UN COMBIER MÉCRÉANT (27/10/2017)

C’est un de mes commentateurs, assidu et pertinent, Mario Jelmini. Il habite cette belle vallée de Joux, il est donc Combier. Et il vient d’écrire un livre dont on doit bien dire qu’il est l’œuvre d’un mécréant, mais pas un mécréant au sens musulman du terme, qui pourrait être juif, chrétien ou polythéiste. Si j’ai bien compris (mais il y a un risque), il envoie tout balader. Mais curieusement, il s’intéresse à un sujet de haute théologie, à savoir qui était le père de Jésus.

Cette recherche en paternité n’est pas une de mes priorités, je suis même un de ceux qui pensent que le Jésus des Évangiles n’a jamais existé en tant que tel et qu’il est plutôt un personnage conceptuel fait de bric et de broc avec pour modèle ces prédicateurs nombreux qui sévissaient à cette époque. Je suis frappé, en lisant les quatre Mousquetaires, qu’aucun d’eux ne donne un signalement physique de leur héros. Il est clair que Jésus ne ressemblait pas au blondasse fadasse de l’iconographie chrétienne ni au beau gosse à la barbe avantageuse auquel Hollywood veut nous faire croire. On ne saura donc jamais s’il portait la nuque dégagée, s’il avait les oreilles décollées et les dents saines.

Mais si Jésus disparaît de mon écran, Marie aussi, et avec elle tout le fatras qui s’y rapporte : culte d’hyperdulie, apparitions, guérisons et surtout l’Immaculée Conception, cette fable risible.

Jelmini ne fait pas disparaître Marie. Il veut savoir qui l’a mise en cloque. Pour mener son enquête, il ne part pas sans biscuit, il s’appuie ainsi sur des livres peu lus du grand public : le Pseudo-Mathieu, l’Évangile (non-canonique) de Thomas, le Protévangile de Jacques, des ouvrages dont on peut penser qu’ils ne figurent pas au catalogue de la bibliothèque municipale de Vallorbe, la ville la plus proche. Il procède à la façon d’un détective, examinant les divers suspects puis les éliminant autant que faire il peut. Cela ne va pas sans suspense et surtout pas sans un humour qu’on peut qualifier de blasphématoire, ni sans pointes acérées et réjouissantes contre le Vatican et ses dogmes déraisonnables.

On peut dès lors recommander aux mécréants de toutes dénominations cette enquête de l’inspecteur Jelmini dont le titre est :

L’énigme du père génétique
Éd. Ab’ovo (la bien nommée en l’occurrence).

Mario Jelmini
CH-1345 Le Lieu

10:34 | Lien permanent | Commentaires (57) | |  Facebook | | | |