1 = 3

Imprimer

Encore cette arithmétique à Bonzon, comme on disait jadis à Genève. Faut que j’explique. Je continue à être surpris qu’il n’y ait qu’un dieu et trois monothéismes. Et que ces monothéismes soient à couteaux tirés. C’est vrai ça, ils n’arrêtent pas de faire couler le sang alors qu’ils devraient s’entendre merveilleusement puis qu’ils ont la même idée de base.

Je ne vois qu’une explication, c’est qu’il y a trois dieux uniques, je n’en vois pas d’autre. Vu comme ça c’est évidemment contradictoire, mais ces trois dieux ne serai(en)t-il(s) pas le même sous une appellation différente. Voyons cela de plus près.

Dieu (God, Gott, Bojé, Dio dans les langues occidentales latines, germaniques, slaves) se dit Allah en arabe, c’est donc bien le même. À la question ‘croyez-vous en dieu ?’, la réponse sera selon la langue de l’interrogé. Dès lors, les petites différences dans la façon de lui rendre hommage devraient être sans importance. Tantôt, on garde son couvre-chef dans un édifice religieux, tantôt pas, tantôt on se débarrasse de ses chaussures. La prière se fait à heures fixes dans certains cas mais elle peut être aussi ad libitum, avec ou sans ablutions préalables, selon certains puritains, le coït doit se faire dans le noir en gardant ses vêtements mais il peut être plus libertin.

C’est dans la description du paradis qu’il y aurait des différences essentielles. Chez les chrétiens, il sera tout de spiritualité : la vision, enfin, de l’Éternel avec accompagnement de harpe (d’accordéon peut-être en deuxième classe) devrait suffire à nos besoins psychologiques.

Chez les musulmans, c’est plus concret. Des dizaines de poupées gonflables, on ne va tout de même pas leur donner des vraies vierges, l’islam respecte trop la femme, et du jus de raisin à volonté, on nous explique dans le Coran que ça sera du vin qui n’engendre pas l’ébriété, c’est donc du jus de raisin, je ne sors pas de là.

L’invention du paradis et de l’enfer est une des plus pernicieuse qui s’est abattue sur l’humanité déjà malmenée. Elle ne profite qu’aux princes, aux cardinaux et aux imams, lesquels ont le même discours : le peuple est pauvre ici-bas, on va lui promettre une vie merveilleuse plus tard, une éternité sympa, le Coran ajoute même qu’au paradis couleront des ruisseaux, ce qui est aguichant pour le croyant, l’islam étant né dans des régions où l’oued est d’un débit décevant en été. Bref, de la propagande éhontée.

Efficacité inverse pour l’enfer : l’homme, seul ou en groupe, ferait bien de ne pas se rebeller, car il sait ce qui l’attend : un pas de travers et c’est la torture (le feu, répété cent fois dans le noble kitab). La description des tourments qui vont frapper les contrevenants est d’autant plus effrayante que ces tourments sont éternels, pas de rémission pour bonne conduite ! On se demande si Mahomet savait ce qu’il dictait à son secrétaire Gabriel. Si c’est bien lui l’auteur, ce qui est contesté désormais.

On aurait pu attendre de ceux qui ont inventé dieu qu’ils en fassent un vieillard (depuis le temps qu’il existe) soucieux du bien-être des créatures que nous sommes, un pépé débonnaire qu’on aurait plaisir à respecter. Le Coran nous dit bien, en exergue à chaque sourate, que dieu est miséricordieux, mais quand on lit ces sourates, on trouve un gaillard punisseur, vindicatif, violent, narcissique (adorez-moi !), et qu’on doit craindre.

Chez les judéo-chrétiens, on chante ‘beatus vir qui timet dominum’, est heureux l’homme qui craint dieu. Ayant eu un père qui n’a jamais levé la main sur moi, je ne m’explique pas comment l’Autre pourrait avoir une attitude différente.

Vous voulez croire en dieu, grand bien puisse vous faire si c’est une condition de votre équilibre psychologique. Mais s’il vous plaît, sans endosser les oripeaux mensongers des religions, cette Vierge qui apparaît à des gamins et fait des miracles, ce Prophète qui est allé au Ciel sur son cheval, ce Messie qui est mort et ressuscité, cet Abraham qui était prêt à occire son fils (il y en a pour tout le monde !), car vraiment ce sont là des billevesées inacceptables.

Les religions sont souvent la cause des guerres. Au XVIe, la France connut une guerre civile religieuse, la Guerre de trente ans fut une guerre entre princes catholiques et protestants, entre l’Iran et l’Arabie, il y a une guerre civile larvée entre musulmans A et musulmans B. En France encore, dans certaines banlieues, une guerre civile religieuse a déjà commencé, il n’y a pas encore eu de coups de feu mais déjà des cocktails molotov et des coups de couteau. Même la Suisse connut avec le Sonderbund sa petite guerre religieuse. C’est dire.

Il ne faut donc pas donner aux religions du grain à moudre. Une guerre de religion est une contradiction, une absurdité, un paradoxe, un non-sens. Elle signifie que l’humanité n’est pas encore sortie du stade de l’imbécillité. Il y a encore du chemin à faire. Notre seule arme est une laïcité rigoureuse, sans les adjectifs que certains voudraient lui imposer. Il ne s’agit pas de supprimer les religions comme le prétendait le perfide Tariq Ramadan (paix à ses bijoux de famille) mais de les maintenir dans leur enclos et de les empêcher de nuire. Soyons sur nos gardes.




Le paradis cité plus haut a inspiré cette réflexion pessimiste :
L’éternité, c’est long. Surtout vers la fin.
(M’étonnerait pas que cette notion pessimiste émane d’Allan Stewart Königsberg, clarinettiste mais aussi cinéaste et humoriste, plus connu sous le nom de Woody Allen).
Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • Aussi connu d'une autre façon:
    https://yzgeneration.com/ronan-farrow-oui-mon-pere-woody-allen-est-un-pedophile/

  • Il y a quelques semaines, pas même un mois, grippée, déshydratée il faut que je me lève pour aller boire. Je tombe sans pouvoir me relever. Panique il est environ 1 heure du matin je n'aurais qu'un téléphone sûr à i3 heures, Il y a le répondeur mais le téléphone n'est pas à ma portée. Il faut donc passer toute la nuit puis attendre jusqu'à 13 heures. Si je ne puis me relever d'ici là le répondeur lancera son message et mon correspondant venant le soir se dira que tout va bien.
    Je ne puis toujours pas me relever. Il fait encore nuit. Repanique: il arrive que cette personne ne puisse venir, message sur le téléphone que je ne puis pas atteindre. En ce cas il me faudra repasser toute une nuit jusqu'au matin suivant où vient une amie qui s'affolera… état de panique total avec un appel au ciel: "Aidez-moi!" Alors comme une voix: "Vous pourrez vous relever à neuf heures."
    Du corridor j'avais rampé jusque dans ma chambre en me disant qu'en me cramponnant à mon divan je pourrais me relever: impossible.
    Par les stores toujours allongée de tout mon lang je vois enfin se lever l'aube… mêmes essais infructueux. Le temps dure mais soudain comme une pression me fait saisir deux, puis un meuble au pied où serrer avec la main et une énergie, chaleur y compris, me soulève, me fait me dresser puis repiquer du nez vers mon matelas, je m'agrippe et puis tomber dessus.
    Tremblante je suis lente à pouvoir me calmer. Un temps puis je me demande quelle heure il est, Une petite montre à côté de moi: neuf heures vingt (la voix avait dit neuf heures… ce qui correspond.

    A qui me suis-je adressée en pleurant pratiquement: "Aidez-moi!" en pensant plus au ciel qu'à Dieu puis à des êtres vivants plutôt me donnant le sentiment d'une force qui leur est ou serait propre.

    Petite fille, il y a une chanson que mon père me chantait souvent en s'accompagnant au piano: "Jésus s'habille en pauvre Charité va demander…

    Jésus qui ne vivait pas avec son vrai père n'habilla-t-il pas Dieu en habit de petit papa ("abba"?) tout attentionné… qui nourrit les petits oiseaux…?

    Pour restituer ce que ressenti par cette énergie qui vint à mon secours... une parole d'homme de radio, Emile Gardaz, serait comme une orientation: "Sous le soleil de l'amitié"!

  • Je n'ai trouvé dans ce récit dramatique qu'un lointain rapport avec mon texte. Mais je le publie à seule fin de signaler à miss Belakowsky que dans son cas, elle devrait se munir d'une alarme, un bracelet qu'on met au poignet et muni d'un bouton rouge qu'on va actionner et les secours arrivent dans les instants qui suivent. Une aide indispensable.

  • J'en étais sûr:quand vous n'êtes pas attentif, vous écrivez imbécillité avec 2 "l" !

    Chassez le naturel, il revient au galop.

    Pas si facile de se mettre à la novlangue !

    Merci pour vos billets, que je préfère quand ils mettent en évidence votre hu-

    mour et votre culture. J'ai plus de peine quand vous affectez d'aborder des su

    jets "sérieux", comme ici.

  • Monsieur l'instituteur (synonyme vaudois roille-gosse)

    J'ai écrit 'imbécillité' avec deux ll parce que le Robert me le demande. Je m'en tiens au Robert, quand il y en a deux , mignons,, c'est encore plus chouette.
    Autre chose: je n''affecte' pas d'aborder des sujets sérieux, je traite de sujets sérieux parce que je les considère importants. Libre à vous de ne pas les apprécier et même de me contrer,
    Quand ensuite vous employez le mot 'novlangue' j'ai l'impression que vous ne connaissez pas le sens de ce mot. Renseigmez-vous avant de le brandir.

    La prochaine fois qu'il vous vient un prurit qui vous oblige à un commentaire, vous voudrez bien signer de votre propre nom et prénom plutôt qu'un pseudonyme à deux balles. Ce serait plus franc.

    Thomann

  • Aaaaaaah, l'imbécile dit des imbécillités. Oh, je ne vise personne, c'est juste un exercice de style et... d'orthographe.
    Pour l'explication, c'est ici:
    http://alorthographe.unblog.fr/2014/12/30/imbecillite-ou-imbecilite/
    Merci.

  • Ben....M. le Professeur! :) c’est la différence entre ceux qui ont fait des « études «  sur le net... qui défilent sur cette blogosphère et les autres.....

    Vous avez dit imbécillités !? Il en pleut!

    Bonne fin d’après-midi!

  • ""Chez les musulmans, c’est plus concret. Des dizaines de poupées gonflables, on ne va tout de même pas leur donner des vraies vierges, l’islam respecte trop la femme, et du jus de raisin à volonté, on nous explique dans le Coran""

    Les soldates de l'islam sont à la merci des fables du mâle 3+1=4 les maquereaux se portent bien.......

Les commentaires sont fermés.