UN CRÉTIN SUÉDOIS (06/10/2021)

Faut pas croire que la Suède serait épargnée. Non, la crétinerie est un mal universel, peut-être que même en Suisse… Mais limitons le débat.

Ce crétin porte un nom suédois comme il est d’usage dans son pays. Son activité : il est pasteur de l’Église luthérienne de Suède, ce qui est une profession qu’on veut croire honorable. Son orientation sexuelle, il est homosexuel. Ce qui n’est pas interdit je crois en Suède. Un honorable citoyen.

En quoi est-il crétin ? Dans son cahier des charges de pasteur, il lui incombe entre autres de célébrer des mariages. C’est là que le bât blesse. Il aurait décidé de ne plus unir des couples hétéros. Tel quel. On va donc avoir cette scène probable : un jeune homme et une jeune femme se présentent pour le conjungo : nous aimerions nous marier religieusement. — C’est la porte à côté. — Ah bon.

Dans le doute, croyant à un bobard, j’ai employé le conditionnel, mais n’ayant pas entendu de démenti, je suis bien obligé de croire cela vrai. Notez que je ne suis qu’à moitié surpris. Depuis que les déviants sexuels manifestent dans la rue en se disant fiers, on peut s’attendre à tout. Je regardais récemment une interview où un monsieur bien mis et portant un collier de barbe se déclarait ni homme ni femme. Il était accompagné d’amis type chippendale qui opinaient. On en est là. L’intervieweur se demandait quelle attitude adopter devant cette incohérence. Peut-être appeler l’infirmier pour la piqûre quotidienne et le retour dans la chambre de la psychiatrie.

Je reste persuadé qu’on fait trop d’honneur à ces ladies and gentlemen en en parlant dans les journaux, en leur permettant de s’exprimer dans des débats, en les laissant se mettre en scène dans des défilés grotesques. On a vu un drapeau vaudois avec cette devise Liberté et Partouze. C’est une blague qu’on pouvait faire quand on était étudiant et rigoler un bon coup entre nous. Mais affichée par des adultes, elle ne fait plus rire.

Et puis qu’est ce que c’est que cette fierté ? T’as deux roubignoles et t’en es fier. Tu n’en a aucune, t’en es aussi fier. Tu es peut-être monorchide, autre motif de fierté. Vois-tu, je te trouve risible. Mais je te trouve aussi pernicieux. Avec ta sottise, tu as, toi et ta bande de ploucs et de plouquesses (n’oublions pas l’égalité hommes-femmes) mis à mal un système qui fonctionnait depuis des millénaires, celui du conjungo homme-femme. Pour le remplacer par un salmigondis de théories ineptes. Va, si notre crétin suédois avait pu faire le voyage, il aurait défilé avec vous. Qui se ressemble s’assemble.

Une question encore. Avant que votre mouvement se mette en branle, avez-vous à un moment ou un autre été brimé dans vos activités sexuelles dans la mesure où elles s’exerçaient en privé. La police a-t-elle fait irruption chez vous au mauvais moment ? Dans notre ville non islamique, avez-vous été menacé d’être jeté dans le vide depuis le balcon du cinquième ? Je serais joyeux de connaître la réponse.

Pour ma coda, rien de tel qu’une chanson paillarde pour la bonne humeur :
Cliquez sur Les trois orfèvres. Impossible d’en mettre les paroles ici. Mais vous les entendrez par le toujours malicieux Pierre Perret.

14:03 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |