MÊME HITLER N’AURAIT PAS OSÉ

Imprimer

Les dictateurs se suivent mais ne se ressemblent pas. On n’imaginait pas le MTR (le moustachu du troisième Reich) se déplacer dans un pays étranger pour y faire l’éloge de sa doctrine nationale socialiste et demander à ses compatriotes dans le pays qui les accueillait de surtout ne pas s’assimiler et de rester allemands, cette ethnie si supérieure. Il n’y a même pas pensé. Si peut-être un peu mais il a su s’abstenir.

Pas comme le calife d’Anatolie. Lui vient, droit dans ses babouches, avec cet air dogue en plus, faire de l’agit-prop dans ce pays qui n’est pas le sien et dont on se demande même s’il a demandé la permission de venir. Car il ne s’agit pas là d’une visite officielle avec flonflons, honneurs militaires, discours et absinthe de bienvenue. Le monsieur vient à titre privé mais c’est un personnage d’un certain poids et controversé dans son pays au point qu’il doit mettre au trou ses opposants : des journalistes, des professeurs, des magistrats, toute une racaille qui l’empêche d’exercer en paix son métier de dictateur et il pourrait peut-être se demander s’il est le bienvenu dans ce pays démocratique qui est le nôtre.

Cela d’autant plus que son discours adressé aux Turcs du coin n’était pas exactement celui qui peut plaire au pays-hôte. En substance : mes chers compatriotes, restez ce que vous êtes, restez turcs, par Allah, n’essayez surtout pas à vouloir devenir semblables aux Suisses, ce sont des mécréants (sous-entendu : à qui il faudra plus tard faire un sort si Allah le veut).

Car il faut bien accepter que le bonhomme est non seulement un dictateur mais aussi un conquérant, au nom de l’islam. Il y a non seulement ses discours discutables mais aussi parallèlement une infiltration propagandiste de la jeunesse turque en Suisse au moyen de camps de vacances d’apparence innocente mais où on fait la part belle à la lecture et à l’apprentissage du Coran, ce livre condamnable dans lequel on trouve maints versets qui demandent qu’on tue les non-musulmans.

Cela dure depuis plusieurs années. Le dernier camp avait lieu à Melchtal, endroit idyllique du demi-canton d’Obwald. On en voit quelques photos inquiétantes : garçons et filles sévèrement séparés, les fillettes qui peuvent avoir bien dix ans déjà voilées, ce qui veut dire viol de l’intégrité mentale d’enfants incapables de contrer ces directives. Si c’était possible, le Coran devrait d’ailleurs être interdit au moins de dix-huit ans. Les adultes malheureusement, on ne peut plus rien pour eux. Ils pourront continuer à croire que la Terre est plate et que le soleil lui tourne autour.

Ce qui fait souci dans tout ça, c’est le silence rêveur du Conseil fédéral. On aurait souhaité qu’au moins le ministre des affaires étrangères, Ignazio Cassis, convoque l’ambassadeur de Turquie pour lui remonter les bretelles, à défaut de rompre carrément les relations diplomatiques entre les deux pays. Car l’insulte est grave et demande en tout cas des excuses.

Quant aux partis, c’est la somnolence. Il n’y a que l’UDC (ce parti qui enquiquine les autres) qui a demandé au C.F. de se déclarer sur ce problème. Jusqu’ici pas de réaction des sept nains. Ce qui voudrait dire que l’islam conquérant a encore de beaux jours devant lui.


Parce que le slogan de notre va-t-en-guerre, et ce sera ma coda, c’est comme il l’a proclamé :
Nos mosquées sont nos casernes, nos minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats.
Ça, c’est ce qu’il dit. Mais il pense ceci comme tous les autocrates, et là on rejoint le moustachu du début.
Ein Volk, ein Reich, ein Führer.


J’ai quelque réticence à écrire le nom de ce calife contemporain mais vous le trouverez crypté phonétiquement quelque part dans mon texte.

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • A défaut d'en avoir notre Conseil Fédéral pourrait se procurer des prothèses, ne sommes nous pas le pays des prothèses médicales ? J'oubliais... en Suisse on préfère remplacer les anus.

  • Positivons. Il devient de plus en plus difficile pour nos chers ennemis, les socialistes, de manifester en faveur de l'entrée dans l'Europe de la Turquie. D'abord voulue par les USA, précisons-le, ceux-ci cherchant à nuire de toutes les façons possible à leur premier concurrent économique...
    Micheline Calmy-Rey, au service de sa majesté US, s'est empressé de reconnaître le Kosovo pour que ses amis puissent y construire la plus grande base stratégique anti-Russie, ce pays étant considéré comme une clé de la gouvernance mondiale. Si l'Europe entretient des relations amicales avec la Russie, il en est fait de la domination US sur la Terre...
    Les Américains veulent l'islamisation de l'Europe parce qu'ils savent qu'un pays islamisé n'est plus capable de rien. Le Conseil Fédéral est au service des Américains. Et donc permet tout aux Turcs, aux Arabes et à tous les autres musulmans. Les Suisses devraient finir par en prendre conscience, avant qu'il ne soit trop tard. Avant que la planète brûle, il y a bien pire : qu'elle devienne musulmane...

Les commentaires sont fermés.