16/08/2018

BONNES NOTES, MAUVAISES NOTES

Des âmes pures voudraient nous faire croire que toutes les civilisations se valent et que toutes les coutumes sont acceptables. Il ne faut stigmatiser personne si on est soi-même pur, les autres le sont aussi. Cette façon bénisseuse de voir ne correspond pas à un examen raisonnable des faits.

Voyons cela d’un peu plus près. Lorsque des civilisations sub-sahariennes (j’aime bien cet adjectif purement géographique qui évite d’employer le mot nègre) tuent des albinos parce qu’ils auraient le mauvais œil, on ne peut que donner une mauvaise note à ces civilisations. Les albinos n’ont pas le mauvais œil, ils ont une mauvaise vue due à un gène récalcitrant. La science a découvert ça et on laisse désormais les albinos tranquilles sous nos climats.

Lorsqu’une civilisation jette ses homosexuels du haut d’une tour pour qu’ils s’écrasent au sol, on se dit qu’on a affaire à un très mauvais élève. Notre civilisation occidentale, une des meilleures, ne fait pas ça, à part quelques plaisanteries gauloises, et des dérapages qui sont le fait d’individus, pas de la charia, elle laisse les homosexuels tranquilles. Ils sont différents, c’est tout.

L’idée qu’à part Hitler, Staline et Pol Pot, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil me paraît assez récente. Il fut un temps où on était moins naïf mais aussi plus arrogant. Car il y avait de l’arrogance. Une des motivations de la colonisation, pas la seule certes, était d’apporter le bonheur et la sagesse d’une bonne civilisation à une moins bonne. Sur les pas du soldat conquérant suivait souvent le missionnaire. Il s’agissait entre autres d’inculquer la notion du péché, surtout sexuel, chez des peuplades primitives qui n’en avaient aucune idée. Figurez-vous que dans certains coins chauds du globe, des dévergondées allaient quasiment nues. Des hommes aussi. On affubla qui d’une Mother Hubbard, une longue robe qui va jusqu’aux chevilles, qui d’un pantalon. La morale occidentale était sauve.

Notre civilisation occidentale est épatante. On peut s’y vautrer dans Beethoven, Rembrandt, Shakespeare, Victor Hugo et quelques milliers d’autres, on ne s’ennuie jamais. Il n’est pas rare en plus que des violonistes chinoises, japonaises ou coréennes, attirées par la lumière, viennent se colleter dans un de nos orchestres symphoniques avec Wolfgang Amadeus, Franz, Robert, Modeste, Felix, Claude, Maurice, (noms connus de la rédaction) et y prendre un plaisir certain.

Le Créateur (appelons-le ainsi) a cru bon de jouer un tour à l’humanité, on voit là la méchanceté du bonhomme, en décidant qu’il y aurait une multitude de langues et que les hommes ne se comprendraient plus les uns et les autres, selon le principe éprouvé du diviser pour régner. Ce qui devait être une malédiction se révéla être un bienfait. Nous avons en Europe une bonne vingtaine de langues sans compter d’innombrables dialectes, des langues germaniques, latines, slaves plus quelques francs-tireurs inclassables. Une superbe variété qui fait d’un voyage une expérience heureuse. Le plaisir de dire ne serait-ce que bonjour et merci dans le pays qu’on visite ! Vous imaginez, vous, une Europe où on ne parlerait qu’une seule langue ? Quelle morosité ! On n’aurait ni Proust, ni Cervantes ni Tolstoï. C’est paradoxalement cette diversité qui a fait de cette civilisation occidentale sa force et sa richesse. Elle est faite d’échanges qui ne sont fructueux que si les parties sont différentes et ont chacune de quoi intéresser l’autre, sinon autant rester couché.

Cette civilisation est une reine dont je suis heureux d’être le sujet.

 


Bonjour, guten Tag, Gruezi, kalimera, good morning, buenos dias, dzien dobre.
Merci, thank you, Danke schön, muchas gracias, spasibo, dank u wel, dzienkuje.

14:06 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous tombez dans l'erreur commune à 99.99% de la population : juger selon la même aulne. Les habitants de l'Afrique que vous appelez avec raison nègres ont laissé longtemps croire au reste du monde que oui, ils étaient de bons chrétiens ou de bons musulmans. Ils auraient peut-être dû préciser : en façade. Parce qu'ils sont de bons animistes et que chez ces gens-là, monsieur, les Ancêtres ont toujours raison. Dans leurs valeurs et dans la civilisation qu'ils se sont choisie, ils sont meilleurs que nous et nous jugent, en tout cas 99.99% d'entre eux, inférieurs à eux; honte à nous qui ne tuons pas les albinos...
On peut en dire autant de ceux qui précipitent les homosexuels du haut des tours. Grand bien leur fasse, du moment qu'on n'en voit pas un chez nous et qu'on rase leurs lieux de culte ici. Et qu'on envoie Pascal Gemperli chez eux en stage...

Écrit par : Géo | 18/08/2018

Toutes les civilisations sont périssables, on est d'accord, et l'Histoire est là pour le prouver. Elles sont non seulement périssables, mais aussi paradoxales quant à leurs productions: la Vienne extraordinaire de Zweig, Musil, Klimt et de tant d'autres était antisémite, nationaliste, paternaliste, et cul-cul la praline.

Le meilleur livre de Freud, à mon avis, "Malaise dans la Civilisation" de 1930, donne toutes les clés. On comprend ce que Michel Onfray appelle le syndrome du "canari du nazi": Himmler ayant visité Auschwitz avec son commandant Hoess, n'avait qu'un souci à la fin de la visite, c'était de savoir si son canari (en cage comme il se doit), avait bien été nourri par sa femme à la maison. En sortant de la conférence de Wannsee, après un après-midi harassant, Heydrich est allé écouter un quattuor jouer du Schubert. Heidegger le philosophe (philosophie = amour de la sagesse...) fut un intellectuel nazi de la pire espèce. N'en jetez plus...

L'Europe: il s'agit de se souvenir que l'un de ses pays les plus civilisés a procédé par 3 fois, en 70, 14 et 39, à l'agression de ses "frères" européens avec les conséquences mondiales que l'on sait, la barbarie en plus.

Je reviens de 2 semaines en Allemagne et en Autriche et, au vu des innombrables Gedenkstätte qui parsèment ces deux nations relevées de leur chaos monstrueux par l'Europe et les Américains, il me semble que nous ferions bien de ne pas oublier que l'Europe a produit le meilleur et le pire absolu.

Écrit par : Christian Macherel | 20/08/2018

Toutes les civilisations sont périssables, dites-vous, et l'histoire est là pour nous le prouver.

Hélas, horreur, malheur, l'histoire, telle l'expérience, est une lanterne qui éclaire le chemin parcouru....

Ainsi, il se pourrait bien que notre civilisation disparaisse pour des raisons exogènes ( et même avant l'explosion du soleil ! ), ce qui évidemment ne renseignera pas sur sa qualité, sa beauté, la pertinence de sa prévalence.

Ceci nous questionne fort heureusement sur le sens de notre vie, la culture dans laquelle nous évoluons.

Vous semblez accorder beaucoup d'importance à des valeurs "du passé",

qui vous ont accompagné, et que vous avez sans doute accompagnées avec talent,

si j'en crois votre blog.

Cela semble faire de faire de vous un Homme respectable.

Mais cela est-il encore possible aujourd'hui ?

Et du côté du "Bon Dieu ", êtes-vous allé faire un tour ?

Écrit par : SPCB | 21/08/2018

Les commentaires sont fermés.