25/10/2018

DIVERS

On se demande bien pourquoi Adam et Ève, dans le premier parc naturiste, avaient honte de leur nudité puisqu’il n’y avait encore aucun ‘textile’ pour les reluquer.

cul-de-lampe.jpg

C’est formidable, avec cet appareil, on peut m’atteindre même si je suis à Bali ou au Machu Picchu.
Ce qui signifie que tu n’es jamais en vacances.

cul-de-lampe.jpg

Avec tous ces pays (ou cantons) qui se désistent pour organiser les Jeux Olympiques d’hiver, il ne restera bientôt plus que le Qatar.

cul-de-lampe.jpg

L’avantage du couteau sur la kalach ou le rigoustin, c’est qu’il n’a pas besoin de munition. À la Saint-Barthélémy, rares devaient être les Parisiens possédant une arme à feu. L’opération commanditée par Catherine de Médicis (une Ritale, donc une immigrée) fut néanmoins une réussite.

cul-de-lampe.jpg

La conséquence d’une loi anti-avortement, c’est que le bistouri officiel et sauveur du gynéco est remplacé par l’aiguille à tricoter clandestine de la faiseuse d’ange. La morale (papale) est sauve mais pas toujours la patiente.

cul-de-lampe.jpg

S’il n’y a qu’un dieu, comment expliquer qu’il y a trois monothéismes, sans compter les nestoriens, les dravidiens, les adventistes, les onanistes, les Témoins de Jehova, et réséda et réséda.

cul-de-lampe.jpg

Je me demande quelquefois, sans que cela me vrille le cerveau, qui étaient les prénommés Cergue, Saphorin, Gingolph et Gothard, et quels exploits ils ont accomplis pour accéder à la plus haute marche du podium catholique.

cul-de-lampe.jpg

Il y a sur cette planète des millions de livres sur les rayons des librairies et des bibliothèques. Je dois avouer qu’il y en a quelques-uns que je n’ai pas lus.

cul-de-lampe.jpg

Le Coran est formel : un musulman ne doit pas tuer un autre musulman. Pour ce qui est de tuer un non-musulman, la chasse est ouverte. Le prince-potentat d’Arabie saoudite a du souci à se faire, il encourt la peine de mort et un châtiment éternel dans la Géhenne.

Même châtiment pour l’adultère, par lapidation. Ça vous fait penser à quelqu’un ?

20:44 | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | | |

18/10/2018

UN BOBARD*

Ça m’a tout l’ait d’être un bobard* mais je vais commenter quand même car il illustre quelque chose qui est dans les canaux. Oyez ou plutôt lisez : Pour la pétanque on ne dira plus le cochonnet mais le petit. Je n’ai trouvé nulle part la confirmation de cette demande mais le fait qu’elle soit vraie ou fausse ne change rien à cette tendance qui veut changer le mot en pensant qu’on va changer la chose. On se souvient de ce Président qui voulait supprimer le mot race dans la constitution. Plus de race, donc plus de racisme. Sancta simplicitas !

Dans le cas qui nous occupe, je pense qu’il s’agit du message d’un farceur qui veut se moquer des bien-pensants qui imaginent que le mot cochonnet pourrait faire monter au front des juifs et des musulmans le rouge de la colère. C’est vrai ça, il y a chez ces rigoureux une opposition non seulement à l’aliment-cochon mais aussi au mot et à sa représentation. Je pense à cette Anglaise qui collectionnait des animaux en céramique et qui les exposait sur le rebord de sa fenêtre du rez-de-chaussée. Cette inconsciente ne se rendait pas compte qu’elle se trouvait sur le chemin de la mosquée et qu’un des animaux était un gentil mais répréhensible suidé qui horrifiait les musulmans en route vers la prière du vendredi. Elle fut priée gentiment mais fermement de faire disparaître cet objet maudit (haram en arabe).

Il y a heureusement des communes en France qui refusent que les cochons meurent après des maladies nombreuses, pellagre, mal de Pott, démence sénile et autres. Ce qui arrive en Inde, où on n'abat pas les vaches mais on les laisse périr misérablement après qu’elles aient écumé les poubelles des villes pour y trouver une maigre subsistance. Alors on fait la fête du cochon et on lui rend un dernier hommage en le mangeant en se souvenant que tout y est bon.

Une autre disparition pas mystérieuse du tout, c’est celle du mot (et de la chose) de Noël. Il n’y a plus de vacances de Noël, de marchés de Noël, on a voulu y voir une insulte aux musulmans qui veulent bien s’établir dans nos pays chrétiens. Faut pas leur faire de la peine.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le 25 décembre n’est pas la date de la naissance de Jésus, personnage probablement fictif, auquel cas il n’y aurait pas de naissance du tout. Mais s’il a vraiment existé et voulu ensuite par l’Église, celle-ci a arbitrairement choisi une date proche d’une fête romaine, celle du solstice, du sol invictus. La fête qui veut croire, au milieu de l’hiver, que la lumière du printemps reviendra.

C’est donc une fête dont l’origine est autant païenne que chrétienne. Sans qu’elle prononçât jamais le nom de Jésus, ma mère déjà un peu nordique (Pays de Bade) préparait le sapin avec boules et guirlandes et les bougies avec leur lumière. Le Christ avec sa naissance folklorique, l’étable, le bœuf et l’âne, les Rois mages, des détails qu’on a honte à raconter aux enfants, tout cela n’avait pas cours dans ma famille. Ce qui ne m’a pas empêché de suivre les préceptes chrétiens acceptables. Mais pas tendre l’autre joue, ça jamais. Et de me souvenir avec plaisir du sapin de mon enfance. Célébrons donc encore Noël et merde pour le prince d’Arabie qui nous a déclaré la guerre.

 


O Tannenbaum, wie grün sind deine Blätter,
Du grünst nicht nur zur Sommerzeit
Nein, auch im Winter wenn es schneit.
/Mon beau sapin, version originale entendue de ma mère germanophone).

 


* Je ne vois pas pourquoi je dirais fake news alors qu’il existe un mot français équivalent avec en plus une sonorité robuste.

12:50 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

11/10/2018

LA MAIN TENDUE

Il y a plusieurs façon de tendre la main. Ici, nous allons nous occuper de la main paume ouverte pour qu’on y mette une piécette, celle du mendiant. La loi genevoise rend cette activité punissable. Ce qui a amené un groupement de citoyens à protester avec le slogan mendier n’est pas un crime.

Objection d’abord sur le vocabulaire. La loi n’en fait pas un crime passible des assises et de la condamnation éventuelle à la perpétuité. Le mot juste quoique moins percutant est délit, ce qui est suffisant.

On ne sera pas surpris que ce mouvement vient des socialistes. Ils ont le monopole du cœur. Et ce cœur saigne à la vue de ces jeunes Roms vêtus de haillons soignés qui font la manche en prenant cet air triste qui est leur outil de travail. En l’occurrence, les socialistes fonctionnent à l’émotion qui est en politique mauvaise conseillère et ils nous demandent de nous apitoyer avec eux : on signe une pétition.

Lorsque l’émotion règne, adieu le raisonnable. Essayez de penser juste sous le coup de la colère, de la jalousie, de la dépression, de la pitié. Un examen posé de la situation aurait évité à ces messieurs-dames ce mouvement de rébellion. Ils doivent savoir que la mendicité a deux aspects, la classique, celle du pauvre hère isolé et d’ailleurs rare sous nos climats et celle, organisée et sous tutelle mafieuse qui est celle des Roms. Ils le savent si bien qu’ils crient à la discrimination et en appellent aux droits de l’homme, pas moins, qui seraient bafoués par cette loi.

On parle trop des droits de l’homme et pas assez de ses devoirs, celui par exemple de ne pas saloper la planète. Il y aurait aussi celui de ne pas exciter frauduleusement la pitié de son prochain. Un devoir moral. Or, la mendicité rom est frauduleuse car comment expliquer que ces gens pauvres peuvent se payer le voyage coûteux en occident sans être convoyés par des ‘employeurs’ intéressés ?

181010_gypsy3_edt1.jpg

C’est ces convoyeurs que la loi vise indirectement, pas leurs victimes. Seulement, il faut savoir que si de nombreux Roms vivent misérablement en Roumanie, il y en a d’autres qui vivent richement et dont on se demande d’où leur vient tout ce blé. Ce sont des maisons opulentes, d’un kitsch risible, des Lamborghini, des Aston Martin au garage (j’ai des renseignements de première main). Ne serait-ce pas dès lors ces Roms riches qui exploitent les Roms pauvres en les envoyant faire la manche sous nos bénignes latitudes ? Avec d’autres activités illégales mais rentables. Rendre la mendicité peu attractive, voire impossible, est ce que semble vouloir cette loi.

Il y a des Roms en Suisse depuis le quinzième siècle. Ils sont perdus dans la masse, ils ont du travail, ils ont souvent le passeport suisse, certains ont une peau blanche qui ne les distingue pas, disons, d’un Soleurois. Ils sont sédentaires pour la plupart et ne sont pas voleurs de poules. Ils doivent être gênés eux-mêmes de voir ces mendiants de la même ethnie avec qui ils n’ont rien en commun. Ils ont sans doute le même désir de les voir déguerpir. Qui sait ?

 


Roms, Roms, unique objet de mon ressentiment.
(Alexandrin de Pierre Corneille, modifié Thomann)

11:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |