02/11/2017

ON VA POUVOIR VOTER

C’est une nouvelle qui me réjouit mais en même temps m’irrite. Qu’on empêche les fêlées du bulbe de se promener en se cachant le visage alors qu’aucune prescription coranique ne le leur demande, voilà une chose qu’elle est bonne.

Mais qu’on dérange le peuple suisse pour ce qui devrait aller de soi et qu’on pourrait régler sans sortir l’arsenal démocratique, il y a de quoi se fâcher.

Comment faire ? Je pars de l’idée que ces marie-pisse-trois-gouttes ne sont pas orphelines et que la famille pourrait mettre le holà à cet exhibitionnisme.

« Qu’est ce que c’est, cette tenue, ma fille ? Tu vas m’enlever ça tout de suite ! »

Il peut certes arriver que la mère soit aussi bête que la fille et que le grand frère trouve la tenue conforme à ce que demande l’islam. Il faut se rappeler que tout le monde dans cette pieuse famille se réfère au Coran, mais qu’ils ne l’ont pas lu, se contentant de ce qu’on leur raconte.

Les arguments de ces donzelles sont la piété absolue, la communion avec le Créateur, la séparation avec le monde tel qu’il est. Les arguments de ceux qui les soutiennent font peine à entendre, à commencer par Amnesty, qu’on a connu sous un meilleur jour, qui déclare que l’interdiction du voile intégral est une atteinte à la liberté religieuse, rien que ça. On veut y voir une discrimination envers les musulmanes, alors que ce sont elles-mêmes qui s’offrent en cible. Si on rencontre dans la rue une jeune femme habillée ‘normalement’, on ne peut évidemment pas savoir si elle est musulmane et personne n’aurait l’idée de s’en prendre à elle. Peut-être l’est-elle, peut-être loue-t-elle son Créateur, mais dans le secret de sa chambre, comme le recommandait le rabbin Jésus. Elle ne s’exhibe pas. C’est la sagesse même.

Ce qui frappe, quand on entend ces demoiselles, c’est le ton agressif, c’est l’arrogance : la loi (en France) est inique, je n’en ai rien à cirer. Je m’oppose à la loi. Alors, le vivre ensemble, pas pour moi, je reste dans ma bulle.

Bon, un dernier argument en faveur de l’interdiction : ces masquées sont dans l’impossibilité de sourire, ce lubrifiant de la vie sociale. Déjà qu’on ne sourit pas à son Créateur, Il croirait qu’on se moque.

Sans compter que manger la fondue (on va admettre qu’elle vit ‘à la Suisse’) au bistro avec des copines va poser des problèmes techniques. Mais se donne-t-elle le droit d’aller au bistro ?

 


Vae puellis stultis !

22:48 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Voter pour l'interdiction de la burqua ne m'apparait pas comme une marque d'intolérance et de repli identitaire mais plutôt une forme évoluée de compassion pour permettre l'accélération de l'évolution de ce courant religieux qui pourrait bien disparaitre s'il n'envisage pas de s'ajuster aux réalités contemporaines.

Écrit par : PIerre Jenni | 03/11/2017

J'ai vu un soir 3 femmes voilée entrer dans le restaurant de mon hôtel 5* à Interlaken. Je me suis tout de suite demandé comment elles allaient manger. Et bien elles ne mangent pas en publique, elles regardent par curiosité mais se font livrer le diner dans leur chambre (ou suite).

Écrit par : Stanton Cree | 04/11/2017

Comme annoncé à propos du climat il fera de plus en plus chaud.
Ainsi ces femmes religieuses pour raisons de survie seront bien obligées d'ôter leurs voiles-

Une future petite sainte catholique naquit en voilant son sexe de ses deux petites mains.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/11/2017

Les commentaires sont fermés.