O TEMPORA, O MORES (Cicéron) (21/07/2021)

C’est du latin. Je vais traduire :
O tempora : on vit une drôle d’époque.
O mores : la morale n’est plus ce qu’elle était.

Des agités pseudo universitaires américains (qui d’autre ?) sans doute munis d’opulents curriculum, mais des pauperes spiritu ont décidé motu proprio de supprimer le grec et le latin des programmes d’études. Et avec ces deux langues les littératures dont elles sont porteuses. On ne lira plus Horace, Virgile, ni Platon ou Homère (c’est qui ces mecs ?).

On ne peut qu’opposer un veto unguibus et rostro à cet ukase imbécile dont la motivation est claire, ils l’avouent d’ailleurs eux-mêmes : il s’agit de faciliter l’accès aux études aux classes défavorisées, lisez les Noirs américains, dont on pense que des langues mortes ils n’en ont rien à foutre. Les maintenir serait margaritas ante porcos. On ne saurait être plus méprisant.

Ces ignoramus suppriment donc des pans entiers de notre culture, de ce passé dont la connaissance nous permet de comprendre le présent et a fortiori envisager l’avenir. Cela fait partie de la grande offensive de destruction du système éducatif traditionnel visant à éliminer l’ignorance et rendre les étudiants intelligents dès le début, ab ovo donc. Ils ont compris que l’intelligence rend critique et ceux qui la pratiquent vont se mettre à penser ‘démocratie’ et se mettre à critiquer le système, ce qu’il faut éviter à tout prix. Floreat stultitia !

Vous aviez peut-être cher lecteur (dois-je ajouter lectrice ?) des a priori concernant l’étude du latin. J’espère vous avoir convaincu de son utilité.

Vale.


Addendum ou coda: après cet effort, je vais m’en jeter un, car nunc est bibendum.

12:32 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |