ILS ONT ENCORE FRAPPÉ (24/01/2019)

C’est une nouvelle qui n’a pas fait la une des journaux mais qui n’en est pas moins intéressante :

Oyez : Une mission de véganolâtres est sur le point de partir pour la brousse africaine dans le but de convaincre les lions de passer au tout végétal et de renoncer désormais à tuer des gazelles pour assurer leur nourriture. Le chef de l’expédition ne cache pas les difficultés, de langue particulièrement, les lions ne parlant (rugissant plutôt) qu’un idiome sans grande richesse et un interprète n’a pas pu être trouvé.

Non, je déconne*. J’ai tout inventé. Mais il n’en reste pas moins que les végétaliens passent à l’offensive chaque fois qu’ils le peuvent. Ainsi cette demande faite dans un collège genevois qu’un des repas de la cantine soit végétalien. Cela soutenu par un groupe de professeurs acquis à la cause.

Qu’il faille assurer aux animaux une vie décente et une mort sans souffrance, nous sommes tous d’accord. Que soient punis, dans les abattoirs notamment, ceux qui martyrisent les bêtes destinées à notre subsistance, c’est notre instante exigence. Nous demandons par exemple qu’elles ne soient pas vivantes quand le couteau fatal entre en action. Même si ça doit faire hurler les juifs et les musulmans : atteinte à la liberté religieuse ! Un rite sadique n’a pas droit à cette liberté.

Mais la doctrine végétalienne prend des proportions imbéciles. L’empathie à l’égard des animaux doit avoir ses limites. Certains sont nuisibles et nous devons nous en défendre. Qui voudrait prendre un scorpion comme bête de compagnie. Et ne devons-nous pas nous protéger contre l’anophèle et la mouche tsétsé ? On a vu des humains dévorés par des crocodiles non-végétaliens. Il n’est pas question non plus de laisser proliférer des sangliers destructeurs de récoltes. Il faut se faire à l’idée que la création est l’œuvre d’un bricoleur génial (si on croit à ce truc d’un Créateur) mais qui n’a pas entièrement terminé le travail. Ou si on prend une autre légende, on se dit que Noé aurait bien pu laisser se noyer le couple de rats et celui non moins nuisible de monsieur et madame Morpion.

Les végans ne veulent pas admettre que cette création est cruelle et qu’il y a les mangeurs et les mangés. De sorte qu’ils ne voient pas que le système global ne fonctionne que si on tient compte de certaines données économiques. Certaines terres ne sont pas arables et ne conviennent qu’à l’élevage, donc à la production de lait, beurre et fromage, produits qu’ils refusent de manger.

En fait, le fanatisme végan ne tient pas debout, ils vont en outre en douce chez le pharmacien se fournir en gélules qui les prémunissent contre les carences en vitamines. Tout cela me paraît bien hypocrite. Ces messieurs-dames peuvent continuer leur régime nuisible, grande santé leur fasse, mais on leur demandera de ne pas venir faire de l’agit-prop dans le domaine public. La retenue est de mise.

 


* Ce mot a été employé par le président gaffeur Macron pour insulter les Français. Il devient donc autorisé par tous.

 


Adieu, veau, vache, cochon, couvée (à ce qu’ils disent).

00:11 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |