide alcoolique fait de céréales diverses distillées et qu'on améliore en y ajoutant divers composants, dont principalement le genièvre, d'où son nom original hollandais 'genever'. De nos jours, il se boit rarement pur, on y ajoute quelques gouttes d'angostura pour en faire un pink gin, et surtout il est la base d'un des grands cocktails classiques, le dry martini, deux tiers de gin, un tiers de vermouth français sec et là aussi, quelques gouttes d'angostura. Je crois donc aux vertus bienfaisantes du gin avant un repas un peu élaboré. À boire modérément bien sûr.

Bon, ça c'était pour l'apéro, on passe maintenant au sujet principal avec changement d'orthographe : les djinns. Ce sont des êtres invisibles, insaisissables qui datent d'un vieux fond sémite. Toutes les ethnies ont ces personnages mythiques, inventés mais censés avoir une existence réelle. Les Irlandais ont le leprechaun, sorte de farceur inoffensif, les Russes, la sorcière Baba-Yaga, nous avons en Occident le Père Noël, avatar de saint Nicolas. Personne n'est victime, les petits enfants sont affranchis après quelques années. Plaisamment, l'expression est restée : Dis donc, tu crois au père Noël ?

Le Coran, ce camion-poubelle qui ramassait tout ce qui traînait a naturellement inclus les djinns dans son corpus, sourate LI, verset 56. Mais ces êtres invisibles, qu'on ne peut donc appréhender, font l'objet d'études, de description de leurs habitudes, de la part de 'savants' musulmans qui en parlent comme de réalités.

Florilège : les djinns mangent-ils, si oui, quoi ? S'adonnent-ils au coït, si oui, comment ? Peuvent-ils dès lors avoir une descendance ? Sont-ils pieux ? Seront-ils admis au paradis ? On est en pleine démence, on se demande où est l'infirmier qui ramènera ces dérangés mentaux dans leur chambre et leur donnera la piqûre pour la nuit.

170401_Djinns.jpg

C'est le problème des religions. Qu'on puisse croire en Dieu, en un Grand Horloger selon Voltaire, pourquoi pas. L'Univers est une chose si inexplicable, la constatation qu'il y a quelque chose, alors qu'il pourrait n'y avoir rien, est si stupéfiante qu'on peut avoir envie de chercher une explication supra naturelle. L'homme n'aime pas les questions sans réponses. Tout petit, c'était déjà des 'Maman, pourquoi...' à n'en plus finir. Et la maman n'avait pas toujours la réponse. Pas plus que nous.

Mais si intervention divine il doit y avoir, pourquoi les religions sont-elles si méchantes avec ceux qui s'en déclarent adeptes et les rendent-elles stupides ? On pourrait admettre un Créateur sympa, fier de ses créatures

Et dont l'unique soin serait d'approfondir
Le douloureux secret qui les faisait languir
(Baudelaire, légèrement modifié Thomann).

Au lieu de cela, on a une sorte d'ogre, un personnage dont le Coran nous dit au début de chaque sourate qu'il est miséricordieux mais dont on nous explique ensuite que sa colère est terrible et qu'il punira atrocement ceux qui dépassent de plus de deux minutes l'heure sacrée de la prière. Tout cela évidemment n'a rien de divin mais sont des indications purement humaines destinées à maintenir le croyant dans un état de soumission dont profitent les prêtres avides de pouvoir. Les autres monothéismes ne sont pas en reste, des juives fanatiques se rasent la tête et portent perruque ; des chrétiens en quête de paradis veulent faire le pèlerinage de Compostelle pieds nus pour souffrir comme le Christ et qui après deux jours, les arpions en sang, doivent abandonner leur pieux voyage.

On le voit, les religions ne font rien pour l'intelligence de l'homme ou sa délivrance de la peur. Elles le terrorisent et l'abrutissent. Et l'homme, victime d'une Propagandastaffel efficace, refuse de s'en affranchir. Les prêtres de toutes confessions nous assènent qu'il faut craindre Dieu, Yahvé ou Allah. On pense à ceux qui se remémorent leur enfance, 'mon père était sévère, il nous battait'. Ce Créateur qui bat sa créature, je vous demande un peu.

Pour en revenir aux djinns, je me rappelle une phase intéressante à la télévision. Un teigneux avait demandé à Tarik Ramadan s'il croyait aux djinns. Vous voyez T.R., que des journalistes peu regardants s'obstinent à appeler l''intellectuel genevois', cet homme a le verbe fort, la rhétorique habile, quelquefois teintée de mensonge, bref, il en impose, mais ce jour-là, c'était sotto voce, à peine perceptible, qu'il confessa que oui, il croyait aux djinns. Même un intellectuel peut avoir des faiblesses. En tout cas, cette courte séquence a fait le bonheur des connaisseurs.

 


Dieu ! La voix sépulcrale
Des Djinns... Quel bruit ils font !
(Victor Hugo, poème 'Les Djinns' justement. Mais il avait tout faux).

13:20 | Lien permanent | Commentaires (37) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Dans l'épître aux Colossiens 1:16 in fine, l'auteur (un disciple de Paul) nous apprend que «Tout a été créé par lui [par le Dieu invisible] et pour lui». Pas de doute, donc: c'est bien Dieu qui a créé les djinns, tout comme il a créé les hommes. Mais, demandera-t-on, dans quel but Dieu les a-t-il créés, ces hommes et ces djinns? La réponse se trouve dans le Coran, sourate LI, verset 56: «Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent». S’agissant des récalcitrants qui refuseraient de l'adorer, Dieu leur promet: «Ceux qui, par orgueil, refusent de M'adorer entreront bientôt, humiliés, dans l'Enfer» (Le Coran XL:60). Et Dieu de menacer: «Je suis votre Seigneur! Adorez-moi donc!» (Le Coran XXI:92). La Bible contient la même injonction que le Coran: «Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu» (Matthieu 4:10, Luc 4:8, qui renvoient à Deutéronome 6:13).

