03/11/2018

QUELQUES INSULTES MODERNES

S’il y a dans les joutes politiques une insulte qui m’irrite particulièrement c’est celle qui consiste à accuser un adversaire d’être de droite. Ce n’est plus une simple constatation, c’est devenu une insulte, avec sa gradation, extrême droite, celle qui fait cuire et dévore les enfants ou quelque chose d’aussi horrible. Et puis l’épithète qui tue littéralement, c’est fasciste ou nazi.

Il faut donc préciser. Être de la droite extrême, ça serait, et on l’a vu sous Hitler et Staline, pour ne citer qu’eux, une police secrète qu’on trouverait partout, des opposants parqués dans des camps de concentration, voire même décorés d’une balle dans la nuque tant ils se sont montrés peu coopératifs. On brûle aussi les livres des écrivains railleurs, et s’il s’en trouve parmi eux des Juifs, coup double ! Car on sait combien des Felix Mendelssohn, des Albert Einstein, des Zygmunt Freud, des Stephan Zweig, des George Gershwin (né Jacob Gershowitz!) ont été nuisibles à l’humanité.

Une des cibles actuelles de cette insulte suprême est le parti AfD, Alternative für Deutschland. Les partis anciens (en perte de vitesse) s’en donnent à cœur joie. On a accusé l'AfD d’organiser des manifestations violentes en chemises brunes, des chasses à l’homme, ce qui s’est révélé faux, mais le démenti a tardé à venir, Ma Merkel faisant obstacle.

En fait il est innocent des tares mentionnées supra, il se contente d’être contre l’euro mais pour l’Europe et il aimerait qu’on surveille d’un peu plus près le robinet aux migrants qui menace de tout faire déborder. Ce qui leur vaut en plus cet adjectif malveillant, ils sont xénophobes. Des sans cœurs, quoi.

Cette distinction entre la droite et la gauche semble avoir fait son temps. Une décision, d’où qu’elle vienne, est bonne ou mauvaise. Le plan Wahlen, venant d’un conservateur, était une bonne chose, l’AVS propulsée par le socialiste Tschudi en était une autre. On sait depuis Giscard (en conversation avec Mitterrand) que la gauche n’a pas le monopole du cœur.

Un autre adjectif dévoyé de son sens premier pour devenir opprobre, c’est populiste. On avait là un adjectif sympa, il y a même un Prix du Roman populiste illustré par de belles plumes. Des écrivains se font un honneur de décrire le peuple dont il révèle les qualités. Mais tout à coup, ce peuple n’a plus de qualités, il devient la racaille dont des dictateurs sans scrupules exploitent les rancœurs. Orban en Hongrie serait un de ceux-là. Même en Suisse, l’UDC est quelquefois victime de cette épithète. Oskar Freysinger n’attendrait plus que son heure !

Mais si on y réfléchit, ça n’est peut-être pas si faux. Notre pays, avec ses fréquentes demandes au peuple de donner son opinion, n’est-il pas justement avec honneur la nation la plus populiste du globe ? Alléluia !

 


Wir wollen sein ein einzig Volk von Brüdern,
In keiner Not uns trennen und Gefahr.
(Schiller, Wilhelm Tell)

00:10 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ils sont nombreux, ceux qui se contentent de répéter au lieu de réfléchir.

Écrit par : Mère-Grand | 03/11/2018

Le problème que soulève notre ami Thomann est vieux comme le monde. On l'enseigne à nos élèves en classe de philo.

Aristote, certainement l'un des maîtres en philosophie politique, remarquait que tous les pouvoirs sont légitimes pourvu qu'ils fassent le bien et réalisent la justice: la monarchie, l'aristocratie, l'oligarchie, la démocratie sont des régimes acceptables tant qu'ils sont vertueux. Or, notre philosophe étant un réaliste, et pas un rêveur comme le vieux Platon, fit remarquer qu'aucun gouvernement n'est vertueux et que l'exercice du pouvoir rend mauvais, les hommes étant ce qu'ils sont.

Il n'excluait pas la démocratie de ce processus de dégénérescence: si le monarque peut virer en despote (on dit plutôt dictateur maintenant), la démocratie peut virer en démagogie. Tocqueville a résumé le problème: le pire ennemi de la démocratie, c'est la dictature de la majorité. Autrement dit: le peuple, même déclaré souverain comme en Suisse, peut faire preuve d'une bêtise abyssale, dans une votation par exemple. En effet, rien n'empêche la masse, même si elle vote selon un processus constitutionnel et légal, d'être aussi stupide et folle qu'un homme tout seul. Le plébiscite en faveur de AH reste l'exemple le plus évident: une démocratie qui se donne son propre bourreau, c'est possible.

On attend de voir le joyeux drille Bolsonaro à l'oeuvre. Pour l'instant je vous recommande d'aller lire son programme et ses discours...

Écrit par : Christian Macherel | 03/11/2018

N'étant soumis à aucun parti, aucune croyance, aucune religion, aucun concept révolutionnaire, aucune idéologie, débarrassé des gangues transmises, je suis Libre de réfléchir en écoutant, en lisant et en analysant par moi-même. Ma grille de lecture est bien rodée, elle m'a été transmise par un.......Chamane et conseil d'entreprise!

L'esprit critique est une chose, essayer de donner des solutions et convaincre est une autre paire de manche, car là on butte sur la petite poubelle se trouvant dans la caberluche de chaque être humain: la boite de pandore.

L'ignorance, les croyances, les certitudes, les comportements mielleux, l'hypocrisie, le mensonge, la taqiyya, la propagande des uns et des autres etc, permettent les insultes, les rumeurs, la bassesse.

Les nodocéphales s'en donnent à cœur joie sur les blogs affairistes ou la pommade "bien à vous" fait grossir le gorgillon des détenteurs de blogs en question.

Bon, le monde est ainsi fait, Bolsonaro, Trump ont été élus par leurs peuples ce dernier a des résultats économiques que n'ont pas Macron et bien d'autres, alors....

Nodocéphales, est ce qui leur va le mieux, ils n'ont pas pignon sur rue. les blogs sont leurs bacs à sables rien de plus.

""Une pensée pour Asia BIBI qui devrait devenir le symbole chrétien, symbole du monde Libre Occidentale et en danger face à l'islam des criminels""

Bon dimanche.

Écrit par : NOËL Pierre | 04/11/2018

Une fois n est pas coutume, Bravo ++ M. NOËL Pierre pour votre commentaire

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/11/2018

Je ne pense pas que la distinction gauche-droite ait fait son temps.

Comme le dit Onfray, c'est plutôt la gauche qui a disparu des écrans radar, vendue au libéralisme économique et aux aménagements déshonorables avec les principes de la laïcité.

Ou alors elle se ridiculise, comme en France avec Mélenchon et ses frasques ubuesques autant que psychotiques. Où comme en Suisse quand elle soutient un couple musulman qui refuse de serrer la main du maire à la fin de la cérémonie de naturalisation.

La droite au contraire va bien et maintient ses principes dans tous les pays. En Europe, son principal souci par les temps qui courent est d'éviter de se faire coller le label "extrême". On peut comprendre ce souci éthique et publicitaire chez nos voisins allemands de l'AfD par exemple, qui marchent sur des oeufs, alors que le nouveau venu Bolsonaro se réclame ouvertement de l'extrême droite anti-parlementaire et pro-torture, et qu'il est félicité comme on s'y attendait par Trump et Marine Le Pen après son élection démocratique.

Voyons justement un peu comment agit l'AfD. Ce sera dans mon prochain commentaire au blog de notre ami Thomann.

Écrit par : Christian Macherel | 04/11/2018

@Très bien dit votre texte, Christian Macherel.

Vous dites: "La droite au contraire va bien et maintient ses principes dans tous les pays". Question: Est ce que la Droite à Genève va bien (Affaires Maudet et Barazzone)? Sauf erreur, une barre chocolatée (Toblerone) payée par une ministre suédoise par la carte du boulot au lien de la sienne lui a coûté son poste.

Sinon, la barrière entre la Droite et l Extrême droite ne s amincit-elle pas avec une peau de chagrin d'Honoré de Balzac ..... En Italie, la Hongrie, la Turquie, le Trump, Israel, L Allemagne, le Brésil, Autriche, Bulgarie, Finlande, les néo-flamands...liste non exhaustive...sont ils de droite ou d extrême droite? Bientôt on nous dira qu il y a extrême droite hard et une autre extrême droite modérée et une 3ème extrême droite soft ...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/11/2018

Le fascisme actuel existe, c'est celui de ceux qui pensent que le peuple a tort...
Comme le dit Christophe Guilluy, l'élite (celle de Macherel) prêche devant des salles vides...
https://laviedesidees.fr/Le-nombre-et-la-raison.html

Écrit par : Géo | 04/11/2018

Géo trouve-tout s'enfonce davantage, niveau café du commerce. Et en plus il ne sait pas me lire. Le problème avec ce genre d'intervenants, c'est la nuance et l'analyse, ils n'en sont pas capables. Relever un peu le débat serait salutaire, ce que j'essaie de faire au vu des nombreux commentaires indigents ou insultants, mais c'est un fait que je fais boire des ânes qui n'ont pas soif. Et à l'inverse de Géo, je ne me cache pas derrière un pseudo. Un peu de courage mon vieux!!

Écrit par : Christian Macherel | 04/11/2018

"Comme le dit Onfray, c'est plutôt la gauche qui a disparu des écrans radar,"

Exact. Le problème est qu'il n'y a plus aucune analyse des sociétés et du pouvoir. La soi-disant "gauche" n'en porte plus que le nom, comme une étiquette sur un bocal désespérément vide. La "gauche" s'est convertie à la gestion du capitalisme, pas de son renversement.

Le pouvoir capitaliste n'a même plus peur du parti communiste ou ce qu'il en reste. L'abdication est arrivée avec l'abandon de l'idée de la dictature du prolétariat, alors que nous vivons sour la dictature de la bourgeoisie et de ceux qui s'empiffrent au dépens des peuples.

Les communistes ont été remplacés par les populistes. Et le problème est que le pouvoir corrompt, et quand il ne corrompt pas, les capitalistes éliminent. Le yankeeland est une dictature depuis l'assassinat de JFK, les présidents ne sont que des potiches contrôlées par un Etat "ami".

Écrit par : Daniel | 04/11/2018

On voit bien le péril que Tocqueville redoute. Mais on ne voit pas quel système politique préserverait mieux les droits des minorités.

En outre, en Suisse, le fédéralisme qui accompagne la démocratie a bien pour effet de protéger des minorités contre une tyrannie de la majorité. Certes, il y a d'autres minorités que les petits cantons, mais l'exemple institutionnel ainsi mis en place est sans doute une bonne école.

Ces temps-ci s'exprime en Suisse une certaine peur de la démocratie, la peur qu'elle dérive vers un système totalitaire: une démocratiphobie. Comme toutes les peurs, celle-ci est mauvaise conseillère.

Je ne la partage pas.

La mise en question de notre démocratie semble provenir de milieux et de partis aujourd'hui mécontents parce que minoritaires. Ils ne sont pas pour autant victimes d'une tyrannie majoritaire. S'il y a une majorité dans un ensemble, il y a forcément au moins une minorité. Celle-ci n'est pas nécessairement tyrannisée. Ou bien?

Écrit par : weibel | 04/11/2018

Nous nous trompons tous d utiliser le terme POPULISTES comme un terme péjoratif qui nous a été imposé par les va-t-en guerre. Cependant ce terme n est pas appliqué ni à Trump ni aux Etats Uniens.

Au fond, n est il beau, enfin, d écouter le Peuple donc devenir populiste?
Pourquoi ce terme est devenu insultant et si on va sur le simple Wiki(torchon ou bible selon les uns et les autres), la définition du populisme est:" Dans son acception générale d'aujourd'hui le mot populisme désigne une approche politique qui oppose le peuple aux élites politiques, économiques ou médiatiques. ... Le populisme se réfère à un peuple qu'on estime exclu du pouvoir et non écouté par la démocratie représentative jugée coupée des réalités."

Personnellement, l Extrême autant gauche que droite est répugnante et à combattre et c est navrant que le Peuple les suit et vote dans ce même sens d extrême droite? N est il pas parce que on n a pas arrêté de mettre tous les problèmes de la planète et exclusivement sur le dos de l autre, certainement le Terrorisme, le Hijab et les Migrants/Immigrants sans nier bien entendu qu elles sont des situations très inquiétantes et à régler au plus vite! Jamais les 215 guerres extra-territoriales des USA depuis leur création il y a 250 ans n ont jamais été mises en cause même pas à 1% à tout casser...(ça leur fait une guerre extra-muros par année de son existence)

Oui le peuple vote et heureusement! Navré, je ne cesse pas de répéter sur les autres blog tdg ce qu un vieux philosophe suisse (hélas, je ne me rappelle plus de son nom...) qui a dit:"Quand on demande au peuple de voter, il faut respecter et appliquer son choix puisqu on lui a demandé l avis. Et le peuple a toujours raison d avoir voté ainsi même si aux yeux de quelques uns il a eu tort. Quitte qu en 2 ème temps d analyser et comprendre pourquoi le peuple a voté ainsi et peut être qu il s est trompé et quelles sont les raisons qui lui ont fait voter ainsi..."

Bien à Vous si vous voulez bien réfléchir à ce que ce philosophe a dit :)

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 04/11/2018

Merci à Charles05 et à Daniel, on se rejoint: l'extrême droite est bien vivante dans de nombreux pays, tous les politologues sont d'accord là-dessus, mais elle adopte le principe "larvatus prodeo", j'avance masqué. Précisément pour éviter de se faire taxer.

La droite libérale genevoise ou même l'UDC suisse, c'est du pipi de minet à côté de l'AfD, de Marine et des populistes polonais ou hongrois. J'ai lu par exemple les statuts de "Droit et Justice", le parti ultra-nationaliste polonais, c'est effarant. Mais on comprend pourquoi la vieille Pologne nationaliste, catholique et antisémite refait surface, tout en bénéficiant des milliards de l'UE.

Écrit par : Christian Macherel | 04/11/2018

Macherel@ Mon commentaire répondait à ceci, dans votre premier texte :
"Autrement dit: le peuple, même déclaré souverain comme en Suisse, peut faire preuve d'une bêtise abyssale, dans une votation par exemple."
Dommage, vous n'avez pas lu le texte que j'ai mis en lien. C'est très éclairant sur cette question de l'affrontement entre "bon sens" et intellectualisme élitaire...

L'affaire des pseudos n'a rien à voir avec le courage, à part ça. Rien ne nous prouve que vous n'utilisez pas un pseudo, vous aussi.

Écrit par : Géo | 04/11/2018

Réponse à Charles 05:

Le populisme, c'est pas compliqué. C'est revendiquer comme valeur indiscutable les passions populaires mêmes les plus primaires contre un parlement élu. Les démagogues les utilisent, au prétexte que le peuple a toujours raison. Dans une démocratie représentative, comme l'Allemagne ou la France, c'est bloqué parce qu'il n'y a pas de droit d'initiative ou de referendum. C'est d'ailleurs pour cela que l'AfD revendique ce droit pour l'Allemagne, sur le modèle suisse.

Dans une démocratie semi-directe comme en Suisse, le droit constitutionnel prévoit un équilibre et un contrôle par toutes sortes de mécanismes. Exemple: théoriquement le peuple pourrait voter en faveur du retour de la peine de mort, les démagogues d'un parti x ayant fait campagne en faveur de ce retour à la barbarie. En aucun cas cela ne passerait dans une loi.

Vous vous trompez sur les USA: de nombreuses guerres ont été la cible d'oppositions parfois même violentes, aux USA et ailleurs dans le monde, la guerre du Viet-Nam, récemment l'Irak.

C'est marrant d'ailleurs cette manie européenne de diaboliser les USA. Quand ça nous arrange, nous Européens, on est contents et on les acclament quand ils viennent nous délivrer des Boches lors des deux guerres mondiales, puis quand Kennedy fait stopper les Soviets dans la baie des Cochons, mais pour le reste on est comme les Iraniens, on est prêt à brûler le drapeau américain. Etrange mentalité.

Écrit par : Christian Macherel | 04/11/2018

@Christian Macherel,

Je regrette votre version des choses. Je pensais que vous tenez compte qu on ne peut plus aller plus loin que le sommet même si de tels pays, les USA, entre autres,tentent d aller plus loin que le sommet. C est l Histoire qui dicte son expérience qu on le veuille ou non et ce n est pas ni vous ni moi qui la contrediront. Ne dit on pas que le temps passe plus allégrement et plus longuement dans la vallée que ceux qui pensent être au sommet...

Bien à vous quand même.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 06/11/2018

Réponse à GéO: oui, je suis d'accord avec la thèse du plus grand nombre soutenue dans votre article, c'est bien connu, mais c'est uniquement statistique. L'Histoire nous donne de nombreux contre-exemples où la vox populi hyper majoritaire s'est copieusement plantée, au 20è siècle surtout.
D'où la thèse de Tocqueville justement: la démocratie reste le régime le plus souhaitable, mais aussi le plus exigeant car il demande au peuple d'être intelligent. Quel électeur suisse lit et analyse chaque fois et intégralement les documents de vote??? Et quid des abstentionnistes?

Écrit par : Christian Macherel | 04/11/2018

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la vraie origine du fascisme, je recommande la courte vidéo de 5 minutes ci-dessous (en anglais facile à comprendre). Vous y apprendrez que le fascisme a été créé par un homme de gauche: Giovanni Gentile «le philosophe du fascisme» qui admirait tant Karl Marx qu'il lui a d'ailleurs consacré son premier livre intitulé "La filosofia di Marx, studi critici".

https://www.prageru.com/videos/fascism-right-or-left

Les antifas et toute la gauche nous font donc bien rire quand il se permettent de traiter tous ceux qui ne sont pad d'accord avex eux de fas cistes! On voit là toute leur hypocrisie!

Écrit par : Marie B. | 05/11/2018

Marie B. a raison, le fascisme italien est théorisé par Gentile, qui était le nègre de Mussolini, incapable d'écrire de manière cohérente.

Le gag c'est que Gentile était un spécialiste de philosophes dits de gauche, Hegel et Marx. Comme quoi ...

Mais la source du fascisme, même s'il n'en porte pas encore le nom, c'est Robespierre appuyé par le Rousseau du Contrat Social, un texte qu'il vénérait.

L'interprétation du Contrat Social par de nombreux rousseauistes actuels va dans le sens du totalitarisme. Robespierre et les Jacobins de la Terreur l'avaient déjà bien compris.

Écrit par : Christian Macherel | 05/11/2018

@Christian Macherel

"C'est marrant d'ailleurs cette manie européenne de diaboliser les USA."

C'est marrant d'ailleurs cette manie de certains de parer le yankeeland de toutes les vertus.

"Quand ça nous arrange, nous Européens, on est contents et on les acclament quand ils viennent nous délivrer des Boches lors des deux guerres mondiales,"

Exact pour la première guerre mondiale.
Ce sont les Soviétiques qui ont délivré l'Europe des nazis, qui ont anéanti la Wehrmacht. Les yankees sont venus quand le travail était pratiquement terminé. Pour éviter une victoire uniquement soviétique. Idem pour les bombes atomiques sur le Japon pour une victoire uniquement yankee. Crime de guerre, crime contre l'humanité, comme à Dresde.

"puis quand Kennedy fait stopper les Soviets dans la baie des Cochons,"

Vous mélangez tout. JFK a mis un veto au soutien yankee à la tentatuve d'invasion de la Baie des Cochons. Ce qui ne lui a pas été pardonné, notamment par Allen Dulles d'abord viré pour cette histoire. Pour l'histoire des missiles, c'est une victoire de Krouchtchev, qui a été d'accord de laisser croire que c'était un succès yankee.

"mais pour le reste on est comme les Iraniens, on est prêt à brûler le drapeau américain. Etrange mentalité."

Etrange mentalité en effect de soutenir un pays qui se comporte comme un gangster au niveau international, détruisant des pays, semant la misère, assassinant à distance, fomentant des coups d'Etat. Vous voulez une liste? Ma liste commence justement par l'Iran, le Chili, etc.

Écrit par : Daniel | 05/11/2018

L'unilatéralisme de Daniel est assez marrant.

A partir de Stalingrad, les Russes n'ont libéré que leur propre pays puis ceux de l'Est de l'Europe, qu'ils ont ensuite asservis jusqu'en 1989, pour former le pacte de Varsovie,"rempart contre l'impérialisme"...

Puis il y a eu la répression soviétique de 1953 à Berlin, la Hongrie passée à la moulinette en 56, le Mur de Berlin en 61, le printemps de Prague en 68 etc etc. Vive la bonté et l'humanisme soviétiques.

A en croire notre ami Daniel, tous les fugitifs voulaient se réfugier dans le paradis communiste. Or nous savons qu'entre 1949 et 1961, environ 3 millions d'Allemands de l'Est ont fui leur beau pays, raison pour laquelle les Soviets ont ordonné la construction du Mur.

Je n'ai jamais prétendu que les Américains étaient vertueux, voyez Trump. Mais les Russes sont de pires voyous, voyez Poutine. C'est une constante historique.

A ce niveau d'analyse, les Soviétiques et Staline en particulier furent des barbares dans la barbarie de la 2è WW. Mais on leur doit en effet de s'être sacrifiés à l'Est. L'historien Beevor a montré comment les soldats de l'Armée Rouge avançaient, à Stalingrad comme sur les autres lignes: des bataillons armés liés au KGB les mitraillaient dans le dos pour qu'ils avancent, les commissaires du peuple abattaient des soldats officiers intelligents autour de Stalingrad tous les jours. Idem pendant la guerre en Afghanistan, lisez la Prix Nobel Svetlana Aleksievitch, c'est édifiant la façon dont les Russes considèrent la vie humaine et celle de leur propres soldats et citoyens.


Et on ne parlera même pas de la duplicité soviétique lors de la signature du pacte de non-agression avec Hitler et du partage arrangé de la Pologne avec les nazis, ni de l'occupation et de la mise en servage des pays du bloc soviétique jusqu'en 89. Belle vertu en effet que la vertu soviétique...

Quant aux Yanks, cher Daniel, vous semblez faire exprès d'ignorer l'Histoire. Tout l'Ouest de l'Europe et l'Afrique du Nord, puis l'Asie et la Pacifique, a été libéré par les Américains, auxquels on oublie toujours d'associer le Canada, l'Australie, la Grande-Bretagne etc.

Seul l'invraisemblable de Gaulle, menteur et orgueilleux, a pu déclarer du balcon de l'Hôtel de Ville à Paris que Paris s'était libéré tout seul.

Écrit par : Macherel | 06/11/2018

100% d'accord avec Daniel, mon dernier commentaire de réponse à Macherel n'étant pas publié. Si l'URSS était l'ennemi de l'Occident, notre pire ennemi aujourd'hui sont les USA. Qui favorisent le terrorisme islamiste chez nous pour mieux affaiblir l'Europe. Un avion d'armes par semaine pour les musulmans yougoslaves, malgré l'embargo. Uniquement pour nuire à l'Europe...

Écrit par : Géo | 06/11/2018

Daniel et Géo me font décidément bien marrer avec leur russophilie. Et Daniel je suppose qu'il n'a plus d'arguments pour répondre à mon dernier commentaire propre à lui couper le sifflet... En Histoire, les faits sont les faits.

Écrit par : Macherel | 06/11/2018

Les faits sont les faits et les USA font tout pour provoquer une guerre contre la Russie, que devraient mener les idiots européens, français en tête. Cela ne va pas marcher mais c'est bien l'intention des fous furieux Pompeo et Bolton, qui tirent les ficelles...

Écrit par : Géo | 06/11/2018

L'unilatéralisme de Daniel est assez marrant.

A partir de Stalingrad, les Russes n'ont libéré que leur propre pays puis ceux de l'Est de l'Europe, qu'ils ont ensuite asservis jusqu'en 1989, pour former le pacte de Varsovie,"rempart contre l'impérialisme"...

Puis il y a eu la répression soviétique de 1953 à Berlin, la Hongrie passée à la moulinette en 56, le Mur de Berlin en 61, le printemps de Prague en 68 etc etc. Vive la bonté et l'humanisme soviétiques.

A en croire notre ami Daniel, tous les fugitifs voulaient se réfugier dans le paradis communiste. Or nous savons qu'entre 1949 et 1961, environ 3 millions d'Allemands de l'Est ont fui leur beau pays, raison pour laquelle les Soviets ont ordonné la construction du Mur.

Je n'ai jamais prétendu que les Américains étaient vertueux, voyez Trump. Mais les Russes sont de pires voyous, voyez Poutine. C'est une constante historique.

A ce niveau d'analyse, les Soviétiques et Staline en particulier furent des barbares dans la barbarie de la 2è WW. Mais on leur doit en effet de s'être sacrifiés à l'Est. L'historien Beevor a montré comment les soldats de l'Armée Rouge avançaient, à Stalingrad comme sur les autres lignes: des bataillons armés liés au KGB les mitraillaient dans le dos pour qu'ils avancent, les commissaires du peuple abattaient des soldats officiers intelligents autour de Stalingrad tous les jours. Idem pendant la guerre en Afghanistan, lisez la Prix Nobel Svetlana Aleksievitch, c'est édifiant la façon dont les Russes considèrent la vie humaine et celle de leur propres soldats et citoyens.


Et on ne parlera même pas de la duplicité soviétique lors de la signature du pacte de non-agression avec Hitler et du partage arrangé de la Pologne avec les nazis, ni de l'occupation et de la mise en servage des pays du bloc soviétique jusqu'en 89. Belle vertu en effet que la vertu soviétique...

Quant aux Yanks, cher Daniel, vous semblez faire exprès d'ignorer l'Histoire. Tout l'Ouest de l'Europe et l'Afrique du Nord, puis l'Asie et la Pacifique, a été libéré par les Américains, auxquels on oublie toujours d'associer le Canada, l'Australie, la Grande-Bretagne etc.

Seul l'invraisemblable de Gaulle, menteur et orgueilleux, a pu déclarer du balcon de l'Hôtel de Ville à Paris que Paris s'était libéré tout seul.

Écrit par : Macherel | 07/11/2018

Merci beaucoup à Christian Macherel pour son courage dans ce débat.

Écrit par : Frédéric-Paul Piguet | 08/11/2018

Les commentaires sont fermés.