10/04/2017

WELCOME HOME

Pour une fois, je vais défendre Hani Ramadan. Cette reconduite aux frontières est une piteuse gesticulation d'un gouvernement aux abois et qui essaye de faire dans les dernières semaines de son existence ce qu'il n'a pas fait pendant les cinq années de son pouvoir. Chasser notre homme du territoire français, quelle erreur ! On ne lui a pas mis les menottes j'espère, pensez, un docteur ès lettres.

Il ne faut surtout pas empêcher H.R., Achère donc, de s'exprimer et ainsi en faire une victime, un rôle qu'il connaît par cœur. Il faut au contraire écouter son discours et alors lui rentrer dans le cadre, lui voler dans les plumes, le vouer aux jeunes momies, en un mot, le contrer, le mettre en face de ses contradictions et de ses mensonges, car il ment, par omission ou commission, comme il respire. Sa tactique est simple et efficace devant des journalistes qui n'ont jamais mis le nez dans le Coran. Il cite les passages qui lui plaisent et omet ceux qui pourraient fâcher. Et quand on le confronte avec des mots malencontreux qu'il a proférés, il déclare simplement qu'il ne les a jamais dits.

Soit cet exemple précis : parmi les attendus du ministre français de l'Intérieur qui a décidé de l'expulsion il y a cette phrase :

« Une vraie musulmane doit porter le voile intégral en tout lieu et en toute circonstance ; seul le mari doit pouvoir la voir sans voile. »

À quoi Achère répond qu'il n'a jamais tenu de tels propos.

Sauf que si, il les a tenus, c'était lors du fameux débat entre lui et Pierre Cassen. Il a dit exactement ceci :

« Ma femme porte le voile, mes filles portent le voile. Je ne vois pas pourquoi ma femme irait exposer ses charmes à quelqu'un d'autre que moi. »

Donc, pas d'exhibitionnisme malsain de la part de madame Ramadan. C'est elle qui voit. En revanche, un mensonge de toute beauté de la part de son mari. À verser aux archives.

Et puis ceci encore, je vais quand même critiquer notre homme. Dans son communiqué de presse donné à la suite de la décision ministérielle, je note cette phrase : « Dans une république, on dialogue pour se connaître […]. »

Moi, je voudrais bien dialoguer, mais il se trouve que lorsque j'envoie un commentaire à son blog, il ne le publie pas, faut dire que je n'ai pas un nom à consonance arabe et que je ne suis généralement pas d'accord avec lui. Ça fait beaucoup. Notez que ça peut se comprendre. Dans son système, toute décision vient d'Allah, il n'y a donc rien à discuter. Mais alors, il ne faut pas venir parler de dialogue.

 


... menacé par les pieds de la dame au clebs. (Une de ces trouvailles du regretté Jack Rollan. Ce que ça vient faire ici ? Rien, c'est pour le plaisir, et pour rappeler le souvenir d'un homme d'esprit.)

16:48 | Lien permanent | Commentaires (43) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Il faut au contraire écouter son discours et alors lui rentrer dans le cadre, lui voler dans les plumes, le vouer aux jeunes momies, en un mot, le contrer, le mettre en face de ses contradictions et de ses mensonges, car il ment, par omission ou commission, comme il respire."
Est-ce que vous pensez vraiment qu'il donnerait l'occasion à des contradicteurs éventuels de le faire lors de ses conférences de propagande religieuse ? Vous écrivez vous-même que sur son blog il ne répond pas à vos interventions.

Écrit par : Mère-Grand | 10/04/2017

"« Ma femme porte le voile, mes filles portent le voile. Je ne vois pas pourquoi ma femme irait exposer ses charmes à quelqu'un d'autre que moi. »"

Morceau d'anthologie. Et puis quels "charmes"? Elle a des "charmes"? Cela reste à prouver. On peut aussi vouloir cacher des horreurs, par sentiment de honte.

Mais surtout on voit que la femme (et les filles) est transformée en objet. Comme un lingot d'or qu'on garderait dans un coffre. Ou une perle. Ces gens sont des malades.

Écrit par : Caramba! | 10/04/2017

Il suffit d'aller écouter les méthodes staliniennes de cette pauvre victime qu'est Achère (avec un a expiré). Vous lui rentrez dans le cadre, il trouve un moyen d'évacuer la réponse.

Ecouter à partir de 6'00:

https://www.youtube.com/watch?v=0quDt_lLhnI

Moi, je veux bien qu'on l'invite à la TV, mais qu'on ne mette pas face à lui des demi-sachant sur l'islam. Il y a en Suisse d'excellents islamologues, certains sont profs de droit comparé, ce qui semble manquer à nos politiciens avocats. On peut aussi l'opposer à d'ex-musulmans, mais je doute que la Radio Télévision Socialiste (RTS) se jette à l'eau, vous n'allez quand même pas demandé à des islamo-fellateurs de faire un véritable travail d'animateur sérieux.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 10/04/2017

Mèregrand,
Non, je ne pensais pas é un face-à-face, faut pas rêver. Mais plutôt à un matraquage en règle, genre blog (le mien par exemple et aussi celui de Mireille Vallette) des articles dans la presse, mais il est vrai que là, on se heurte à la bien-pensance au sommet de son art. Mais on finira par avoir la peau de ce malfaisant.
Bien à vous,
Thomann
P.S. Des flagorneurs donnent à Ramadan du docteur long comme le bras. C'est un usage teuton, en francophonie, c'est réservé aux seuls médecins. Peut-être a-t-il des dons de guérisseur.

Écrit par : andré thomann | 10/04/2017

Vous faites une fixation morbide sur le voile, on dirait. Parlez-en a votre psychanaliste, il appréciera surement. Les massacres au nom d`Allah, c`est moins intéressant parce`que l`Iran votre bete noire ne peut pas etre critiqué sur ce theme ou parce`que vous etes définitivement coupé de la réalité?

Écrit par : jean jarogh | 10/04/2017

jean jarogh
Rien compris à ce commentaire.

Écrit par : andre.thomann | 10/04/2017

Il y a dans le monde musulman un certain nombre de quidams qui, sous le couvert respectable de la religion et de leur barbes vénérables (la barbe connote la sagesse de l`age) se disent religieux mais qui en fait sont des laveurs de cerveau professionnels. Ces quidams nous fabriquent en continu un certain nombre de tueurs fanatiques qui assassinent au nom de Dieu (Allah). Pendant ce temps vous ne vous préoccupez pour ainsi dire que de l`obligation de porter le voile qui vous parait etre le mal absolu. Ainsi, vous pouvez joyeusement critiquer tout l`Islam sans discernement et en particulier l`Iran qui est pourtant le plus grand pourfendeur de fanatiques islamistes. C`est pour cela que je vous demandais si vous faites une fixation névrotique sur le voile ou si vous etes simplement coupé de la réalité.

Écrit par : jean jarogh | 11/04/2017

Jean Jarogh,
Comme ça, je fais une fixation névrotique. C'est grave, docteur?

Cher Monsieur, vous ne devriez pas employer des termes techniques dont vous ne connaissez manifestement pas la portée. Un autre que moi pourrait se vexer.
Et puis cessez de lire dans mes textes ce que vous souhaiter y trouver, c'est une démarche peu intellectuelle.

Écrit par : andré thomann | 11/04/2017

« Ma femme porte le voile, mes filles portent le voile. Je ne vois pas pourquoi ma femme irait exposer ses charmes à quelqu'un d'autre que moi. »

Hani, couvrez votre femme et vos filles, que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées.

(D'après Molière, Le Tartuffe, III, 2, vers 860-862).

Écrit par : Mario Jelmini | 10/04/2017

Les commentaires qui suivent l'article de la TdG ne sont pas tendres avec les autorités. Ils demandent son expulsion!

Il va faire opposition ? Hé oui, ça ose!

Ce type me sort par les trous de nez!

Écrit par : Patoucha | 11/04/2017

Je viens de poster le commentaire suivant sur le blog d'Hani Ramadan:

"Cher M. Ramadan,
Je vous cite: "Mon épouse et mes filles portent le voile et montrent leurs visages et leurs mains". Pensez-vous qu'il soit conforme à la vraie religion qu'une femme montre son visage?
Je vous trouve bien permissif.
Allah jugera."

Curieux de connaître sa réponse - s'il publie mon commentaire, bien entendu...

Écrit par : Mario Jelmini | 11/04/2017

"Vous faites une fixation morbide sur le voile, on dirait. Parlez-en a votre psychanaliste"
Quelle horreur, cet hyper-socialiste qui nous fait la leçon depuis sa Hongrie natale, qui, elle, sait se protéger contre la racaille migratoire...

Écrit par : Géo | 11/04/2017

Comme André Thomann, j'ai souvent envoyé un commentaire sur le blog de Achère. Il ne m'a jamais publié. Je lui ai demandé pourquoi sur son email, il ne m'a jamais répondu. Et dire que ce faux-cul demande le dialogue!!

Cela dit, contrairement à AT, je ne pense pas que les autorité françaises aient fait une erreur en le renvoyant chez lui. Il allait à Colmar prêcher à des convaincus: il n'y a jamais de vrai dialogue lorsqu'il intervient, ce sont des sermons fondamentalistes et d'ailleurs il est totalement soporifique.

Si l'on voulait provoquer un dialogue où une opposition critique pourrait se manifester, il faudrait y aller nous-mêmes: par exemple en se rendant à ses conférences à son centre de la rue des Eaux-Vives où il étale sa science, à des convaincus bien sûr.

Écrit par : Christian | 11/04/2017

Ramadan est dans son bon droit: Le mensonge.

Taqqya: l'islam autorise la tromperie et la dissimulation.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 11/04/2017

Petite anecdote bloguesque datant de quelques années, je crois bien que c'était sur le blog de Mr Thevos qui proposait un "islam de gauche" en collaboration avec HR qui avait trouvé là un bon pigeon:

Question a HR: Pouvez vous maintenant affirmer que vous désapprouvez la lapidation ?

HR: Ceci a trop souvent été utilisé pour dénigrer les miens (NB "les miens", c'était le terme exact), aujourd'hui pour moi le sujet est clos.

Question a HR: Le sujet est clos ? Parce que la lapidation n'existe plus ? parce qu'elle a été retirée de la sharia ? ou parce que vous ne voulez pas nous donner votre opinion sur ce sujet ?

Plus de réponse de HR grand champion du dialogue...

Maintenant c'est son job, en tant que frère musulman il fait partie de la 5eme colonne "intellectuelle" de l'islamisation. J'en voudrait presque plus a ceux qui lui on donné le passeport Suisse.

Écrit par : C. Martel | 11/04/2017

Sinon de fixation névrotique, parlons au moins d'une obsession maladive, et d'un dérangement commun à de nombreux retraités, qui trouvent une bizarre satisfaction à se comporter en disques rayés. On y reconnaîtra l'effet peut-être de leur désoccupation et de leur désocialisation. C'est en tout cas une bien triste condition, qui réclame notre pitié plus que notre agacement.

Écrit par : Fantomas profita de son séjour au pays des Tartemolles pour perfectionner la culture de l'aristoloche | 12/04/2017

« Ma femme porte le voile, mes filles portent le voile. Je ne vois pas pourquoi ma femme irait exposer ses charmes à quelqu'un d'autre que moi. »
Qu'un naturalisé Suisse puisse prononcer ou écrire des phrases aussi ignobles est d'une immense tristesse. Il est vrai que nos pays éclairés ne savent pas se protéger contre ceux qui veulent les conquérir au nom d'une religion, pris au piège de la tolérance dont nous nous sommes justement fiers, en tout cas dans tous les autres domaines.
Malheureusement la maxime "pas de tolérance pour les intolérants" ne semble pas applicable, malgré son attrait, tant elle poserait de problèmes .

Écrit par : Mère-Grand | 12/04/2017

Dans les deux camps, ceux de l'acceptation du voile et ceux du rejet, il y a une proportion importante de gens qui savent très bien que l'enjeu réel de la dispute n'est pas, comme les partisans du premier et les naïfs du second veulent nous le faire croire, ce "tissu". La désolante explication de Ramadan en est la preuve.
Je crains que cesser de critiquer son port ne soit pas une solution, car elle accrédite la thèse de l'innocuité du symbole tout en facilitant la diffusion de ce qu'il symbolise.

Écrit par : Mère-Grand | 12/04/2017

Réponse à Fantomas: erreur mon gars! Il n'y a de loin pas que des retraités sur ces échanges, dont moi. Et d'ailleurs qu'est-ce que ça change que les seniors se manifestent? Est-on moins pertinent parce qu'on est vieux?

Face à la montée de l'islam -faut être aveugle et sourd pour dire le contraire- il y a des courageux qui osent s'exprimer. Face à l'obscurantisme musulman qui menace nos libertés acquises, il y a des gens qui restent debout et refusent de se coucher. Vous n'en faites visiblement pas partie.

Écrit par : Christian | 12/04/2017

Hani Ramadan doit avoir un rôle au niveau des renseignements, déjà plusieurs fuites font état de rapports transmis par ce tribun aux polices fédérales. Donc, c'est hospitalité contre renseignements !

Écrit par : Vadim | 12/04/2017

@Vadim L`explication est peut-etre plus simple: ces gens-la ont de puissants soutiens financiers qui leur permettent de mobiliser des avocats rompus aux procédures d`opposition et de temporisation.

Écrit par : jean jarogh | 12/04/2017

J'aimerais compléter mon post précédent qui se termine par
"Je crains que cesser de critiquer son port ne soit pas une solution, car elle accrédite la thèse de l'innocuité du symbole tout en facilitant la diffusion de ce qu'il symbolise."
Les extrémistes ont généralement plus d'énergie pour la diffusion de leur pensée que les gens posés. Il en est ainsi de Hani Ramadan et de son frère, qui ont voué leur vie à la propagation de la pensée de leur père. Ils n'en tirent pas seulement leur énergie mais en ont faut aussi un gagne-pain.
Face à ce travail de professionnel, la voix des gens ordinaires, pris dans la nécessité de gagner leur vie et désireux de la mener en dehors de tout fanatisme, risque évidemment d'être submergé et annihilé à la longue par le simple phénomène de la fatigue engendrée par la nécessité de dénoncer sans cesse des affirmations qui ne varient guère, mais risquent d'obéir à la loi qui fait qu'un "mensonge sans cesse répété finit par devenir une vérité".
Un article récent de la revue scientifique New Scientist attire l'attention sur le danger en ce qui concerne le danger du réchauffement climatique, dont les détracteurs ont trouvé aux USA un allié puissant en Donald Trump. Bien que dans ce cas la dénégation trouve son origine dans des intérêts économiques et non dans des convictions religieuses, la danger de ce que j'ai qualifié de "fatigue" du combat est le même: aboutir au triomphe d'une pensée qui met en danger le mode de vie, les valeurs et parfois la vie elle-même d'une partie des populations du monde dans le premier cas, le monde entier dans le second.
P.S. Je m'empresse d'ajouter que cette dernière affirmation, qui sous-entend évidemment que son auteur partage la mise en garde de la grande majorité de climatologues, n'est qu'un exemple choisi hors du champ religieux et qu'il peut être remplacé par d'autres en fonction des convictions de chacun. Elle n'entend pas ouvrir un débat sur la question du réchauffement climatique.

Écrit par : Mère-Grand | 12/04/2017

Désolée pour ce bug mystérieux qui n'a vraiment rien à voir avec une quelconque censure. Et mes félicitations à Mère Grand (dont je regrette toujours le pseudo) pour cette réflexion magnifique à propos du voile:

"Je crains que cesser de critiquer son port ne soit pas une solution, car elle accrédite la thèse de l'innocuité du symbole tout en facilitant la diffusion de ce qu'il symbolise."

Je l'utiliserait un jour ou l'autre.

Et merci à toi, André, pour tes rafraichissants posts!

Écrit par : Mireille Vallette | 15/04/2017

Bonjour "fantomas",

Moi non plus je ne suis pas retraité, et alors ?

Au revoir "fantomas", d

Dommage tu étais tellement intéressante.

Écrit par : C. Martel | 12/04/2017

Pourquoi ce féminin C. Martel? Vous savez qui est fantomas?

Écrit par : Patoucha | 13/04/2017

Correction:
Dans mon commentaire du 12.04, remplacer "la question du réchauffement climatique" par "la question de la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique". Merci.

Écrit par : Mère-Grand | 13/04/2017

Réponse à Jean Favre, à Christian et à quelques autres:
Vous avez raison, mais c'est un dilemme. J'ai décidé de publier tous les commentaires, sauf s'il s'agit d'un harcèlement personnel, j'ai eu un cas.
Cela m'évite de faire un tri, je ne m'en sens pas capable. Car un texte illisible, mal écrit, il ne l'est que pour nous, pour celui qui l'a écrit, il est limpide, il en est content et se réjouit de le voir publié. Dois-je le priver de ces deux petits plaisirs? Je ne joue plus au prof, j'ai déjà donné.

Écrit par : andré thomann | 13/04/2017

LOL! Vous l'avez quand même mis?!!!!!

Écrit par : Patoucha | 14/04/2017

"P.S. Des flagorneurs donnent à Ramadan du docteur long comme le bras. C'est un usage teuton, en francophonie, c'est réservé aux seuls médecins. Peut-être a-t-il des dons de guérisseur." (Athée)

Bah! Vous savez, Monsieur Thomann, il y en a d'autres qui ont ce fameux titre de docteur et cela vaut son pesant d'or de les écouter:

https://www.youtube.com/watch?v=MXURFou1ONQ


Vous avez fait mention des dons de guérisseur du "docteur" Achère, peut-être préconise-t-il l'urine de chameau pour soigner les âmes de ses patients empressés d'aller au Paradis aux 72 vierges, allez savoir!

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/05/05/il-est-beau-le-pipi-de-chameau/

En entendant de telles inepties, comment oser encore croire que nous, Européens, devons tout notre connaissance aux Arabo-musulmans? C'est franchement à hurler de rire.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 14/04/2017

Foutez la paix à ce gentil Ramadan. Il a bcp à faire. Toute la journée et les WE, il est avec son moderne pied à coulisse numérique 150 mm. Il trie les cailloux et les pierres, pas ni les trop grands ni les trop petits. Trop grands tuent trop vite, ce n est pas chic tout ça! Pire encore pour les petites pierres car elles ne font pas trop de souffrance lors d une lapidation. Il faut être raisonnable, doser est un art et trouver le bon diamètre de ces pierres ni trop grandes ni trop petites, est un casse-tête, vous ne vous rendez compte bande d Ignards.

Écrit par : Charles 05 | 14/04/2017

Disons qu'il est victime de sa grande réputation, réputation probablement surfaite!

Écrit par : G. Vuilliomenet | 14/04/2017

Je trouve ici une intervention de Noëlle Ribordy, que je salue.
Comme elle le sait, plus aucune de mes intervention sur son blog est acceptée depuis plusieurs mois et ni elle-même ni Monsieur Mabut n'a pu m'expliquer pourquoi. J'ajoute qu'aucun des commentaires en question ne contrevenait aux règles énoncées pour l'usage des blogs.
Question: quelqu'un pourrait-il me donner la recette pour contourner cette censure (je rappelle qu'elle n'est pas du à Madame Ribordy ni au responsable des blogs): créer une nouvelle identité réservée à ce blog particulier et comment ? Autre solution ?
Merci d'avance et merci de ne pas me proposer de me taire ;-)

Écrit par : Mère-Grand | 14/04/2017

Si vous pensez que c'est votre IP qui pourrait être en cause, essayez de commenter à partir d'un autre poste dont l'IP est différent. Peut-être est-ce vos paramètres de configuration qui ne sont pas bons.
Je me souviens d'un temps où je ne pouvais plus publier chez Mireille Vallette depuis mon poste de travail. J'ai essayé à un endroit physiquement différent, avec le même nom et la même adresse électronique et ça a fonctionné.
Après, il se peut que le goujat ne publie que ce qui l'intéresse.

Justement, les choix sélectifs de l'immodéré islamiste me font penser à cet imam espagnol, un véritable renégat, qui a refusé de dialoguer avec Hamed Abdel-Samad car il n'accepte pas la critique de l'islam:


https://www.youtube.com/watch?v=4YVy9gEdSsw&t=2886s

Écrit par : G. Vuilliomenet | 14/04/2017

@G. Vuilliomenet
Merci de votre réponse. Je vais essayer votre recette, mais j'ajoute, pour le cas quelqu'un aurait une autre idée:
1. Ce n'est que chez Mireille Vallette que cela se produit et je suis absolument certain, étant donné le contenu de mes interventions et ce que Madame Vallette m'a confirmé par e-mail que le problème ne vient pas d'un refus de publier de sa part. Cela me paraît aussi régler la question des paramètres de configuration.
2. Question: pourrais-je publier sous un autre pseudonyme et comment m'y prendre ? Ils semble que beaucoup de blogueuses utilisent cette possibilité, pas toujours avec de bonnes intentions.

Écrit par : Mère-Grand | 14/04/2017

André Thomann et G. Vuilliomenet ont tous deux fait un commentaire sur le titre de docteur, très souvent mis en avant lorsque musulmans jouent aux faire-valoir de Hani Ramadan.
Pour ceux qui ne sont pas familiers des usagers universitaires j'aimerais donner quelques précisions à ce sujet. Hani Ramadan, comme son frère, est effectivement habilité à porter le titre de docteur ès lettres de décerné par l'Université de Genève, leurs thèses portant sur des sujets très nombreux enseignés dans le Faculté des Lettres, ou ayant un lien avec suffisamment étroit avec eux.
Ces doctorats sont de valeur très diverses et font l'objet d'une mention qui va en gros de l'équivalent de "sans commentaire" à "avec félicitations du jury". Ces mentions sont toujours complétées par une formule consacrée stipulant que c'est la qualité du travail de recherche qui et jugée, sans que les membres du jury ou l'Université elle-même partage nécessairement les opinions exprimées.
Cette dernière formule, dont j'avoue avoir oublié la formulation exacte, a provoqué quelques remous chez les adversaire de Tarik Ramadan, qui ont cru y voir une sorte de condamnation ou de refus de sa thèse. Elle était peut-être médiocre, mais tout à fait reçue par le jury. N'étant pas au courant de ces usages, cette formule avait même été utilisée, à tort donc, par une journaliste française connue dans un débat contradictoire ou un livre très hostiles aux idées de Ramadan. Cette mauvaise interprétation reviendrait à prendre à la lettre la déclaration d'un tribunal qui se dit "incompétent" pour juger d'une affaire.
Pour en revenir à notre sujet, il est à remarquer qu'il n'est pas d'usage en Suisse Romande, pas plus qu'en France, de mentionner le titre de docteur qui n'est pas attribué par une faculté de médecine. Jusqu'à très récemment (il semble que cela vienne de changer ou est en passe de l'être) la présentation d'une thèse était obligatoire pour qui voulait obtenir le droit d'exercer comme médecin chez nous. Les docteurs du langage populaire (je vais chez mon docteur) étaient et sont probablement encore tous des Docteurs en Médecine et ont pratiquement accaparé le titre, les autres, Docteurs ès lettres, en sciences, en géologie ne faisant pas pas état de leur titre, ce qui maintient la population dans l'ignorance du fait qu'ils le sont.
Il en est tout autrement en Suisse allemande et surtout dans les pays anglo-saxons, ou chaque année son décernés des milliers de PhD (Philosophiae Doctor, appellation ancienne traditionnelle) en toutes sortes de disciplines à des candidats qui feront ensuite tous suivre leur nom de la mention PhD, comme ils le font pour d'autres titres "inférieurs", comme BA (Bachelor of Arts) ou MA (Master of Arts).
Il est amusant de penser qu'aucun de nos grands intellectuels (je parle de ceux qui méritent cette appellation) pour en citer au hasard un du passé comme Piaget ou du présent comme Starobinsky (que personne ne m'en veuille de ne pas citer ceux qu'ils admirent le plus ou sont représentatifs de leur discipline favorite ou de leur époque), ne portait ou porte ce titre, alors même que n'importe quel jeune porteur d'un PhD va l'afficher avec fierté (ou sans même y penser).
Que nos musulmans du cru fassent feu de tout bois pour asseoir leur réputation et utilisent leur titre de docteur, même si ce n'est pas l'usage, est tout a fait conforme à leur prosélytisme. Elle conforte aussi leur autorité auprès de leurs coréligionaires et donc leur pouvoir. Déroger aux usages locaux en cette matière n'est pas plus étonnant qu'est leur mépris des autres valeurs et des usages de la culture dans laquelle il se sont insérés sans l'accepter.

Écrit par : Mère-Grand | 14/04/2017

Mère-Grand@ "pour le cas quelqu'un aurait une autre idée" re: accès bloqué sur le blog Blvd de l'islamisme
- idem pour ma part depuis modif* de gestion des commentaires des plateformes Tamedia (*sous-traitance par logiciel français/ sté Nettino)

Comme j'ai la prétention de revendiquer ma part légale de cette liberté d'expression ne devant pas être limitée par celle d'autrui, je refuse de passer par un IP faussé ou tout autre manip IT tout aussi opaque. Dernière option: commentaires envoyés à l'email de Mireille Valette, qui maintenant (cela ne lui était pas possible pendant plusieurs mois) peut les poster, mais ce qui l'oblige à un travail supplémentaire,
ce qui freine la liberté d'action de l'auteur d'un blog.

Freins & blocages d'accès qui n'existent pas pour Hachère sur son blog Tamedia.
Un hasard? Pendant qu^à GE comme en VD, au Tessin comme à Neuch ou à Fribourg et du Jura à Bâle, nos libertés sont peu à peu éliminées, grignotées de toutes parts.

Écrit par : divergente | 14/04/2017

@divergeante
"Dernière option: commentaires envoyés à l'email de Mireille Valette"
Il me semble que Madame Valette m'avait aussi suggéré cette solution. Je ne lui imposerais cependant ce travail supplémentaire que si j'estimais que ma contribution est d'une importance telle que les autres n'en peuvent se passer. Ce qui n'a, malgré ma part de narcissisme, encore jamais été le cas.
"je refuse de passer par un IP faussé ou tout autre manip IT"
Je ne sais pas ce que vous appelez une IP faussé, ma connaissance étant très limité dans ce domaine et tout à fait proportionnel à l'intérêt que j'y porterais en temps ordinaire. Je ne sais pas si l'usage de pseudonymes différents emprunté par certains à l'occasion comporte la manoeuvre à laquelle vous faites allusion, mais si elle était efficace je l'utiliserais sans hésitation pour ce cas particulier.
Je vous remercie vivement de votre réponse.

Écrit par : Mère-Grand | 14/04/2017

Mère-Grand, à propos d'IP bloqués d'accès (& du non-usage de l'adresse de contact proposée sur blog par leurs auteurs), voilà une honorable hésitation de votre part.

IP bloqué: changer de pseudo ou votre PC ne modifierait pas votre protocole IP bloqué sur un site donné; faut passer par 1 proxy; pour la config, cf détails sur sites (dont le suivant, sans garantie/ ne suis pas ingé systèmes)
http://megastuces.com/comment-modifier-son-adresse-ip/

Retour au "welcome home" titillant de notre hôte.
Si au moins Hachère savait où trouver son 'home', ou son âme (un de ces mots indignes si prononcés par une ii ou idiote impure, à 2 zeuros), il nous foutrait la paix avec ses constructions branlantes à 5 piliers & leurs soutiens, le djihad la charia la taqyia la oumma le voile les 5 pauses quotidiennes, et la zakat pour se faire entretenir.

Si au moins les contemporains genevois de mon schwyzois de grand-père avaient donné, avec l'asile au grand-père d'Hachère/ 1 assassin égyptien poursuivi dans son pays pour crimes dont politiques dont la création des 'frères musulmans',

- l'interdiction de postuler à la naturalisation suisse
- l'obligation de retourner chez lui
... les si n'ayant jamais changé le passé peuvent au moins servir de clou pour enfoncer les conséquences déjà encourues par leurs inactions et leurs lâchetés

dans la tête de nos zélus (entre autres) du parlement qui se font payer se font augmenter se font rénover le décor
mais ne font rien du projet de loi sur la laïcité et ce, depuis 2015.

Écrit par : divergente | 15/04/2017

« les "si" n'ayant jamais changé le passé peuvent au moins servir de clou pour enfoncer les conséquences déjà encourues par leurs inactions et leurs lâchetés »

Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris cette phrase mais le mot "clou" utilisé au lendemain de la mise en croix de Jésus me remet en mémoire certains passages de mon livre de chevet.

Tout d'abord, la crucifixion de Jésus a été clairement annoncée par les prophètes de l'Ancien Testament:

- “Puis il fixe l'idole avec des clous, pour qu'elle tienne bien”
(Ésaïe 41:7; on notera le qualificatif d'idole attribué à Jésus);

- “Un marteau et des clous le font tenir en place” (Jérémie 10:4; le "le" se rapporte ici clairement au corps du malheureux Jésus).

