18/10/2018

UN BOBARD*

Ça m’a tout l’ait d’être un bobard* mais je vais commenter quand même car il illustre quelque chose qui est dans les canaux. Oyez ou plutôt lisez : Pour la pétanque on ne dira plus le cochonnet mais le petit. Je n’ai trouvé nulle part la confirmation de cette demande mais le fait qu’elle soit vraie ou fausse ne change rien à cette tendance qui veut changer le mot en pensant qu’on va changer la chose. On se souvient de ce Président qui voulait supprimer le mot race dans la constitution. Plus de race, donc plus de racisme. Sancta simplicitas !

Dans le cas qui nous occupe, je pense qu’il s’agit du message d’un farceur qui veut se moquer des bien-pensants qui imaginent que le mot cochonnet pourrait faire monter au front des juifs et des musulmans le rouge de la colère. C’est vrai ça, il y a chez ces rigoureux une opposition non seulement à l’aliment-cochon mais aussi au mot et à sa représentation. Je pense à cette Anglaise qui collectionnait des animaux en céramique et qui les exposait sur le rebord de sa fenêtre du rez-de-chaussée. Cette inconsciente ne se rendait pas compte qu’elle se trouvait sur le chemin de la mosquée et qu’un des animaux était un gentil mais répréhensible suidé qui horrifiait les musulmans en route vers la prière du vendredi. Elle fut priée gentiment mais fermement de faire disparaître cet objet maudit (haram en arabe).

Il y a heureusement des communes en France qui refusent que les cochons meurent après des maladies nombreuses, pellagre, mal de Pott, démence sénile et autres. Ce qui arrive en Inde, où on n'abat pas les vaches mais on les laisse périr misérablement après qu’elles aient écumé les poubelles des villes pour y trouver une maigre subsistance. Alors on fait la fête du cochon et on lui rend un dernier hommage en le mangeant en se souvenant que tout y est bon.

Une autre disparition pas mystérieuse du tout, c’est celle du mot (et de la chose) de Noël. Il n’y a plus de vacances de Noël, de marchés de Noël, on a voulu y voir une insulte aux musulmans qui veulent bien s’établir dans nos pays chrétiens. Faut pas leur faire de la peine.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le 25 décembre n’est pas la date de la naissance de Jésus, personnage probablement fictif, auquel cas il n’y aurait pas de naissance du tout. Mais s’il a vraiment existé et voulu ensuite par l’Église, celle-ci a arbitrairement choisi une date proche d’une fête romaine, celle du solstice, du sol invictus. La fête qui veut croire, au milieu de l’hiver, que la lumière du printemps reviendra.

C’est donc une fête dont l’origine est autant païenne que chrétienne. Sans qu’elle prononçât jamais le nom de Jésus, ma mère déjà un peu nordique (Pays de Bade) préparait le sapin avec boules et guirlandes et les bougies avec leur lumière. Le Christ avec sa naissance folklorique, l’étable, le bœuf et l’âne, les Rois mages, des détails qu’on a honte à raconter aux enfants, tout cela n’avait pas cours dans ma famille. Ce qui ne m’a pas empêché de suivre les préceptes chrétiens acceptables. Mais pas tendre l’autre joue, ça jamais. Et de me souvenir avec plaisir du sapin de mon enfance. Célébrons donc encore Noël et merde pour le prince d’Arabie qui nous a déclaré la guerre.

 


O Tannenbaum, wie grün sind deine Blätter,
Du grünst nicht nur zur Sommerzeit
Nein, auch im Winter wenn es schneit.
/Mon beau sapin, version originale entendue de ma mère germanophone).

 


* Je ne vois pas pourquoi je dirais fake news alors qu’il existe un mot français équivalent avec en plus une sonorité robuste.

12:50 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous confondez l'approche juive vis-à-vis du cochon ou du cochonnet de celle des musulmans, pour les premiers, la seule restriction ne regarde que l'abattage dudit animal et de sa consommation, il est tout à fait accepter en tant qu'animal, pour preuve, les cochons sauvages sont protégés en Israël et le fait de tuer un animal sauvage en Israël est passible de plusieurs années de prison !

Écrit par : Corto | 18/10/2018

"Une autre disparition pas mystérieuse du tout, c’est celle du mot (et de la chose) de Noël. Il n’y a plus de vacances de Noël, de marchés de Noël, "

Une blogueuse qui verse dans "l'homéopathie"... avait demandé d'exclure Noël des fêtes...! le lien vous sera communiqué tantôt.

Corto, je vous invite à lire cette page dans laquelle les trolls JOHANN/Daniel, CHUCK JONES et briand se sont dédoublés.... Une page de plus pour mon dossier. Tout vient à qui sait attendre:

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2016/04/19/pro-palestinien-et-anti-israelien-voyage-au-bout-de-la-nuit-275590.html

http://regardscroises.blog.tdg.ch/archive/2018/10/13/tarik-ramadan-et-son-grand-pere-une-troublante-ressemblance-294859.html

Écrit par : Patoucha | 20/10/2018

"les cochons sauvages sont protégés en Israël et le fait de tuer un animal sauvage en Israël est passible de plusieurs années de prison !" (Corto)

Encore un de vos ... "bobards", ... Corto ?

Écrit par : Chuck Jones | 19/10/2018

Incroyable !

Donc si j'ai bien compris, les palestiniens doivent-ils réclamer le statut d'animal pour pouvoir bénéficier de la même protection et la même bienveillance que l'israel accorde aux animaux ?

Écrit par : Chuck Jones | 20/10/2018

Le statut animal en Suisse:

https://www.tdg.ch/vivre/societe/Des-Suisses-continuent-de-manger-chiens-et-chats/story/10121142

Votre plat favori!? Quelle économie.....

Écrit par : Patoucha | 24/10/2018

Il faut aller voir comment les animaux sont traités dans les pays musulmans !

Écrit par : Corto | 20/10/2018

Je passerai des vidéos dès que je trouverai le temps de ces malheureuses bêtes entre les mains des arabes de "Palestine gamins et adultes, décriés même par des arabes sur Facebook.

Écrit par : Patoucha | 21/10/2018

Il faut également voir comment les humains sont traités dans les pays musulmans !

Écrit par : Corto | 22/10/2018

Les commentaires sont fermés.