25/04/2018

SILENT SPRING

En 1968, Rachel Carson, une biologiste américaine, lançait une bombe qui n'était pas exactement tirée d'un chapeau. Elle prédisait, cette cassandre, que si on continuait à déverser sans vergogne des pesticides dans la nature, on verrait disparaître les insectes qui sont la nourriture des oiseaux et par là la disparition des oiseaux eux-mêmes. D'où le titre de son livre, Silent spring. Plus de gazouillis, plus de roucoulades. Elle fut entendue et on la crédite d'être à l'origine du mouvement écologiste sur la planète entière.

Mais c'est d'un autre printemps silencieux dont je veux parler. Lors d'un reportage à Mossoul libéré des talibans, j'ai entendu cette phrase alarmante : on va de nouveau pouvoir écouter de la musique. En fait, j'ai été choqué mais pas surpris.

Ce qu'on sait, c'est que les talibans sont les plus obtus, les plus restrictifs, les plus fanatiques de l'islam. Pour eux ne comptent que le Coran et les hadiths, les faits et gestes du Prophète tels qu'on les leur a rapportés, avec ce que cela comporte de fraude.

Ce sont eux qui par exemple ont fait détruire, à l'explosif, les statues de Bouddah, un dangereux rival à leur Mahomet. Ils ferment les bibliothèques, brûlent les livres (il n'y en a aucun qui vaille), détruisent les instruments de musique. Quant à des écoles pour les filles, vous n'y pensez pas. Ils pensent comme ce personnage de Molière qu'une femme en sait toujours assez

Quand la capacité de son esprit se hausse
À connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse.
(Faire les changements nécessaires).

Des fous. Mais qui s'en tiennent au Coran, ce qui leur donne, croient-ils, une légalité.

Ce qu'on devrait aussi savoir, mais cela est réservé à ceux qui ont bêtement ouvert le Coran et ont noté un certain nombre de passages délétères, c'est que l'islam n'aime pas la musique. Les savants musulmans (lire les théologiens) sont quasi unanimes. Certains acceptent le tambour qui ne donne pas de mélodie, seulement un rythme. D'autres accepteraient que lors d'un mariage, des femmes chantassent, mais attention, toutes portes fermées, hors de portée de l'écoute des mâles qui, entendant des voix féminines, auraient leur bistouquette au garde-à-vous. Ils sont déjà sensibles de ce côté-là, pas besoin de les exciter davantage.

Cette interdiction a ses raisons. D'abord, on l'a vu, le pouvoir érotique des voix. Ceux qui ont assisté à un concert de Johnny le savent (Beethoven moins, sauf peut-être les chœurs de la Neuvième...). Mais surtout, la musique remplit le cœur qui devrait être consacré à l'adoration exclusive d'Allah. Allons, pas de distraction intempestive, le Créateur demande toute votre attention. Pas de cinéma non plus, il y a des séances qui pourraient coïncider avec une des heures de prière. Et n'oublions pas les ablutions avant de prier, dont un pédiluve peut-être nécessaire.

On termine avec une petite blague, pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore :

C'est un Américain qui meurt et va au ciel. Il est White Anglo-Saxon Protestant (WASP), ce qui se fait de mieux dans le genre, il n'est ni Irlandais, ni juif, ni musulman. Il est reçu à la réception par un ange qui lui dit :
— Vous allez être en présence de votre créateur, vous allez avoir une surprise.
— ?
— She is black.

23:50 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |