05/12/2018

NOT IN MY NAME

Je suis bien aise d’habiter une ville où la laïcité fait loi. On n’y voit pas de sœurs en cornettes ni d’abbés en ‘uniforme’, non pas que j’y sois allergique (un peu tout de même) mais je pense que les religions ne doivent pas s’afficher, aucune. Pas plus que les orientations sexuelles ou politiques. Un gaillard avec une croix gammée à l’avant-bras serait vite embarqué, je suppose.

Cela dit, il ne faudrait pas que la laïcité soit défendue par des nigauds fanatiques. Ainsi cet homme, quelque part en Bretagne qui proteste parce que le portail du cimetière où est enterré son père s’orne d’une croix qui l’empêche dans sa vigilance laïque de dormir. Il voudrait la faire supprimer. On se pince.

Ensuite, il y a les crèches, un problème qui devient une impasse juridique. Peuvent-elles ou non être exposées dans le hall d’une mairie française ? Eh bien, tout dépend de la lettre ‘r’. Pour les laïques pur sucre, il s’agit d’une manifestation cultuelle, un rappel qu’un certain Jésus serait né dans une étable, dans, mais cela n’est pas dit dans les Évangiles, des conditions d’hygiène déplorables, et la présence de cet objet religieux dans un bâtiment officiel de la République est incompatible avec la cause qu’ils défendent.

Chez les plus ou moins tolérants, on ajoute ce ‘r’ et cela devient culturel, une production de l’art naïf provençal et cela ne devrait pas faire problème. Dès lors, il ne serait pas question de les interdire en tant qu’œuvres d’art dans les mairies ou tout autre bâtiment officiel. Si, ce faisant, la laïcité est en danger, alors pauvre laïcité.

Dans un troisième exemple, on peut se demander s’il s’agit ou bien d’un fanatisme laïcard ou d’une trouille inadmissible des édiles. Il est ici question de la suppression du mot Noël dans certains évènements bien enracinés dans notre culture occidentale. Plus de marché de Noël, plus de sapin, plus de Noël dans les classes, ce à quoi on échappait d’ailleurs à Genève, canton laïque. Tout ça pour ne pas irriter des musulmans chatouilleux qui pourraient voir dans la célébration de la naissance de Jésus un motif de protestation. Jésus apparaît dans le Coran mais comme un prophète parmi d’autres, ni plus ni moins.

Fixer au 25 décembre le jour de cette naissance est une décision bidon de ne ne sais quel concile. Avec ses frimas et ses nuits qui n’en finissent plus, décembre est un mois où on s’ennuie. Les Romains l’avaient bien compris qui avaient mitonné une fête vers la fin, celle du solstice, du sol invictus. Réjouissances ! L’Église a voulu profiter de l’aubaine, d’où ce 25/12. Futé.

À notre époque de mécréance généralisée, Noël a bien perdu de son aura religieuse. Mes parents, un couple mixte comme on disait comiquement, une catholique qui avait épousé un protestant, mais les deux rigoureusement non-croyants et mon père d’une grande ignorance en matière de religion, il ne savait même pas que Marie attendait un bébé, mes parents donc, sacrifiaient à l’usage et il y avait un sapin avec boules, guirlandes et bougies en imitation de la lumière du soleil qui se faisait attendre. Mais le nom de Jésus n’était jamais prononcé.

Le fanatisme est une maladie mentale. Il frappe où il veut. Il peut même changer de cap. L’exemple le plus fameux est celui de Paul : d’abord fanatique anti-Jésus (pourquoi me persécutes-tu ?), il devient avec la même énergie fanatique pro-Jésus. Rien n’empêche de penser que les laïques dont je viens de citer les débordements pourraient devenir des catholiques virulents, il suffirait d’une étincelle.

J’aimerais préciser ceci. Je suis donc laïque convaincu, je prétends que c’est la seule façon pour les religions de se supporter sans en venir aux coups. Et qu’on ne vienne pas me dire que la laïcité est une nouvelle religion, si j’entends ça, je sors mon bâton. La laïcité, c’est la tolérance même. Et nous somme quelques-uns à la pratiquer, alors pas d’amalgame. Nous acceptons que la Constitution suisse soit placée sous la bienveillance de Dieu et nous n’entrons pas en transes. Je peux moi chanter le Cé qu’è lainô et accepter que celui qui est là-haut soit le patron des Genevouais sans que cela me fasse frémir aucunement. Je peux passer devant un crucifix sans être pris de spasmes, simplement je pense qu’on ne devrait pas montrer ça aux enfants. Bref, je suis, nous sommes, du bois dont on fait les flûtes et je suis tenté en considérant les fièvres de certains, d’arborer sur mon bréchet un slogan qui a déjà servi : Not in my name.

 


Notre Père qui êtes aux cieux, restez-y. (Jacques Prévert, un mécréant.)

21:10 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Toutes les "traditions" religieuses viennent de rites païens! Que ce soit les dates des principales fêtes chrétiennes, toutes "coïncident" avec les "solstices" et les "équinoxes", alors on a déplacé de quelques jours dans un sens ou dans l'autre, pour ne pas tomber sur le jour précis! le 25 décembre pour noël, le 31 décembre pour la nouvelle année, mais ces 2 fêtes ou date sont a rapprocher du solstice d'hivers qui est le 21 décembre! Ces dates correspondent aussi avec des "fêtes religieuses" dans d'autres civilisations aux 4 coins du monde!

Écrit par : Dominique Degoumois | 05/12/2018

Répondre à ce commentaire

En complément au "Notre Père qui êtes aux cieux, restez-y" de Prévert,
voici une prière de laïque haineux:

> Père illégitime qui squattes les cieux,
> Que ton nom soit honni;
> Que ton règne s’éteigne;
> Que ton ignominieuse volonté soit ignorée de tous, sur la terre comme au ciel;
> Épargne-nous chaque jour ton pain de misère;
> Reçois nos offenses avec reconnaissance car tu les mérites, toi qui ne cesses de nous mépriser et de nous tyranniser;
> Abandonne-nous à la tentation de te renier et délivre-nous de ton bien, qui nous empoisonne la vie;
> Car c’est à toi qu’appartiennent la honte, l’injustice et les misères de ce monde - aux siècles des siècles. Amen!

Écrit par : Mario Jelmini | 05/12/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, le fanatisme est une maladie mentale en particulier lorsque des religieuses et des religieux nous racontent les fables sur les anges, les miracles, le paradis, l'enfer et le tribunal des flagrants délires de leur dieu.Gabriel qui aurait emmené mahomet à Jérusalem, d'ou la certitude des fanatiques et menteurs musulmans appliquant la taqiyya, que Jérusalem est la capital des palestiniens, (faux peuple palestinien) Voir la vidéo du terroriste Arafat et d'autres c'est sur internet.

Des communistes, socialistes, des extrêmes gauches, fanatiques deviennent comme des musulmans, _malades. Ils attrapent des boutons dans leur peu de cerveau qui n'a pas été fini.

Vauquiez a gagné le procès face à des laïcards malades, il pourra décorer le conseil régional et mettre une crèche ouf....

Athées, très bien informé sur la véritable histoire des croyances et des religions avec l'invention des divinités par les Pharaons et leurs prêtres, transformées en spiritualité bidon introduite dans la tête des mômes au cerveau d'éponge, je fête NOËL comme une tradition, un rituel, une pose dans un monde de cons.

Oui c'est la fête -non obligatoire- rien à voir avec le ramadan ou la peine de mort est prévue pour celles et ceux qui ne respectent pas les rituels débiles au nom d'allah.

Je préfère cela que d'égorger un pauvre mouton ou le faire égorger par des gamins pour fêter un sanguinaire et son concept.

Ayons une pensée pour ces petits musulmans qui crèvent de faim ou qui sont tués, ou encore ces gamines violées pour cause de guerre de religion musulmane.

Ayons une pensée pour ces enfants pauvres qui ne pourront fêter NOËL par manque d'argent pour cause de religion par ce que la haute pétée catholique et protestante, haineuse se gave royalement. La richesse mondiale appartient à moins de 10 % de nantis.

Ou est le dieu des croyants, dans la tête de qui et pourquoi faire?

La pédophilie chrétienne et musulmane est connue, le dieu des croyants serait-il pédophile, sanguinaire, la question se pose.

Fêtons NOËL, c'est notre culture et merde aux malades mentaux. Qu'ils aillent se faire soigner. Interdisons l'islam en Europe tel qu'il nous apparaît aujourd'hui, c'est à dire un concept mortifère et abêtissant.

Vive les apostats, bon NOËL en terre chrétienne.

Écrit par : NOËL Pierre | 06/12/2018

Répondre à ce commentaire

On peut dire, vu l'état du monde, de la planète en l'attente de nouvelles catastrophes annoncées, que l'abjecte prière d'un laîque haineux est sur le point d'être exaucée ou, exaucée, l'est.

Parler biblique: cette prière donne un temps sous l'emprise des ténèbres en attendant le retour des forces de Lumière

que Dieu, comme on nous l'enseigna, existe ou non.

Obscurantisme, fanatisme, d'un côté, matérialisme dément... "banalisation" promesse de fin de civilisation de l'autre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/12/2018

Répondre à ce commentaire

À propos du Sol invictus (en français: Soleil invaincu), voici ce qu'on peut lire sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Sol_Invictus_(religion) :
“divinité solaire apparue dans l'Empire romain au IIIe siècle. Elle reprend des aspects de la mythologie d'Apollon et du culte de Mithra, connaissant une grande popularité dans l'armée romaine”.

Selon le calendrier julien alors en vigueur, le 25 décembre coïncidait avec le solstice d'hiver. Ainsi, chez les Romains des deuxième et troisième siècles, le 25 décembre correspondait au Dies Natalis*** Solis, c’est-à-dire au jour de la naissance du soleil.

L’empereur Constantin (272-337) fut un fervent adorateur du Sol invictus. S’il choisit finalement de rallier le christianisme, ce fut avant tout pour des raisons politiques.

“En 354, le pape Libère désigne officiellement le 25 décembre comme fête de la naissance du Christ” (http://www.lexpress.to/archives/124/; dans cet excellent article, consacré au culte de Mithra, on peut aussi lire: "Ainsi la tradition des cadeaux, des décorations, des bons repas associés aux fêtes de fin d’année a de lointaines origines et si Noël se célèbre le 25 décembre, c’est à Mithra que nous le devons).

La date de naissance de Jésus est d’autant plus inconnue que celui-ci, dans une interview accordée aux Juifs, leur avait déclaré: “En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis” (Jean 8:58).

*** La racine latine "natal" se retrouve dans les mots Natale (italien), Natal (portugais, indonésien, javanais, malais), Nadal (occitan, catalan, galicien), qui se traduisent tous par Noël en français.

Écrit par : Mario Jelmini | 06/12/2018

Répondre à ce commentaire

Dans son commentaire, Pierre NOËL s'interroge:
"le dieu des croyants serait-il pédophile (...), la question se pose."

Un indice: Apocalypse 14:3-4 nous apprend que Celui qui trône dans le ciel est entouré d’un lot de cent quarante-quatre mille vierges mâles de premier choix "qui ne se sont pas souillés avec des femmes"...

Écrit par : Mario Jelmini | 06/12/2018

Répondre à ce commentaire

"Cela dit, il ne faudrait pas que la laïcité soit défendue par des nigauds fanatiques. Ainsi cet homme, quelque part en Bretagne qui proteste parce que le portail du cimetière où est enterré son père s’orne d’une croix qui l’empêche dans sa vigilance laïque de dormir. Il voudrait la faire supprimer. On se pince."

Il s'agissait moins de supprimer que de demander qu'elle ne soit pas installée.

" mais je pense que les religions ne doivent pas s’afficher, aucune. "

Bonjour la contradiction.

Écrit par : laicard | 09/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.