Concernant le destin réservé aux clous et au pauvre innocent qu’ils auront servi à fixer sur la croix, on trouve cette intéressante anticipation chez Ésaïe (VIIIe siècle av. J.-C.):

“En ce jour-là, dit l'Éternel des armées, le clou planté dans un endroit solide sera ôté; il sera arraché et tombera; et tout ce qui y était suspendu sera détruit. L'Éternel a parlé” (Ésaïe 22:25).
Cette déclaration du Tout-Puissant, attestée par celui que l'on a surnommé «le prophète de l’espérance messianique», devrait davantage retenir l'attention de ceux qui interprètent toute une série de passages de l’Ancien Testament comme annonciateurs de la venue de Jésus: celui-ci “sera détruit”, un point c’est tout.

Quant au Nouveau Testament, il se vautre avec délectation dans le sang du plus extravagant des sacrifices humains jamais orchestré: celui de Jésus. Le lecteur y découvre avec stupeur un Dieu “qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré” (Romains 8:32). Et le texte, dont l’authenticité autant que le caractère sacré sont certifiés par les plus hautes instances religieuses, de préciser: “Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l’a condamné” (II Corinthiens 5:21). Face à de telles révélations, on ne peut que s’indigner. Il faut être sérieusement perturbé dans sa santé mentale pour croire à l’amour d’un Dieu qui, ayant “établi [son propre Fils] comme victime expiatoire” (Romains 3:25), décide de le faire mourir à petit feu “en le clouant sur une croix” (Colossiens 2:14).

Si Dieu a condamné Jésus à souffrir le martyre sur la croix, argumentera-t-on, c’est “pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés” (Actes 5:31; dans un sens analogue et du même auteur: Luc 1:77). Mais quand on se présente comme “le Dieu tout-puissant” (Genèse 17:1 et 35:11; Exode 6:3) et qu’on veut se réconcilier avec son peuple en lui pardonnant ses écarts de conduite, cela doit-il nécessairement passer par la mise à mort d’un innocent? Et cette mort doit-elle survenir au terme d’un rituel aussi cruel que celui de la crucifixion? N’y aurait-il pas de manière plus digne et plus élégante de laisser éclater sa miséricorde et de prouver son amour à son peuple que de torturer publiquement l’un des siens et d’exposer sa dépouille à l’ignominie? Une mise en scène aussi répugnante est indigne d’un dieu qui se respecte. On comprend le peuple d’Israël d’avoir cherché à se mettre sous la protection de dieux moins pernicieux que celui-là.

“Dieu nous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils” (Romains 5:10, traduction Bible du Semeur). On comprend les non-chrétiens de s’étonner que des personnes supposées raisonnables puissent entrer dans une telle logique. Le chapitre 5 de l’Évangile selon saint Matthieu s’achève sur la recommandation suivante: “Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait”. L’être humain qui s’est brouillé avec Dieu mais qui souhaite se raccommoder avec lui doit-il commencer par sacrifier l’un de ses enfants sur l’autel de la réconciliation?

La plupart des non-chrétiens qui ont essayé de s’intéresser au christianisme ont dû
rapidement déchanter: un Dieu qui se résout à humilier urbi et orbi son propre enfant
jusqu’à ce que mort s’ensuive et qui prétend agir ainsi par amour pour l’espèce
humaine ne doit pas s’attendre à inspirer la confiance. La perspective de se retrouver
“aimé” par un être capable d’un comportement aussi paradoxal ("j’aime, donc je
tue") a de quoi inquiéter les esprits, même les mieux disposés. Rien d’étonnant, dès
lors, à ce qu’une large majorité ait choisi de tourner le dos à des excès aussi rebutants.

Comme l’a écrit un jour une ex-paroissienne: «Je veux bien être sauvée, mais pas au prix du martyre d’un de mes frères».

Écrit par : Mario Jelmini | 15/04/2017

@ Mireille Vallette
"Et mes félicitations à Mère Grand (dont je regrette toujours le pseudo)" Je suis sensible à ce compliment, tout autant qu'à votre regret concernant mon usage d'un pseudonyme. Vous connaissez mon vrai nom, puisque nous avons communiqué par e-mail. Quel avantage quiconque pourrait-il tirer de sa publication puisque je ne vise aucune position professionnelle ou publique et ne "vends" rien, même pas de la propagande religieuse ?

Écrit par : Mère-Grand | 15/04/2017

@Mario Jelmini

"Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris cette phrase mais le mot "clou" utilisé au lendemain de la mise en croix de Jésus me remet en mémoire certains passages de mon livre de chevet."

Pas le même clou....:))))

"Si Dieu a condamné Jésus à souffrir le martyre sur la croix, argumentera-t-on, c’est “pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés” (Actes 5:31; dans un sens analogue et du même auteur: Luc 1:77)."

Il serait intéressant que vous nous donniez les références de l'auteur de votre livre de chevet, car moi, j'ai un autre son de cloche - Et j'ai fait tous les Actes.... "

◄ Luc 24 ►

44Puis il leur dit: C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. 45Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Ecritures. 46Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour,

"47et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem."

48Vous êtes témoins de ces choses. 49Et voici, j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut.
Louis Segond Bible

- Martin Bible
Et qu'on prêchât en son Nom la repentance et la rémission des péchés parmi toutes les nations, en commençant par Jérusalem.

- Darby Bible
et que la repentance et la remission des peches fussent prechees en son nom à toutes les nations, en commençant par Jerusalem.

- King James Bible
And that repentance and remission of sins should be preached in his name among all nations, beginning at Jerusalem.

- English Revised Version
and that repentance and remission of sins should be preached in his name unto all the nations, beginning from Jerusalem.

http://saintebible.com/lsg/luke/24.htm

Écrit par : Patoucha | 16/04/2017

@ Patoucha

"Il serait intéressant que vous nous donniez les références de l'auteur de votre livre de chevet, car moi, j'ai un autre son de cloche - Et j'ai fait tous les Actes...."

J'ai indiqué la référence entre parenthèses immédiatement après la citation: il s'agit d'Actes 5:31.
Voici quelques-unes des traductions en langue française qui sont données de ce verset:

- Louis Segond, Segond 21 et Nouvelle Édition de Genève 1979:
"(...) pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés."

- Martin: "(...) afin de donner à Israël la repentance et la rémission des péchés."

- Darby: "(...) afin de donner la repentance à Israel et la rémission des péchés."

- Crampon: "(...) pour donner à Israël repentir et rémission des péchés."

- Semeur: "(...) pour accorder à Israël la grâce de changer et de recevoir le pardon de ses péchés."

- Colombe: "(...) pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés."

- Parole de Vie: "(...) pour que le peuple d'Israël change sa vie et reçoive le pardon de ses péchés."

- Français courant: "(...) pour donner l'occasion au peuple d'Israël de changer de comportement et de recevoir le pardon de ses péchés."

Vous vous référez, dans votre commentaire, au chapitre 24 de Luc, plus précisément aux versets 46-47, qui se rattachent à l'épisode dit des pèlerins d'Emmaüs. Au verset 16, il est expliqué que “leurs yeux [les yeux des pèlerins d’Emmaüs] étaient privés du pouvoir de le reconnaître” - “le” étant mis, selon les traductions, pour un “étranger” ou pour un “visiteur” (verset 18), un visiteur dont l’évangéliste laisse entendre qu’il s’agissait de Jésus (verset 15). S’il s’agissait effectivement de lui, le moins que l’on puisse dire - sa crucifixion datant de l'avant-veille - c’est qu’il avait admirablement récupéré des mauvais traitements subis puisqu’il marchait allègrement (24:15). La vue des pèlerins ayant été brouillée, on comprend qu’ils n’aient pu le reconnaître à ses stigmates et à son visage tuméfié (cf. Matthieu 26:67, Matthieu 27:30-31, Marc 14:65, Marc 15:15, Marc 15:19, Luc 22:63 et Jean 19:1-3). Cela dit, il faut rendre grâce au ciel de ne pas avoir également brouillé leur ouïe, sinon les lecteurs de Luc auraient été privés d’une scène exclusive (exclusive, puisqu’il n’y a que lui qui la rapporte). Toujours selon Luc (et toujours selon lui seul), après que Jésus ait mystérieusement disparu de leur vue qui avait été brouillée (24:31 in fine), les deux pèlerins s’en allèrent aussitôt rejoindre les Onze et quelques autres à Jérusalem (24:33), distante de onze kilomètres (24:13). Et là, non seulement ils revirent Jésus (24:36) mais cette fois, leurs yeux s’étant ouverts (24:31), ils purent contempler ses stigmates (24:38-40).
Jusqu’à preuve du contraire, une personne qui parle, marche, exhibe des stigmates (24:39-40), rompt le pain (24:30) et mange du poisson grillé et du miel (24:42- 43) n’est pas morte.
Faut-il s'étonner si certains affirment que ce n'est pas Jésus qui a été crucifié mais quelqu'un d'autre à sa place (Simon de Cyrène, selon Basilide). L'histoire de la résurrection ne serait alors qu'un hoax ou, comme on dit maintenant, une fake news...

Écrit par : Mario Jelmini | 17/04/2017

@Mireille Vallette
"Je crains que cesser de critiquer son port ne soit pas une solution, car elle accrédite la thèse de l'innocuité du symbole tout en facilitant la diffusion de ce qu'il symbolise."
Vous avez apprécié cette analyse.
Un événement récent me paraît faire partie d'une démarche semblable: c'est celle du service religieux protestant organisé aux Bains des Pâquis, que je soupçonne de préparer l'arrivée d'un imam dans ces mêmes lieux, au nom cette fois de l'égalité de traitement réservé à toutes les religions présentes chez nous.
Ce serait alors un simple stratagème pour atteindre un but bien connu, et que la prière musulmane d'u vendredi récemment tenue sur la Place de la Navigation avait manqué. L'avenir nous le dira.

Écrit par : Mère-Grand | 17/04/2017

Les commentaires sont fermés.