J’ARRÊTE LE SUCRE

Imprimer

Non, c’est pas moi qui parle, mais je vous assure qu’il y a un site internet qui dit exactement cela. Il s’agit de traquer le sucre où il se trouve et lui dire qu’il n’est pas le bienvenu. Selon ceux qui y apparaissent, le sucre serait un poison violent. Mieux vaudrait un régime cyanure plutôt que de mettre du sucre dans son thé du matin.

Après ça, ça défile, j’arrête le fromage, le lait, les aliments gras. La viande et le vin, c’est fait depuis longtemps. L’argument, c’est bien sûr, je veux vivre longtemps et en bonne santé. Ambition estimable. Mais les moyens le sont-ils aussi ?

Car on a l’impression que les candidats à ces privations gobent tout ce qu’on veut. Leur crédulité est sans limites. Tenez, on leur a fait le coup des toxines (le mot fait peur) : au départ, une toxine est un poison qui peut être mortel, il est soit d’origine animale, venimeux donc, venin de serpent, soit végétale, vénéneux, amanite phalloïde.

Mais les nutriologues ont étendu la notion. Selon eux, sont toxines un nombre considérable de saloperies que contiendrait notre corps et dont il serait souhaitable de se débarrasser. On ne précise pas ce que sont ces toxines et arrêtez de poser des questions, moi le spécialiste je sais et ça soit vous suffire.

Mais le spécialiste est péremptoire : il vous faut une détox. Et là,il ne s’agit plus de plaisanter. On commencera au lever par un grand verre d’eau chaude additionné d’un jus de citron sans sucre of course (miam miam) puis des tisanes tout au long de la journée, du riz pour expulser les toxines (?), un drainage lymphatique fait par un kiné et pour couronner le tout une irrigation du colon pour se régénérer, en langue de tous les jours un lavement. Et voilà le travail !

Deux tribus se font face ; les Benibouffetouts qui surremplissent leur caddie au supermarché, quitte à en jeter ensuite une partie, et les Inquiétous, qui ont fait du souci de leur santé une occurrence quotidienne. Il se mêle chez ces derniers une dimension quasi religieuse : vous prendrez bien un peu de privation si c’est pour atteindre la sainteté. Car l’Inquiétou se prive, même s’il a de la peine à l’admettre. On remarque qu’il aime à manger cru, ce qui l’empêche de connaître la bienfaisante odeur dans une cuisine où se mijotent de bons plats qui embaument. Il se prive de sucre, donc il ne connaît pas le plaisir indicible de la confiture du matin, celui de la tarte au kirsch de Zoug (double privation !), d’une forêt-noire bien crémeuse, d’un mille-feuille. Le matin, il se gave de muesli qu’il feint de trouver délicieux. Des flocons d’avoine avant toute chose et le voilà prêt à partir d’un bon pied pour la journée. C’est lui qui voit.

Car s’agit de se présenter le corps (et le cœur) pur devant la déesse Santé. Car c’est elle qui vous assurera longue vie sans constipation, incontinence ou hémorroïdes. Soyez vigilants ! Soyez puritains !


La santé est un état précaire qui ne laisse envisager rien de bon. (Jules Romains dans Knock)

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Moi, j'arrête d'être con.

  • Moi j'aime une kiné ... ses mes mains et ses doigts je les garde pour moi les deux plus les dix...(Nougaro)

Les commentaires sont fermés.