Ce Dieu qui n’aspire qu’à être admiré, adulé; ce Dieu qui implore ou ordonne: «Adorez-moi»; ce Dieu incapable de se suffire à lui-même - comme il est pathétique! comme il est pitoyable!

Allô Dieu, tu m’entends? Je te maudis car tu n’es qu’un infâme usurpateur.
Tu m’entends toujours, vil scélérat? Contre toi je prononce la peine capitale car tu te fais passer pour la Vérité alors que tu es très loin de la refléter.

- Et si, quand même, Dieu existait?
Si Dieu existe, alors je l’emm...
Tu m’entends, Éternel de mes fesses: je t’emm... Que tout soit bien clair entre nous: je ne m’inclinerai pas une seule fois devant ta face. Je répète, pour le cas où tu n’aurais pas bien compris (on sait que les vaniteux n’entendent que les louanges) : je ne m’inclinerai pas devant ta face - ta sale face de rat ! De ta vie éternelle, de ton paradis, de tes bienfaits, je n’en ai strictement rien à foutre. Tu peux les garder pour ces tarés qui t’invoquent jusque sur leur pierre tombale, pour ces grands naïfs qui proclament: “l’Éternel est mon berger”, “ma force”, “mon rocher”, “mon bouclier”, “mon rempart”, “ma forteresse”, “mon refuge”, “mon abri”, “mon asile”, “mon bienfaiteur”, “mon libérateur”, “ma richesse”, “mon sauveur”, “ma lumière et mon salut”; “mon secours vient de l’Éternel”; “j’ai mis mis mon espoir en l’Éternel”; “je me réjouirai en l’Éternel” et autres balivernes du style. Encore une fois, que ce soit bien clair : je n’ai rien à voir avec ces gens-là, je ne fais pas partie de leur engeance. Au contraire, je fais partie de ceux qui disent: «maudit soit l’Éternel car il est à l’origine de tous nos maux» (*) et «tordons le cou à ce Dieu perfide qui se moque royalement de nous».
Dieu, malfaiteur de l’humanité: la voilà, la Vérité!

(*) • “C’est lui [l’Éternel] qui dispense les maux, sans jamais révoquer ce qu’il a décrété” (Ésaïe 31:2); • “Arrive-t-il un malheur dans une ville sans que l'Éternel en soit l'auteur?” (Amos 3:6); • Dans Ésaïe 45:7, l’Éternel reconnaît: “C’est moi qui (...) crée les calamités” (on trouve aussi les traductions suivantes: “(...) crée le malheur”, “(...) crée l’adversité”).

Écrit par : Mario Jelmini | 01/04/2017

1) «Toutes les ethnies ont ces personnages mythiques, inventés mais censés avoir une existence réelle.»

On peut encore mentionner les trolls scandinaves, les fantômes écossais, le monstre du loch Ness, le yéti, les sorcières.

2) «On le voit, les religions ne font rien pour l'intelligence de l'homme ou sa délivrance de la peur.»

• “Pour l’homme, dit Épicure, la chose la plus difficile est de ne plus trembler devant les dieux. Mais cette terreur a pour unique raison que les hommes ignorent les causes naturelles des choses et attribuent ainsi à des êtres surnaturels tout ce qui se passe sur terre, «comme des enfants craintifs qui, dans l’ombre, ont peur des fantômes»” (Carl Grimberg, Histoire universelle, tome 2, page 140; Collection Marabout Université, Éditions Gérard et C°, Verviers 1963).
• “L’homme (...) doit abolir sa crainte (...) superstitieuse des puissances divines et des châtiments qu’elles infligent après la mort” (ibid., toujours à propos des idées d’Épicure, dont le nom signifie “le secourable” ou “le consolateur”, et qui vécut de 341 à 270 avant J.-C.).

Écrit par : Mario Jelmini | 01/04/2017

On doit à Luther la connaissance pour tous des textes bibliques.
Il ne s'agit plus de s'engager sans même savoir à quoi.
Pour quelques versets un rabbin trouvera jusqu'à une trentaine, ou plus, d'interprétations.
Ce qui fit prétendre aux premiers observateurs musulmans en l'occurrence parfaitement ignorants que les "Juifs ne savent même pas lire leurs écrits sacrés".
Rien ne semble plus insensé que l'histoire de la chute, Genèse, d'Adam et d'Eve.
Mais si on lit Bible et évangiles par soi-même Jésus lui-même fait allusion à la faute d'Adam.
Il ne parle pas d'Eve.

Or, effaré, Adam dit à Dieu que le fautif n'est pas lui mais Eve.
Faut-il, pour être obéi, entendu... contraindre ou manipuler par la menace laquelle induit la terreur?
Lorsque Jésus parle de la faute d'Adam parle-t-il de ce qui a été dit le "péché originel" lequel selon l'Eglise serait péché de chair ou s'agit-il de la désolidarisation d'Adam qui accuse Eve?
Péché charnel ou, conséquence de la peur, lâcheté avec désolidarisation:
Adam abandonnant Eve au feu à la colère divine?

Un autre exemple lorsque Jésus condamne un figuier dont la faute serait de ne pas porter de fruits lorsqu'il n'est pas la saison qu'il en porte. On sait que la "bienveillance" habituelle de certains concernant le judaïsme voit, par ce figuier, la synagogue.
En recherche (Grand Larousse) on découvre qu'il y a une variété de figuier qui porte des figues toute l'année à condition qu'il ait fait le temps qui lui convient.
Mais s'il s'agit de météo ou de climat en quoi le figuier est-il coupable?

