LE BLITZ QUI BLESSE

Imprimer

Je prends toujours avec intérêt et amusement les sujets de polémique que m’offrent nos voisins français. Bien sûr je ne parle pas des vraies polémiques qui portent sur un fait de société et qui ont leur justification, comme par exemple celle du maintien en vie de Vincent Lambert, car là, nous sommes tous concernés en tant que créature humaine.

Non je veux parler de ces petites disputes sans intérêt autre que de permettre à un peuple qui s’ennuie profondément de s’ébaubir : Il a fait sa conférence de presse sans cravate, comment ose-t-il ? Polémique ! La ministre s’est présentée devant l’Assemblée en robe à fleurs. Comment ose-t-elle ? Polémique ! Il a dit ‘madame la présidente’, comment ose-t-il ? Polémique !

Cette semaine il s’agit de l’emploi d’un mot et d’une politicienne en action héroïque. Dame Loiseau a été choisie par le président Macron pour diriger la campagne de son parti aux Européennes. Bon, Dame Loiseau n’est pas d’un charisme étourdissant, elle fait plutôt mémé, mais on prend ce qu’on a. Surtout, elle vient de gaffer grave. Dans un débat, elle a prononcé le mot ‘blitzkrieg’. Comment a-t-elle osé ? Polémique !

Il faut savoir que blitzkrieg est un mot boche, non pire, nazi. Il décrit la guerre-éclair au moyen de laquelle la Wehrmacht avec ses blindés a osé envahir la France en 1940. Son emploi par mame Loiseau lui a valu d’être citée à l’Opprobre de la Nation, d’être la cible de critiques, voire d’insultes. Que n’a-t-elle pas entendu.

Il se trouve que ce mot a déjà été employé, par non moins illustre que François Fillon alors au sommet de sa gloire. Il n’y avait pas eu de réactions hostiles. Avec Loiseau, c’est autre chose, elle est dans les abysses, on peut lui taper dessus. Vae victis ! Remarquez que les Anglais emploient encore le mot blitz en parlant de ce qui fut la Bataille d’Angleterre. Avec cette différence toutefois que grâce à des pilotes héroïques, les Anglais furent victorieux, alors que les Français furent défaits par le même éclair. Mais cela vaut-il une querelle de vocabulaire ?




Tant qu’elle ne crie pas Heil Macron...
Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Toute querelle est bonne en politique française.

  • Oui! Cela en vaut la peine! Car marre des incultes qui dérapent sur pas seulement un mot, mais aussi sur des sujets qu’il ne maîtrisent pas et qui les dépassent.

  • Oui, rien à voir avec l'islam qui se fond plus ou moins dans la foule, mais ils ne gagneront pas la guerre.

Les commentaires sont fermés.