06/09/2018

SELON UNE ÉTUDE AMÉRICAINE…

Si vous tombez sur un article commençant ainsi, vous avez le choix, ou bien vous passez outre et vous ne perdez rien, ou bien vous lisez et vous vous payez deux pintes, une d’irritation, l’autre de bon sang.

Pour mes péchés, j’ai lu un de ces articles pour en mesurer l’inanité et vous la signaler. On commence par un chiffre grandiose, l’étude a été conduite dans 195 pays. Ben, dis donc. Avec seulement deux chercheurs par pays, ça a dû coûter bonbon. Fonds fournis par la Fondation Bill Gates, on est rassuré.

On l’est moins sur le sujet et surtout les motivations de cette étude. Elle vient de mettre à bas le mythe d’une consommation raisonnée d’alcool qui serait sans danger pour la santé. Les méfaits l’emportent dès le premier verre pour s’accentuer ensuite.

Vous avez bien lu, ‘dès le premier verre’. Pauvre de moi, qui en suis à deux verres, un à chaque repas, plus un apéritif éventuel avec les copains. Me voilà condamné à mourir jeune (wouaf !) dans d’atroces souffrances. Car si les chercheurs veulent bien accorder au vin une protection cardiaque, celle-ci disparaît au ‘profit’ des affections cancéreuses. On est foutu.

Pas tout à fait, car la conclusion de messieurs-dames les chercheurs tourne au grotesque. Après avoir déclaré dignement que les méfaits (sur la santé, 23 pathologies recensées) commencent dès le premier verre, ils nous livrent le résultat de leur recherche : sur 100.000 personnes buvant un verre par jour, 918 vont être atteintes contre 914 buvant zéro verre. Autant dire qu’avec ce résultat rikiki, la cause est entendue : la recherche citée est totalement bidon. Rien ne prouve qu’un cancer aura été provoqué par ce maudit verre de vin. Les chiffres tels qu’ils sont dans leur minable ‘vérité’ pourraient d’ailleurs être inversés sans dommage et le verre de vin redevenir bienfaisant, ce qu’il a toujours été. Foi de buveur de deux verres.

On peut se demander qui initie une telle recherche. On connaît le sponsor, ce Gates milliardaire qui doit distribuer son fric sans trop se soucier du bien-fondé des recherches. Mais les chercheurs eux-mêmes, qui les inspire ? On est tenté de penser aux zozos de l’Arabie Séoudite qui prônent la religion de l'abstinence totale pour les croyants, alors que leurs princes viennent se piquer la ruche dans les palaces occidentaux peu soucieux de leur dogme. Pas exclu d’ailleurs que dans la discrétion de leurs palais, ils ne célèbrent au champagne le massacre des enfants yéménites.

Non, j’opterais plutôt pour une offensive sournoise de notre vieil ennemi, le puritanisme. J’en ai déjà parlé. Il y a sur cette planète des gens qui veillent sur leur santé en s’infligeant des régimes de privation (légumes crus, pas de nourriture venant d’animaux, pas de substances excitantes, dont l’alcool, le café) dont l’efficacité à long terme est loin d’être prouvée, dans l’intention de vivre longtemps. On citera pour les embêter l’exemple de Winston Churchill dont le coup de fourchette était légendaire, dont la consommation de champagne dépassait certes le seul verre quotidien, et on ne parle même pas du cigare, qui mourut à nonante ans bien sonnés.

Que ces adeptes du légume cru bienfaisant fassent discrètement leur petite cuisine (façon de parler) rien à redire, mais ils nous imposent leur lubies en publiant des publicités manifestement trompeuses du type ‘je ne mange que des radis crus, voyez mes muscles’ avec pour nous convaincre la photo d’un athlète aux biscoteaux ravageurs.

Les journaux sont pleins d’articles qui nous conseillent sur le bon usage de la nourriture. J’en ai encore repéré un qui nous décrit le petit-déjeuner idéal. On y admet, voire recommande, le beurre tartiné, naturellement sur du pain complet, le seul acceptable. Mais j’y ai constaté un grand absent, la confiture, faut bien se priver de quelque chose ! Or, depuis tout petit, j’ai toujours mangé de la confiture. Ma maman en faisait chaque année une centaine de verres au gré des saisons. Encore maintenant je considère une journée qui commencerait sans la bonne tartine colorée noire, rouge ou jaune (cerise, fraise ou abricot) comme une journée perdue. Mais que vais-je devenir avec ce régime pernicieux ? Si toutefois rien ne m’arrive entre-temps, je me promets de vous infliger de nouveaux textes irrités.

 


Ah, les fraises et les framboises,
Les bons vins que nous avons bus,
Et les belles villageoises,
Nous ne les reverrons plus.

(Aimable chanson française mais qui vire ensuite dans le paillard, inmontrable !)

15:49 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En ce qui me concerne, aussitôt entendu ces niaiseries à la radio en rentrant chez moi que je me suis offert un verre de vin avec le repas de midi, ce que je fais plutôt rarement.
Comme vous, je suis aussi adepte des confitures que je fais bien sûr moi-même et j'espère que cet excellent régime me vaudra de devenir aussi vieille que vous !
Néanmoins, je me permets de vous proposer de varier un poil vos choix de confitures car les possibilités sont infinies (en comptant les mélanges de fruits) et il serait dommage de s'en priver.

Écrit par : Caroline | 06/09/2018

Voilà un commentaire heureux et propre à fortifier le bonheur de l'humanité. Vous parlez des mélanges nombreux, sans doute connaissez-vous celui-ci: ma maman combinait dans une seule cuisson framboise et raisin de mars, on avait ainsi le parfum de l'une et l'acidité roborative de l'autre. Je n'ai jamais retrouvé ce mélange.
Bien à vous, Thomann

Écrit par : andré thomann | 09/09/2018

@ Caroline : Bravo pour votre geste, vous avez entièrement raison de ne pas vous priver de ce qui fait le "sel" de votre repas !

_____________

Quant aux conseils pour nous permettre de manger sain, je fais exactement comme l'auteur du blog, je mange de la confiture, vous savez celle qui ... dégouline :-)))

Belle journée à tous

Écrit par : Marie | 11/09/2018

Seulement 2 verres Thomann?? C'est carrément de l'abstinence!

Ces Américains nous feront toujours sourire. Au top de la recherche, certes, mais hygiénistes et puritains comme pas possible. Sur le devant de la scène. Parce qu'en coulisses, c'est assez souple, si vous voyez ce que je veux dire, comme au bon temps de la prohibition.

Pour y avoir vécu, je sais. Interdit sous peine d'amende sévère de boire même une bière en public sur un banc dans Central Park par exemple, mais ok si vous buvez cette bouteille cachée dans un sac en papier et que tout le monde vous voit, et on sait très bien pourquoi la bouteille est enveloppée dans du papier craft. Ces situations m'ont toujours intrigué, je regardais le buveur attentif à ce que personne ne voie ce qu'il buvait. C'était pas du jus de pomme.

Écrit par : Christian Macherel | 06/09/2018

Et pas une petite étude sur les conséquences de l'obésité?

Une autre petite étude yankee par la même fondation:

https://www.sain-et-naturel.com/liste-des-dix-pays-avec-le-plus-haut-pourcentage-d-obesite.html

Écrit par : Daniel | 07/09/2018

Les seules statistiques auxquelles je crois étant celles que j'ai trafiquées moi-même, voici mes conseils pour finir vieux :

tu picoles pas, tu baises pas, tu fumes pas, tu bouffes pas, tu fais touts les trucs chiants que tu détestes.

Après l'enterrement de tous les gens que tu as connus, tu vas dans une maison pour vieux débris, où tu fais chier tout le monde, mais où tu profites tellement de la vie que c'en est indécent !

GE-NIAL ! VIVE LA RECHERCHE !

Écrit par : Groblet | 10/09/2018

Je ne sais pas si en me privant de mon verre de rouge, je vais vivre plus longtemps. En revanche, sans mon rouge quotidien je vais trouver le temps beaucoup plus long...

Écrit par : Michel Sommer | 11/09/2018

Il y a les études américaines, européennes, Suisses et les autres. En islam point d'alcool enfin, devant les zôôtres ce qui ne rend pas spécialement intelligent et bons.
Il y a la vie, que l'on peut consommer sans danger sans en abuser.

Faut plus chasser, faut plus regarder une femme, faut plus penser mais croire et y croire,faut plus critiquer, faut plus rien.

Nos détraqués US UE et les zôôôôtres veulent des robots gentils mais que vont devenir nos viticulteurs et autres fabricants de ces délicieux mets?

Il me semble et vous en conviendrez, qu'il faut un retour de la pendaison afin d'étouffer les semeurs de conneries.

""Je ne sais pas si en me privant de mon verre de rouge, je vais vivre plus longtemps. En revanche, sans mon rouge quotidien je vais trouver le temps beaucoup plus long...""

Écrit par : Michel Sommer | 11/09/2018 (Excellent)

Écrit par : NOËL Pierre | 11/09/2018

Oups, il fallait lire "fabricants de ces délicieux nectars"

Écrit par : NOËL Pierre | 11/09/2018

Les commentaires sont fermés.