On connaît l'aspect symbolique biblique qui permet, par exemple, de voir en ce figuier un enfant qui ne ferait pas de bonnes notes (figues).
En ce cas, nous sommes invités à nous demander si nous tenons toujours parfaitement compte de l'âge mental (temps) de nos enfants (le figuier qui ne porte pas de fruits lorsqu'il n'est pas la saison qu'il en porte)
ainsi que du climat, de l'ambiance (météo, temps)familiale, scolaire ou sociétale qu'il s'agirait de modifier, non punir l'enfant, ce qui nous amène à d'autres versets évangéliques qui invitent à voir si un arbre qui ne porte pas de fruits (comme un enfant qui n'apporte pas de bonnes notes "déçoit"!) aurait besoin d'être traité avant de décider de l'abattre, En français ce mot "temps" qui est à la fois date et météo avec le climat l'accompagnant ainsi que, selon, l'influence sur notre humeur voire état d'esprit. En outre, on parle de Zeit Geist soit de l' esprit du temps.

Pour la création, depuis pas mal de temps, désormais, pasteurs y compris, nous nous tournons vers les scientifiques.
Mais l'Inde a toujours enseigné d'abord qu'il n'y a pas qu'une planète et qu'un monde habité et que d'autre part "Au commencement il y a de l'énergie sous deux formes.
Le contact entre elles de ces deux formes d'énergie serait à l'origine d'une nouvelle manifestation (nous disons création). L'une est Prana et l'autre, matricielle, Akasha.
Les deux Prana et Akasha étant absolument indissociables.

Eventuelle "projection" à l'image du couple ou vérité?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/04/2017

"On doit à Luther la connaissance pour tous des textes bibliques."

Uniquement la traduction de la Bible en Allemand! Vous êtes allemande MB?
Protestante? Catholique? Ou accessoirement juive par votre père, comme vous aimez le dire? Or, la judaïcité de l'enfant n'est reconnue que par la mère!

Vous voilà dans votre élément avec ce hors sujet!

Écrit par : Patoucha | 02/04/2017

" Ce qui fit prétendre aux premiers observateurs musulmans en l'occurrence parfaitement ignorants que les "Juifs ne savent même pas lire leurs écrits sacrés"

Un autre son de cloche de Wiki ou plagiat?:

"Il y avança (jean Calvin) que les juifs interprétaient mal leurs propres écritures car ils ont manqué l'unité de l'Ancien et du Nouveau Testament"

Écrit par : Patoucha | 02/04/2017

"On doit à Luther la connaissance pour tous des textes bibliques."
Hum, non, en fait, à Gutenberg.

Écrit par : Charles | 01/04/2017

@Charles Votre ignorance n`a d`égale que votre assiduité a la répandre. Sachez donc qu`au siecle de Calvin une grande partie des écrits protestants européens fut imprimée a Geneve. Certains des courageux Genevois parcourant l`Europe pour faire connaitre ces écrits ont meme été brulés vifs par l`Inquisition. Au-moins ne bavez pas sur le passé glorieux de Geneve qui a osé dire non a l`obscurantisme de l`Inquisition.

Écrit par : jean jarogh | 02/04/2017

Mais il y a plus.
Le signe de la résurrection de Jésus, lorsque le disciple Thomas qui n'y croit pas met la main dans ses stigmates qui prouvent que Jésus a été crucifié se trompe en voyant là la preuve de la résurrection de Jésus car s'il voit un homme qui fut crucifié rien ne prouve que cet homme est mort en croix et... ressuscité (la raison pour laquelle on brisait les membres des crucifiés une fois dépendus de croix est que tous n'étaient pas morts loin s'en faut. L'agonie pouvaient durer des jours.. d'autant plus que le coup de lance au côté précisément était fait pour prolonger l'agonie). )
Le seul "miracle" serait cette coïncidence d'un temps orageux tel que le croyant mort les soldats ne lui brisent pas ses membres. Cette forme de coïncidence peut être comprise comme une synchronicité.
Lorsque Marie-Madeleine confond Jésus avec le jardinier du cimetière elle entrevoit un homme rasé (comme tous les jardiniers des cimetières) alors que le même est automatiquement appelé "rabbi" par les gens qui le croisent jusqu'alors, or, la "lame du rasoir n'effleurant pas la joue du Juif pieux ce public jusqu'alors rencontrait un homme qui portait la barbe.
Jésus pas forcément mort en croix, en ce cas,, se cachait. et se déguisait.
On nous aurait donc menti?
Il faut également s'entendre sur le mot "mort" qui désigne également non pas du tout une personne défunte mais de par ses fautes détournée ou coupée du Divin par le fait plongée en un état particulier sorte de dépression.
L'histoire de Jésus crucifié peut se comprendre également comme cette forme de rupture avec le Divin et la "résurrection" comme retour à Dieu, "redressement" (comme une "résurrection*) avec fin de cet état particulier.
On dit "redressé d'entre les morts", en ce cas morts: pécheurs,
L'histoire de la "résurrection" de l'ami Lazare peut également se comprendre ainsi.

Si j'ai commis ces commentaires c'est que je déplore que l'on traite cette histoire évangélique comme on fait.
D'abord parce que si l'Eglise, hélas, a failli à sa mission laquelle consiste à dire la vérité aux fidèles au fur et à mesure qu'elle apparaît (Jésus et Israël, par Jules Isaac, Ed. Fasquelle était un livre recommandé par Edmond Kaiser qui, en son temps, le signalait avec passion en recommandant à ses proches de le faire connaître.)

La seconde raison est que sans forcément le savoir certains commentateurs qui s'acharnent à détruire le judéo christianisme s'expriment exactement
comme Hitler particulièrement en ses écrits.

L'Eglise se rapprochant de l'islam se gardant bien d'intervenir

La Suisse, lieu de la TDG, pays de Nicolas de Flüe, d'accord.
D'Hitler... par les convictions?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/04/2017

"Votre ignorance n`a d`égale que votre assiduité a la répandre."
Plié de rire. La bave du crapaud ne m'atteint pas. Vous ne jugez que vous-même. Sur ce blog de Monsieur Thomann, il n'y a que vous qui parlez de Calvin. J'ai écrit sur Calvin sous un autre blog, et vous venez ici visiblement pour régler un compte comme votre commentaire haineux le démontre.
Et d'une, Gutenberg est mort en 1468 après avoir inventé l'imprimerie. Luther est né en 1483 et Calvin en 1509. Les premiers textes qui ont été imprimés sont les textes bibliques. C'est de leur large diffusion que nait la réforme.
Quant à Calvin c'est un assassin du même ordre que l'inquisition (et un lâche qui plus est) et pour les mêmes motifs. Un salopard de la pire espèce qui pourrait être un modèle pour les daéshiens quand aux méthodes d'élimination de ceux qui pensent différemment. Du reste il s'est parfaitement entendu avec l'inquisition française (obscurantisme pour obscurantisme...) pour faire emprisonner Michel Servet en le dénonçant. C'est donc bien du même tonneau de haine que celle qui vous inspire. Et de deux.
Merci de nous avoir fait savoir que vous êtes un calviniste fanatique. Les lecteurs de M. Thomann sauront apprécier.

Écrit par : Charles | 02/04/2017

@ Patouchaq
S'il y a quelqu'un à qui je n'ai pas envie de parler de ma famille, c'est à vous.

S'il m'arrive de citer Edmond Kaiser il s'agit simplement de fonder mes lignes dans l'espoir, concernant l'enfance selon ma formation sociale, d'être peu ou prou prise au sérieux.

Je ne suis pas théologienne et si je prends plaisir à évoquer un instant Luther dont on a connu l'antisémitisme forcené non sans avoir aux Juifs préalablement tendu la main, ce qu'ils refusèrent, d'où sa rage, c'est parce que l'on m'a appris à ne jamais voir que le côté négatif des êtres comme des choses.

L'état de la planète invite non pas uniquement à repartir dans les archives ou l'Histoire mais é se demandant "comment" participer "activement" si peu que ce soit.

Sur Luther Mes quelques lignes qui s'adressaient à Charles se confirment.
A vous de chercher.

L'épisode scandaleux de l'exécution de Michel Servet ne m'inspire rien concernant Calvin.

Se débarrasser de ce qui dérange comme Calvin à propos de Servet annonce, entre autres, les nazis.

Les Propos de table de Luther (Jules Isaac, Jésus et Israël Fasquelle) à propos de ses opinions sur les Juifs font conclure à Jules Isaac: "Patience, Luther, patience! Hitler viendra."!

Je suis catholique de baptême.
Présentement tournée essentiellement vers le bouddhisme et pratique le Sahaja Yoga depuis très longtemps sans autre "occultisme satanique", croyez-le.
Je passai dix années en milieu protestant.

Le Dalaï Lama enseigne qu'une personne qui se tourne vers le bouddhisme n'est pas du tout invitée à quitter sa religion comme sa paroisse.

Pour raisons de santé, je ne puis plus me rendre au culte, au temple.

Nul état de "victimisation" à dénoncer, Patoucha.

Ce Sahaja Yoga (Mata Ji, qui l'enseignait, ne détenait aucun monopole sur cette pratique) s'est pratiqué dès les temps les plus anciens dans tous les grands centres initiatiques (et, par lecture d'un livre offert par un ami prêtre je le connaissais depuis très longtemps mais... il était recommandé de ne pas le pratiquer é partir du livre. Lorsque le lecteur désirant pratiquer serait prêt quelqu'un se présenterait. Ce qui advint, en effet. Ce yoga se pratiquait probablement au temple de Jérusalem.

L'Eveil de Kundalini, en l'occurrence, inspira Jung : YOGA D'EVEIL DE KUNDALINI.

Jésus, chez lui, rencontrait quotidiennement mystiques de l'Inde et bouddhistes ce qui confirme sa connaissance de cette forme d'exercice psycho physique.
Puisqu'il s'agit de bouddhisme donc de réincarnation un groupe mystique juif enseignait la réincarnation.
Ce fait historique étant pour tant d'autres comme pour moi-même un moyen pour entrer d'autant mieux dans les évangiles.

Mai 68-70 je rencontrai un mahatma de l'équipe à Maharaj Ji et lui demandai pourquoi Jésus n'est pas pour l'Inde reconnu incarnation divine.
Parce que, me répondit-il, Jésus était un mahatma (Grande Ame) doté d'un pouvoir lui permettant, par un effet de miroir vis-à-vis de l'autre, de le renvoyer, cet autre, à lui-même

ce qui aurait été pour vous, Patoucha, rencontre hautement bénéfique.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/04/2017

"ce qui aurait été pour vous, Patoucha, rencontre hautement bénéfique."

Ah! Et pourquoi? Qui êtes-vous pour me conseiller? Ignorez-vous que les "conseilleurs ne sont pas les payeurs" d'autant qu'ils ne savent pas à qui ils s'adressent?
Parce que cela a été bénéfique pour vous? Dois-je vous rappeler seulement deux "aimables"commentaires, dont un sous un faux pseudo, à mon attention? Ou encore ceux adressés à lovejoie?

SVP, ne vous adressez plus à moi pour vous étaler encore et encore sur votre vie. Elle ne m'intéresse pas. Et ce que vous pensez de moi encore moins. OK!

Écrit par : Patoucha | 02/04/2017

"Gutenberg... après avoir inventé l'imprimerie."

Il est connu et rappelé par un fidèle abonné ((je rends à César ce qui lui appartient..") qui a rectifié Hérodote sur ce fait:"On ne répètera jamais assez que Gütenberg n'a pas jamais inventé l'imprimerie mais les caractères mobiles, ce qui a révolutionné l'imprimerie (qui existait depuis des siècles)."

"Quant à Calvin c'est un assassin ..." Seulement Calvin?

Première grande figure de la Réforme protestante, l'allemand Martin Luther, aîné et devancier de Jean Calvin a été le précurseur.

"Martin Luther, présage la suite du soulèvement contre l’Église (dans la continuité de Jan Hus): le soulèvement contre toute autorité, même royale. Ses idées se répandent comme une traînée de poudre en Allemagne. Les prêtres se marient, les moines et les religieuses abandonnent leur couvent... Le prédicateur prend les choses en main et organise la nouvelle religion."

* l'enchaînement des passions va entraîner une scission religieuse sans précédent en Europe et la constitution d'Églises rivales de Rome, les Églises dites protestantes ou réformées, avec au bout du compte de cruelles guerres civiles et religieuses..."

"Tandis que l'Europe centrale se déchire* entre catholiques et protestants, l'homme qui est cause de tout cela finit sa vie paisiblement en 1546 à Eisleben, sa ville natale."

Un autre abonné qui maitrise son sujet: "Il se trouve que je connais bien l'affaire Servet, pour avoir rédigé une planche sur le sujet..."

- Calvin a écrit à d'autres collègues du consistoire :

" Il me faut parler franchement. On ne doit pas se contenter de mettre à mort de tels hommes, on doit les faire brûler impitoyablement.

Théodore de Bèze (digne successeur de Calvin) est d'une virulence rare : " Qu'on extermine les hérétiques comme des chiens. Le crime de sang ne fait périr que le corps, la corruption par l'hérésie touche l'âme éternelle, les corrupteurs de l'âme sont pires que les criminels ".

"Où est l'humanisme dont on pare aujourd'hui sa mémoire?..."

- "Selon le professeur Valentine Zuber (Michel Servet, entre mémoire et histoire), il s'agit surtout d'un opportun blanchiment, avant de célébrer le 400ème de la naissance de Calvin, par le mur des réformateurs."

En 1979, Gabriel Mützenberg (L'obsession calviniste), n'hésite pas à justifier l'exécution de Servet par celle de Ranucci, en 1976!!! Mieux, il cite Mathieu Mory, inquisiteur du procès Servet à Vienne, selon lequel, "...le nouveau testament recommandant de brûler les livres de magie, on a plus de raison encore de brûler les livres vivants, les hommes. " Tout un programme...

Ce siècle reprend le flambeau!

Ouf! Pas que des méchants......

- Le premier qui protestera fermement contre cette condamnation et fait rejaillir l'opprobre sur le calvinisme s'appelait Sébastien CASTELLION « Lorsque les Genevois ont mis à mort Servet, ils n’ont pas défendu une doctrine, ils n’ont fait que tuer un homme. La violence endurcit le cœur qui ne s’ouvre pas à la mansuétude. On ne surmonte le mal, on ne dissipe les ténèbres que par la lumière, non par l’épée »

https://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=15531026&get_all=1&ID_reac=5680&tout=1#5680

"Il y avança que les juifs interprétaient mal leurs propres écritures car ils ont manqué l'unité de l'Ancien et du Nouveau Testament"

C'est là le noeud de l'antisémitisme de ces théologiens: La Bible - et le Nouveau Testament - a été écrite par des juifs et c'est IMPARDONNABLE! Omettant que les premiers chrétiens et Saints du Christianisme sont des juifs convertis......

Et ce nouveau lien que je viens de découvrir :)

http://leblogjeancalvin.hautetfort.com/archive/2016/11/09/luther-calvin-et-le-juifs-5871899.html

Et je termine avec ces DEUX NAZIS AVANT L'HEURE!

Calvin et les Juifs - Extraits : OU LES JUIFS JUGES PAR UN TRAITRE HAINEUX ET LÂCHE:

".. Il était pourtant un partisan de la théologie de la substitution et avançait que les juifs sont un peuple rejeté qui doit embrasser Jésus pour rentrer dans l'Alliance." - Pour les autres il s'agit de les islamiser....

La plupart des déclarations de Calvin sur les juifs de son époque sont polémiques. Il écrivit par exemple, « j'ai eu de nombreuses conversations avec les juifs : je n'ai jamais vu une once de piété ou un grain de vérité ou d'inventivité, non, je n'ai jamais rencontré de sens commun chez aucun juif102 ». À cet égard, il différait peu des autres théologiens protestants et catholiques de son époque103. Il considérait les juifs comme un peuple déicide et des « chiens profanes », des scélérats qui « dévorent stupidement toutes les richesses de la terre avec leur cupidité insatiable104 ».

Dans ses écrits connus, Calvin n'a consacré qu'un seul traité sur les juifs contemporains et le judaïsme105, Réponse aux questions et objections d'un certain juif106. Il y avança que les juifs interprétaient mal leurs propres écritures car ils ont manqué l'unité de l'Ancien et du Nouveau Testament107. Calvin écrivit également que leur « obstination éperdue et indomptable mérite qu'ils soient oppressés sans mesure ni fin et qu'ils meurent dans leur misère sans la pitié de personne108 ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Calvin

Martin Luther et les Juifs:

Luther a longtemps prêché une attitude humaine et tolérante envers les Juifs, mais uniquement dans la mesure où ils accepteraient de reconnaître Jésus-Christ. En soi, le judaïsme est un crime à éradiquer et, si les Juifs ne se sont pas massivement convertis au christianisme, c'est parce qu'il leur a été mal enseigné.

Devant l'échec de ses tentatives en ce sens, Luther adopte vers la fin de son existence une attitude de plus en plus judéophobe. En 1543, trois ans avant sa mort, il publie Des Juifs et de leurs mensonges, pamphlet d'une extrême violence où il prône des solutions telles que brûler les synagogues, abattre les maisons des Juifs, détruire leurs écrits, confisquer leur argent et tuer les rabbins qui enseigneraient le judaïsme. Ce type de position, très courant chez les penseurs et religieux européens de l'époque[réf. nécessaire], contribuera au maintien d'un fort antijudaïsme en Allemagne, qui servira de prétexte à l'antisémitisme sous le Troisième Reich, époque où le pamphlet de Luther deviendra un best-seller. Au sujet de ce texte, Karl Jaspers a pu écrire :

« Là, vous avez déjà l'ensemble du programme nazi27 »

Quelques mois plus tard, dans Vom Schem Hamphoras und das Geschlecht Christi (Du nom de Hamphoras et de la lignée du Christ), Luther assimile les Juifs au diable.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bible_de_Luther

MDRRRR L'hôpital que se fout de la charité!

Écrit par : Patoucha | 02/04/2017

« Tout cela évidemment n'a rien de divin mais sont des indications purement humaines destinées à maintenir le croyant dans un état de soumission dont profitent les prêtres avides de pouvoir.»

...les prêtres et tous les dominateurs à la gloire de l'esclavage.

Excellents billet et commentaire de Mario Jelmini.
Le père fouettard vient de se prendre une belle claque, bien fait !

Écrit par : petard | 03/04/2017

@ Patoucha

Si vous n'êtes pas aimable Patoucha, que ressent-on?

Prenons garde que le "souffle djinn" peut être en chacun de nous.

Dans les évangiles, souffle mauvais peut évoquer un djinn.

Dit alors démon, également très intelligent et, lectrice, je puis également du point de vue d'un conservateur par "djinn" comprendre progressiste en tant que simple hypothèse. sans rien affirmer ou imposer.

Iblis a toute sa place dans le coran.

Pour Monsieur Thomann, son hospitalité indulgente, je m'en vais boire à sa santé non une goutte de gin mais de porto pour lequel j'avoue éprouver une faiblesse, une... "tentation"

Avec Porto je puis (Porto/Torop) comme en psychanalyse,distinguer et chercher sous VISSARION cet homme qui se croit être Jésus réincarné soit Jésus de Sibérie car on ne peut, si "contre" décider que ce ne peut en être le cas ou si "pour" que si.
La réincarnation existe ou non.
Il a raison, Serge Torop, ou il se trompe.

Le Dalaï Lama a écrit être amusé par ces personnes qui se disent réincarnées parce qu'elles sont toujours la réincarnation d'un empereur ou d'une courtisane célèbre etc. et le Dalaï Lama demande à ce sujet pourquoi pas être la réincarnation d'une personne inconnue?

Nous ne décidons de rien.

Le Jésus de Srinagar, par G. Messadié, qui n'est pas mort en croix, et contrairement à sa promesse au dit bon larron non retourné auprès du père ne sait plus quoi croire et s'en va en Inde étudier d'autres croyances, faits ou gestes.

Qui suis-je, écrivez-vous, pour écrire mes commentaires.

Et vous-même dissimulé derrière certaine "burka" dite pseudonyme?

Mais, pour le plaisir et conclure avec djinn, selon l'article de notre hôte, la vision de Lourdes pourrait avoir été celle d'un/e djinn (faites une recherche) ou pas du tout.

Un souffle révélateur de la mentalité environnant une Bernadette Soubirous de milieu catholique, école tenue par des religieuses également infirmières à l'Hôpital de Lourdes qui évoquait en ses écrits ces "juifs qui me persécutent"!

Juifs (et francs-maçons)!

Pas moins mal vus qu'aujourd'hui.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/04/2017

Aucune intervention sans ces débats ne devrait trahir de haine ou de mépris si elle vient d'un croyant.
Car si les croyants, de quelque religion que ce soit, ne sont pas meilleurs que les incroyants, et ne se comportent pas mieux qu'eux, à quoi bon croire, se demandent les incroyants.
La question est à adresser aux théologiens, qui connaissent les réponses à cette question, même s'ils n'arrivent à en convaincre que les croyants, qui ont appris (sinon compris) qu'elle n'a de sens que pour les incroyants.

Écrit par : Mère-Grand | 03/04/2017

Le «Croyant en Dieu», en référence à sa "sérénité" et son "état de grâce", devrait comprendre que le «Croyant en l'inexistence de dieu», prenne le héros du premier pour un imposteur.

Écrit par : petard | 03/04/2017

Réponse à Jean Jarogh: le passé glorieux de Calvin?? Tu parles. Un dictateur avec une police des moeurs, une inquisition à sa façon, et bien des morts sur sa conscience, une politique totalitaire. Lisez Stefan ZWEIG : "Conscience contre violence", le meilleur livre sur le vrai Calvin. Pas celui du Consistoire ni du Musée de la Réformation à Genève...

Écrit par : Christian | 05/04/2017

Je signale à mon ami Thomann que dans les media TR est désigné systématiquement comme "l'intellectuel musulman", pas comme "l'intellectuel genevois". Cette dernière formule est honorable, celle d'intellectuel musulman est un oxymore destiné à berner les gogos.

Écrit par : Christian | 05/04/2017

"Je serais heureux si je parvenais à comprendre les interminables textes de Myriam Belakovsky"

Vous frappez pas, Christian, vous n’êtes pas le seul… L’amphigouri, volontaire ou non, est une spécialité de certains intervenants, toujours les mêmes, qui hantent cette plateforme… Feraient bien de relire Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément. » C’est un vrai plaisir que de les retrouver après quelque absence, chevauchant leurs dadas, ratiocineurs et ergoteurs obstinés. Selon les blogs et les idées présumées de leur auteur(e), ils sont courtisans, obséquieux ou, plus rarement car ils sont alors éjectés assez rapidement, forcenés contradicteurs… On navigue dans l’ésotérisme, le religieux ou les théories complotistes avec ou sans apocalypse programmée, les non-initiés n’y comprennent que dalle, d’autant plus que l’humour et le deuxième degré sont des genres qu’ils ne connaissent ni ne pratiquent, contrairement à Monsieur Thomann… Une chose sûre, à voir leur réactivité, dans leur retraite ils doivent drôlement s’emmerder.

Écrit par : Gislebert | 06/04/2017

Je serais heureux si je parvenais à comprendre les interminables textes de Myriam Belakovsky, j'essaie depuis longtemps mais je n'y arrive pas. Les textes de Thomann, c'est autre chose.

Écrit par : Christian | 05/04/2017

Vous etes un rigolo André Thomann, pour ne pas dire autre chose. Vous publiez les tartines incendiaires qui me sont adressées mais vous faites passer a la trappe mes réponses.

Écrit par : jean jarogh | 05/04/2017

@ Christian

Il s'agissait d'une façon de comprendre quelques versets autrement selon l'enseignement de Maître Hillel celui quasi contemporain de Jésus selon ce que ces textes nous disent en nous non figés comme on sait.

Il est intéressant de varier.
Ainsi imaginez que Jésus revient. Branle bas de combat en une communauté religieuse par où il doit passer.
Il est en retard (pensez... quand on vient du ciel!)
Imaginez Jésus plutôt baba cool

La porte s'ouvre?? Jésus: V. Giscard d'Estains.
Pour un religieuse, infarctus.

Or, il ne s'agit pas d'un poisson d'avril.

Si mon texte est trop long, sabrez-le! aimable personne...

Écrit par : MB | 05/04/2017

Jean Jarogh. Dans l'avalanche de commentaires sur mon dernier blog, je n'ai pas crû voir des textes qui fulminaient contre vous. Pourriez-vous préciser?
J'ai supprimé un seul commentaire, qui était adressé à une personne et signé de cette même personne, j'y ai vu une intention malveillante ou une distraction sénile.
En ce qui vous concerne, j'ai publié votre commentaire, que je trouvais par ailleurs discutable.
J'essaye en tous cas de ne pas être un rigolo.

Écrit par : andré thomann | 05/04/2017

Désolé mais pas envie de réécrire les 2 commentaires disparus dans les vapeurs du gin. A la votre!

Écrit par : jean jarogh | 05/04/2017

Écrit par : Patoucha | 06/04/2017

J'ai quand. même droit à mon pseudo :))))))))))) Quel privilège.... Merci

Écrit par : Patoucha | 07/04/2017

@Christian
La dénomination était bien "intellectuel genevois" pendant une dizaine d'années au moins et cela a provoqué un grand nombre de remarques sur les blogs de la TdG. Il était évident que cette dénomination était laudative à l'époque, même si en France, où elle était aussi beaucoup plus souvent utilisée que maintenant son usage était plus ambigü, car les personnages à qui elle s'appliquait systématiquement comprenaient notamment les "nouveaux philosophes", dont Bernard-Henry Lévy.
Si certains, dont j'étais, critiquaient l'usage de ce qualificatif à l'époque, c'est parce que Genève comptait des personnalités du monde dit "intellectuel", en particulier universitaire, dont la réputation était mondialement reconnue et fondée uniquement sur la qualité de leur oeuvre. C'était notamment le cas de Jean Starobinski et de quelques autres.

Écrit par : Mère-Grand | 05/04/2017

Monsieur Thomann, permettez moi quelque chose

Sans raconter ma vie, en 1969, il se passe pour moi le retour en mémoire d'une vision de mon enfance suivie par un très long processus dont le déclenchement, avec un transfert, de ce que Freud voulut appeler "psychanalyse".
Mais la voix (à ne pas confondre avec les voix) de la vision après m'avoir promis qu'elle ne m'abandonnerait jamais me demanda de partager cette expérience.

Puis, 1969-70 il y a un drame.
Déraison et raison non étrangères l'une à l'autre.
Mort d'une sommité médicale (avec laquelle se déclenche le processus 1969)
A la TV passage de V. Giscard-d'Estaing. Je sursaute: on "dirait"! la personne en question sommité médicale défunte.
Il n'y a priori aucun rapport entre Jésus de Nazareth et V. Giscard d'Estaing (mon commentaire précédent

L'épouse de V, Giscard- d'Estaing se prénomme Anne-Aymone.
On peut entendre "anémone" qui est l'une des fleurs "lis des champs" des évangiles.
On sait que Jésus est très sensible au sens des mots ou noms.
Simon, fils de Jonas: Céphas /l'homme qui dort au soleil/ devient Pierre.
Chercher l'étymologie de Céphas .

Nous avons le premier rapport, si l'on veut, lis des champs, évangiles Jésus.

Le second rapport, à propos de V. Giscard-d'Estaing, les diamants de Bokassa... alors que Jésus n'a rien à voir avec cette fortune... si: Jésus avait des "amis riches"!

La sommité médicale, et famille, fut présentée à la famille royale d'Angleterre.


Céphas Képhas Pierre

diamants/amis riches...

On ne parlera pas de mots de magie mais de la magie des mots soit poésie mystère chant musique EAU vive


chant musique rossignol
rossignol: clé
Clé: ouverture

Ouverture: symphonie... harmonie (recherché en chimie) et PAIX

A propos de musique et chant l'auteur de mes jours épousa en seconde noces une femme qui était cantatrice et dont le prénom était Lucienne Luc Lumière

dont l'amour le "redressa d'entre les morts" en ce sens que la blessure causée par la mort de son fils cicatrisa

Il n'y a que l'amour... message évangélique

Écrit par : MB | 06/04/2017

"Il n'y a que l'amour... message évangélique"
Aaaaah, l'amour de l'argent... mortel!

"Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété,
et retint une partie du prix, sa femme le sachant; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres.
Pierre lui dit: Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ?
S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.
Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs.
Les jeunes gens, s'étant levés, l'enveloppèrent, l'emportèrent, et l'ensevelirent.
Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé.
Pierre lui adressa la parole: Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ? Oui, répondit-elle, c'est à ce prix-là.
Alors Pierre lui dit: Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t'emporteront.
Au même instant, elle tomba aux pieds de l'apôtre, et expira. Les jeunes gens, étant entrés, la trouvèrent morte; ils l'emportèrent, et l'ensevelirent auprès de son mari.
Une grande crainte s'empara de toute l'assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses."

C'est un peu ce qui se passe actuellement au Proche-Orient dans les villes contrôlées par daech. Pas tellement de progrès en deux millénaires.

Écrit par : Charles | 06/04/2017

Une personne ressentant les choses comme la plupart d'entre nous: "si Dieu existait comment laisserait-il le pire arriver?" posa la question à Guy Gilbert, alors prêtre éducateur auprès des loubards, à Paris, qui lui répondit qu'"il ne faut pas voir comme cela.
Il faut voir ta propre relation à Dieu, la tienne non celle d'autrui."Ainsi, Charles, vous-même petit enfant avez-vous eu la révélation de l'existence de ce que nous appelons Dieu ou quelqu'un vous en a-t-il parlé?

Par vous-même?

Écrit par : MB | 06/04/2017

Ananias tomba-t-il raide mort tout seul?
On note que la crucifixion tête en bas de Pierre annonce un condamné politique.
Celle de Jésus, semble-t-il, crucifié tête en haut, condamné de droit commun (étonnant puisque Jésus attaque l'instance politique juive soit les gens du temple, Sadducéens, notamment arrogants, levant des impôts qui ruinent les paysans de Galilée, détestés du peuple. Les Pharisiens historiques(gens éclairés et ouverts) ne sont pas les pharisien tels que rapportés par les évangiles.
L'argent qu'il faut apporter aux pieds de Pierre, le reniement de sa famille, voire de soi-même, exigé par Jésus à qui veut le suivre dénonce une secte du genre dont, aujourd'hui, on ne voudrait pas pour nos enfants.

Barrabas non seulement s'appelle Jésus mais Barrabas selon la forme grammaticale Barrabam signifie fils du père.
De quel Jésus fils du père ceux qui entendaient faire de Jésus leur roi trois jours plus tôt demandèrent-ils l'exécution: Jésus, fils du père ou... Jésus fils du père?
Pour écrire ces lignes (non interminables, point final "du futur" (LA ROUTE DU TEMPS livre signalé par Jean-Noël Cuénod sur son blog) voyons-nous apparaître le visage de Françoise Dolto ou celui d'Agatha Christie?
A douze-treize ans je lis d'Agatha Christie ses Dix petits nègres.
Le suspens est à sa comble.
Par un coup de sonnette à la porte on va enfin savoir qui...

à ce moment précis, je lis "coup de sonnette à la porte"/coup de sonnette à la porte de l'appartement de ma mère!
comme une sorte de signe pour plus tard, donc, venant du futur cette coïncidence, qui m'a fait faire un sacré bond, est ce que Jung, que je ne connais aucunement à treize ans, nommera synchronicité.
Ces signes ne sont-ils pas comme des invitations à changer de route ou bifurquer... voir le livre signalé par JNC

après mon bond je ne reprends pas place sur le divan de ma mère mais chose, non évidente vu que je suis parasympathique, m'affaire...

L'hormone de l'amour, l'ocytone... mais c'est une autre histoire

Écrit par : MB | 07/04/2017

Vraiment ça devient n'importe quoi ces commentaires délirants de MB. Qu'est-ce qu'elle fume notre Myriam?

Écrit par : Christian | 07/04/2017

@ Christian,

Notre Myriam ne fume en principe qu'un paquet de DUNHIL toutes les deux semaines (un en rajout, en cachette de mon fils Jean, parfois)!
Un demi porto à midi.

Vous chercheriez, Christian, sous Barrabas confirmation.

Pourriez compléter par Jésus et Israël, Jules Isaac Fasquelle déjà cité.

Renan, et d'autres.

On peu recevoir l'ensemble des évangiles comme une instruction ou prédication à propos des ravages occasionnés par rumeurs et ragots (Jean couché sur le sein du Seigneur, quels sentiments en Judas?
Choqué, jaloux?

Rumeurs.
A Jérusalem, avant de "monter" (on "monte" toujours au temple quand bien même un chemin descendrait) grands vestiaires où les pèlerins sont invités à déposer leurs affaires. Nombreuses rencontres, contacts avec les habitants de Jérusalem.
On peut y poster quelques lanceurs sinon d'alerte mais de nouvelles par exemple d'un Jésus "pédé"!

Etc. Ce n'est pas "notre Myriam", Christian, qui devrait écrire ces lignes mais l'Eglise

Une Eglise, Marie, qui serait fiancée à la vérité.

Et suivant l'"instruction", comme je viens de l'écrire, qui suivrait le prénommé Jésus qui ne voulait égarer "aucun de ces petits"!

Notre Myriam, qui ne redoute pas l'imagination, (se) pose la question de savoir si Tolstoï pourrait avoir été une réincarnation de Jésus...?

Écrit par : MB | 07/04/2017

Churchill buvait son gin pur, il regardait la bouteille de Martini simultanément pour s'imprégner de son goût

Écrit par : com | 07/04/2017

Deux déprimés, angoissés.
Sentiments de culpabilité.
Cassures... Jésus évangélique étudié par des psys, d'une part, Tolstoï, de l'autre.

TOLSTOI
l'impossible coïncidence

par Martine de Courcel HERMANN


Merci encore à notre hôte.
Belles Fêtes de Pâques

Écrit par : MB | 07/04/2017

Les commentaires qui s'adressent à une personne et qui sont signés de cette même personne ne sont pas publiés. Je ne comprends pas l'astuce.
Qu'on se le dise.
Thomann

Écrit par : andré zhomann | 08/04/2017

@ André Thomann

"Notre Myriam", sans guillemets, était une référence à un commentaire de Christian qui parlait de moi.
Sans astuce aucune juste guillemets absents.

MB permet d'aller plus rapidos.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/04/2017

Les commentaires sont fermés.