02/09/2017

C’EST BIEN JOLI

Une des manies qu’on veut croire innocente des musulmans est de déclarer leur Prophète comme un modèle à imiter. Il porte la barbe, on en portera donc. Il dormait sur le côté droit, on fera donc de même. Il ne serrait pas la main aux dames, on s’abstiendra également. Le converti biennois Nicolas Blancho procède de cette manière.

Tout ça est bien joli, mais cette conduite pourrait avoir des suiveurs car il n’y a pas que l’idole des musulmans. Pourquoi pas Hitler comme ‘beau modèle’ ? Il ne buvait pas, ne fumait pas, était végétarien et caressait gentiment les enfants non-juifs. Si c’est pas là un gars à imiter !

Le problème, c’est que dans les deux cas, ces personnages ont eu une biographie plus que sulfureuse. On connaît celle d’Hitler, on n’y reviendra pas. Mais la biographie de Mahomet, écrite par des musulmans, n’est pas exempte de passages discutables. Cet homme qu’on se plaît à imiter, était quelque peu coupeur de têtes, particulièrement des têtes juives, violeur d’esclaves, commanditaire d’assassinats, voleur aussi, une des sourates s’intitule d’ailleurs ‘le butin’ (soit le produit d’un vol, ça a au moins le mérite de la franchise). Mahomet déclarait dans la foulée qu’un cinquième du butin allait à Allah, c’est-à-dire à sa sainte pomme, quel rusé bonhomme.

Cela soulève des craintes. Rien en effet ne nous interdit de penser que l’homme Blancho, emporté par son zèle imitateur, imite le ‘beau modèle’ également dans ses turpitudes. Qu’à défaut de caravanes à piller (il n’y en a pas en Suisse) il attaque un train postal et en décapite les employés s’il s’avérait qu’ils ne sont pas musulmans.

C’est vrai ça, on commence par ne pas serrer la main aux dames, ce qui sous nos climats est une muflerie, et on finit par les crimes les plus abominables. Les jeunes combattants de Daech ont sans doute commencé par être des loupiots convenables à qui on avait inculqué la politesse occidentale (dis bonjour à la dame !) puis quelqu’un est venu leur dire que c’était pas bien, on connaît la suite. Donc, légitime méfiance, comme nous le recommande Mireille Vallette.

Pour finir, j’aurais une question. Est-ce qu’on sait si la barbe du Prophète était négligée ? Parce que celle de Blancho, imitatrice, part dans tous les sens, elle est hideuse. Elle devrait pouvoir se tailler, parce que si le Prophète a droit au respect, le téléspectateur aussi. Comme la présence de notre bonhomme sur les plateaux et dans les interviews est fréquente, il nous doit bien ça.

 


Allahou akbar (Alors discrètement, le takbir*, hein, Monsieur Blancho)

 


* Blancho, qui est comme moi, bilingue français-schlabigetz, doit connaître en plus cet important mot arabe.

 

10:24 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | | |

27/08/2017

HALTE AUX DESTRUCTIONS MASSIVES

C’est une sale manie qu’on a à Genève de décider la destruction de bâtiments qui ne le méritent pas et qui même font encore usage. Cela ne date pas d’hier ; j’ai connu en son temps la Salle de la Réformation, tout au bout de la rue du Rhône côté Eaux-Vives. Le bâtiment n'était pas d’une beauté bouleversante, mais l’acoustique y était superbe. J’y ai entendu Brel et le baryton Heinrich Schlusnus, Wilhelm Backhaus et Walter Gieseking, les pianistes. Une programmation de première donc, l’endroit devenait magique, on allait à la Réformation ! Mais pioche des démolisseurs, remplacé par une banque, ça vous dit quelque chose ?

Il y avait encore le petit Théâtre de la Cour Saint-Pierre, tout près de la cathédrale. Endroit cossu, élégant, on y jouait des pièces, donnait des conférences, une belle élite s’y trouvait à son aise. Les murs sont je crois restés mais c’est devenu un immeuble de rapport, ça vous dit quelque chose ?

La prochaine victime ? Un joli bâtiment relativement récent mais dans le style dix-huitième et qui s’appelle ‘du Jeu de l’arc’. Cliquer sur ces mots pour en savoir plus, localisation, histoire, position des opposants à cette destruction.

On nous parle de plan d’urbanisation du quartier, de construction de logements certes nécessaire, mais ne serait-il pas judicieux, avant de faire des projets, de vérifier qu’ils n’entraînent pas la destruction d’un précieux patrimoine ? En attendant, une pétition est lancée dont je souhaite la réussite. À mes lecteurs de voir.

 


Geneva delenda est ?

10:49 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |

23/08/2017

ERDOGAN A FAIT DES PETITS

On sait qu’une des activités favorites du dictateur turc, c’est de foutre au trou ceux qui lui manquent de respect, dont des journalistes. Et comme il a la peau très sensible, ça fait vite du chiffre. Le manque de respect porte un autre nom, il s’appelle désormais ‘incitation à la haine raciale’ ce qui ne veut rien dire et reste une notion juridiquement floue.

C’est sous cette formule pourtant qu’une juge bavaroise, marchant dans les pas du Turc, a fait condamner un journaliste de son pays. Cet inconscient avait illustré un article de la photo du grand mufti de Jérusalem en conversation avec Hitler, une photo qui a certes fait le tour du monde, que nous avons tous vue, et qui montre la collusion de l’islam et du national-socialisme. But commun, l’éradication de Juifs. C’était plus qu’une maladresse, c’était un délit, il ne faut pas montrer que l’islam est antisémite, car cette religion de tolérance peut être choquée par une telle affirmation. Il ne faut pas choquer l’islam.

Donc, verdict : coupable. Condamnation : six mois de prison ferme. Ça lui apprendra.

Maintenant, moi, j’ai du souci à me faire. Certes, je ne suis pas citoyen allemand, un juge allemand ne peut rien contre moi. Mais il suffirait que Nicolas Blancho le cafteur aille fouiller dans mes blogs pour qu’il découvre que moi aussi, j’ai publié une telle photo, c’était Himmler serrant une paluche fraternelle à ce même mufti et lui dédicaçant la photo. Hitler Himmler, c’est kif-kif (pour employer un mot d’origine arabe). Je serai alors traîné devant un juge et s’il est du type valaisan (comme celle qui vient, trop heureuse de se mettre un UDC sous la dent, de condamner Jean-Luc Addor) mon compte est bon.

Le cas échéant, j’ose espérer qu’un de mes commentateurs viendra m’apporter des oranges, vous connaissez l’adresse, Champ-Dollon. Il doit y avoir un bus.

 

Ma coda de ce jour sous forme de blague :
Mort aux juifs, et aux marchands de vélos !
Pourquoi aux marchands de vélos ?
Pourquoi aux juifs ?

12:14 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |