JE SUIS HARCELÉ

Imprimer

Non pas par des jeunes femmes séduites par mon physique exceptionnel, mais par une officine lausannoise qui voudrait que je m’intéresse à l’astrologie et accessoirement que je leur laisse quelques sous.

Au premier téléphone, j’ai répondu poliment que l’astrologie ne m’intéressait pas. Et j’ai raccroché. Au deuxième, le ton est déjà monté d’un cran, à trois puis quatre, je reconnais avoir été grossier, j’étais poussé à bout. Si l’astrologie doit aboutir à une meilleure connaissance des êtres et des choses, ces messieurs-dames de Lausanne devraient avoir lu dans les astres que l’être Thomann avait l’astrologie en nulle estime.

Pourtant je reviens de loin. J’avais un oncle en Argovie où je passais mes vacances d’été chez ma grand’mère et où j’ai appris le dialecte. Cet oncle travaillait dans la grande usine du coin la journée et donnait le soir des consultations astrologiques, histoire d’améliorer ses fins de mois. C’est ainsi que j’eus droit à mon thème astral. Pour son neveu, ce fut gratuit.

Je dis cette seule chose en sa faveur : il était absolument convaincu de ce qu’il racontait et de l’honnêteté de sa démarche. Il m’expliquait d’un ton pénétré, en considérant ma date et mon lieu de naissance, que Jupiter (der Youpiter) avait fait ami-ami avec Saturne, mais avec Mercure en embuscade, quelque chose comme ça. J’avais quinze ans et j’écoutais ça avec intérêt, c’était dit par un adulte, un vrai et son ton était de bon aloi.

Mais il est vrai que j’eus tôt fait d’oublier les explications du tonton et quand plus tard on me demandait de quel signe j’étais, je faisais l’idiot, j’affirmais avec vigueur que j’étais d’aucun signe. « Mais voyons, tout le monde a un signe. C’est quoi, ta date de naissance ? » « Ça, je ne te dis pas, car tu vas m’abrutir de mensonges astrologiques et si on peut éviter ça… Parlons d’autre chose, tu veux ? ».

On est étonné du nombre de bipèdes qui estiment l’irrationnel ‘vous pouvez pas dire qu’il n’y a pas quelque chose de vrai sur l’influence des astres, le tarot, la voyance, la télépathie, l’influence du prénom...’

Ah bon ? Voyons cela d’un peu plus près. Prenons par exemple le prénom. Je clique sur Personnalité de votre prénom et je lis que André, en gros n’a ni vices ni défauts, tout au plus des faiblesses qui peuvent lui nuire s’il a affaire à des ingrats. André est honnête, il a le sens du devoir et aime rendre service aux autres. Avec les femmes, il est un gentleman romantique. Bref, c’est un type bien, ce que je savais déjà, mais le voir confirmé dans le magazine Elle, voilà qui booste mon ego. Autosatisfaction !

Assez ri ! Les horoscopes, les cartes, la boule de cristal, le marc de café (oui, il existe une caféomancie, vous cliquez sur Marc de café prédictions si vous voulez rigoler un bon coup) sont des billevesées qui ont cours depuis plus de quatre mille ans et qui n’arrêteront jamais.

J’ai été prof d’anglais. La difficulté dans ce métier est d’essayer de faire parler les élèves dans la langue enseignée. Il y a les timides, les taiseux, ceux qui voudraient bien parler mais qui ne s’expriment pas de peur de faire des fautes. J’étais cependant parvenu à un résultat satisfaisant en lisant avec eux Asimov, le prodigieux auteur américain de science-fiction. Il avait aussi écrit des ouvrages de vulgarisation d’où je puisais un texte sur l’astrologie. Asimov n’hésitait pas à la qualifier d’excrément of the male bovine, soit en un seul mot grossier mais vigoureux bulls..... ! Je ne cachais pas que je partageais avec Asimov cette réprobation, mais alors miracle, des mains se levaient dans la classe pour contrer Asimov et le prof en même temps : But sir… ! Ces bons petits collégiens et collégiennes, en principe en révolte contre le monde adulte dont ils ne faisaient pas encore partie. Mais là, il ne fallait pas dire du mal de l’astrologie et ils tenaient à le faire savoir. Je jubilais, mes élèves parlaient ! Bon, c’était pour dégoiser ces inepties très anciennes et cela prouvait qu’elles étaient encore bien vivaces. Je suis pessimiste.


Pour ma coda une blague très ancienne mais qu’il est bon de rappeler de temps à autre.
Un quidam va frapper à la porte d’une voyante. De l’intérieur il entend Qui c’est ?
Il est reparti.

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Voulez-vous titillez vos lecteurs, par ce gag, "Asimov, le prodigieux auteur américain"?
    Ce qui est malheuresement difficilement tolérable, est la pauvreté du niveau mental en nos contrées, d'une maj de salariés prétendants à des salaires mirobolanants,

    dont ces élus, nouveaux-venus dont l'électeur ne sair rien, would-be élus qui nous vantent non leurs atouts, mais leur foi, sont adeptes.

    J'ai adoré lire dans le texte (anglais ou allemand pour ma part) tout ce qu' a écrit Asimov, un esprit créateur, un mental fort, ¨¨

    Et je n'ai pas trouvé de nombreuses autres personnes, dans notre espace-temps, aux connaissances et capacités comparables.

  • André Thoman
    Voulez-vous titillez vos lecteurs, par ce gag, "Asimov, le prodigieux auteur américain"?

    Sachant qu’Asimov n’est pas citoyen US par naissance, mais est devenu américain par migration obligée, d’une part, et que d’autre part, cet auteur a été capable d'écrire en plusieurs langues, et c'est un plaisir que de le lire dans le texte, en allemand ou en anglais.

Les commentaires sont fermés.