CIRCONFLEXE AKBAR (07/07/2021)

Ainsi des directeurs d’école romands ont décidé d’une simplification du français. Mais de quoi j’me mêle. La langue française est une statue solide qui évolue certes mais lentement et non par coups de boutoir. Comme le dit sagement Jean Romain, il y a une évolution de la langue, il ne faut pas une révolution. J’avais moi-même donné cet exemple : il fut un temps où on écrivait clefs (prononcé clé) puis on s’est mis à écrire clé et clef a disparu. Ce qui s’est fait en douceur, sans ordre venu d’en haut.

Lorsque des décisions concernant la langue sont prises par une autorité, fût-ce dans les meilleures intentions du monde, cela aboutit souvent à des résultats discutables. Ainsi, l’‘autorité’ allemande avait décidé que si SCHIFF se collait en nom composé à FAHRT, il fallait garder tous les ‘f’, ce qui donne SCHIFFFAHRT, ce qui est monstrueux, il ne saurait y avoir dans un mot trois lettres qui se suivent. Mais les Allemands sont sommés d’obéir, der Führer hat gesprochen.

Dans le cas qui nous occupe, quel est le motif de ces directives ? Il s’agirait de simplifier l’étude des élèves. On parle même de rendre l’accord du participe passé moins strict. Heureux écoliers (avec ce mot, vous l’aurez compris, j’inclus aussi les fillettes qui vont à l’école) à qui on va rendre la vie facile !

Sauf que la langue n’est pas un animal docile. Elle ne se laisse pas faire. Tenez, le circonflexe, on a bien été obligé d’admettre qu’il n’était pas question de le supprimer à la troisième sg de l’imparfait du subjonctif : qu’il vînt, qu’il suintât. Et que si on veut distinguer mûr de mur, il faudra bien mettre un circonflexe quelque part.

Et puis la langue, c’est aussi un paysage. Il y en a qui sont sans aspérités, l’anglais est un paysage sans accents, le polonais lui est hirsute, il a des points et des accents un peu partout, sur les lettres et aussi dessous, un vrai cactus !

Mais ces paysages, nous y tenons. Mon goûter, je demande qu’on me le serve avec un circonflexe. Mais pas d’oignons à cette heure de la journée. Notez qu’avec ce que j’ai dans mon porte-monnaie, je peux m’en payer. Les mots sont quelquefois comme le visage de votre bien-aimée, elle sort de chirurgie esthétique (elle s’était fait enlever circonflexe sur le nez) et vous ne la reconnaissez plus.

Ah, j’oubliais les épices saines, pardon les épicènes. Il ne faut faire aux dames nulle peine même légère. Lorsque vous dites ‘les instituteurs’, vous ne pensez qu’à des mâles, il faut donc dire ‘le corps enseignant’, ce qui inclut les dames. De même, lorsque vous dites ‘girafe’, vous pensez à des femelles. Il faut donc dire ‘la gent girafienne’. Ce qui inclut les mâles. J’ai bon là ?

Ma coda, c’est une expression épicène, déjà ! De La Fontaine :
Souris = la gent trotte-menu. Quelle trouvaille !

13:50 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |