PALSAMBLEU

Imprimer

Quand nous étions gamins, le mot nous plaisait bien. Nous avions lu tôt les Trois Mousquetaires où il apparaissait souvent. Ces messieurs l’employaient à la place d’une expression plus drue qui les auraient fait blasphémer.

De nos jours encore, il s’agit de ne pas blasphémer. Même le Conseil fédéral y veille. Il nous enjoint de ne pas dire du mal des religions, histoire, comme il est dit, de maintenir la paix et de ne pas provoquer les croyants qui pourraient se sentir offensés. Et un croyant offensé, surtout celui auquel je pense (et vous aussi !) est capable du pire.

Il faut cependant préciser ceci : le blasphème n’est possible qu’à l’intérieur d’une religion. Un musulman qui déclarerait qu’Allah est un moins que rien qui n’a même pas réussi à se trouver une épouse, un catholique qui proclamerait que Jésus était un petit criseux qui se fâchait pour un rien et était incapable de tendre l’autre joue, un juif qui se taperait une escalope aux morilles à la crème, ces trois messieurs seraient coupables de blasphème. Ils seraient punis selon les règles de leur religion, coups de fouet, lapidation, excommunication.

Et surtout l’enfer à perpète, pas de libération anticipée pour bonne conduite, en tous cas dans la version coranique.

En revanche, si moi, qui n’appartiens à aucun de ces monothéismes sulfureux, je profère ces mêmes choses affreuses, je ne saurais blasphémer, tout au plus peut-on me critiquer (et punir) pour avoir... critiqué ce qui est au-dessus de toute critique, la religion.

Or, la foi, la religion, c’est d’abord une opinion. Vous êtes de l’opinion que Dieu existe, je suis de l’opinion contraire. Vous êtes de l’opinion que Jésus est ressuscité, que le Coran a été dicté par Allah. Vous êtes de l’opinion qu’il faut séparer le laiteux du viandeux. Je n’en crois pas un mot. Je ne vous empêche pas de persister dans vos croyances invérifiables mais vous voudrez bien admettre que je les trouve fausses et que je le dise. Et même que je dise que votre prétention à l’hégémonie (c’est pas moi qui le dit, c’est le Coran) et qu’il serait souhaitable que le monde entier devienne musulman me fait peur.

C’est un peu facile de déclarer que la foi est sacrée et échappe ainsi à tout jugement. Alors pourquoi pas le communisme tel qu’il était pratiqué sous Staline, pourquoi pas le véganisme, pourquoi pas l’astrologie ? Quelle différence entre manger des légumes crus, s’abstenir de vin et de spiritueux, croire que selon votre date de naissance Jupiter va vous être défavorable dans la semaine qui vient, et servir du poisson le vendredi. Ce sont de pitoyables superstitions et le monde se porterait mieux si elles disparaissaient. Mais on serait là dans une sagesse généralisée et j’ai bien peur que ça ne sera pas pour demain.

 


Pourvu que je ne parle en mes écrits, ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs. (Beaumarchais, bien sûr).

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • Il y a aussi la nouvelle religion qui s’appelle "la pensée unique" qui peut vous faire bannir sans explication des blogs de la Tribune comme ça m'est arrivé ...

  • Le respect des religions et de leurs pratiques a été poussé trop loin dans toutes les conventions internationales et les lois de la plupart des Etats que nous considérons comme civilisées. Cela en dépit de l'usage qui en est fait, comme le montre le fait que quelqu'un qui assassine au nom d'une religion peut continuer, s'il est emprisonné, de se nourrir des textes qui la régissent.
    Cela est le cas dans nos prisons et cela a même été le cas pour les musulmans enfermés à Guantanamo.
    Puisque je suis sur le sujet, je m'étonne qu'aucun Etat victime d'attentats terroristes par ses propres ressortissants, comme c'est le cas très actuel des djihadistes que les Français envisagent (avec une réticence compréhensible, il est vrai) de "rapatrier", alors même qu'ils ont combattu leur patrie après en avoir brûle le passeport qui les assurait de sa protection, n'a envisagé la solution qui consisterait à négocier leurs transfert dans un des pays dont ils vantent les valeurs, quitte à leur payer passeport de ce pays sous forme de rançon déguisée.
    Une nouvelle vie chez les Talibans, un exemple parmi d'autres, leur permettrait peut-être une comparaison véritable, même si elle serait tardive et inopérante, entre de qu'ils ont gagné et ce qu'ils ont perdu.

  • Mère-Grand@ On apprend que le CF refuse de rapatrier les djihadistes suisses. On se réjouit du courage du CF et des futurs couinements des idiots utiles de la soumission à l'islam...

  • Mais comme c'est bien dit. Et qu'est-ce que ça fait du bien. Merci Monsieur Thomann.

  • Monsieur Thomann, je fais objection à votre affirmation.

    "Je ne vous empêche pas de persister dans vos croyances invérifiables"

    Nous ne sommes pas nombreux à avoir étudié le pourquoi des croyances et des religions. C'est un peu plus de dix années de recherches d'abord par la lecture, avant internet, ensuite par la compréhension de la vie de nos lointains ancêtres avant les Pharaons, être abonné pendant une bonne trentaine d'années à des revues scientifiques, regardé des dizaines de reportages, documentaires, émissions scientifiques, débats, le tout avec une belle expérience de la vie, la conclusion est sans appel: "Le dieu a été inventé avec les fables allant avec afin de dominer et organiser la vie sociale.

    Il a fallu du temps et un peu d'argent, afin de répondre à une question: "Pourquoi tant d'injustices et d'hypocrisie?"

    Beaucoup de scientifiques dont les égyptologues, les géologues, les écologues, les spécialistes de la flore et de la faune, les sciences humaines, en particuliers les experts en typologies, les astronomes, bref, beaucoup de monde sait que tout cela n'est qu'invention. Le détournement des divinités par les seigneurs et leurs prêtres, moines en une spiritualité sans fond ni fondement permet aux royautés et autres despotes de gouverner, dominer, en se servant de la croyance greffée aux gamins dès le plus jeune âge. Créer des appartenances à telle secte religieuse ou royauté, telle est la réalité.

    Les jaloux trouveront toujours à redire sur des parcours hors normes, c'est ainsi, la bêtise humaine n'a pas de religion ni frontière.

    Bon nombre de scientifiques fonctionnent avec des subventions, ils ne peuvent critiquer ou apporter des points de vues personnels sous peine de couper les robinets, ils font part de leurs découvertes

    La remise en cause des religions remet en cause les rois, princes, ducs, seigneurs de tous poils qui se gavent. En inculquant l'éducation religieuse aux gamins, il est très difficile de s'en séparer, la croyance c'est mettre le doute dans la tête du gamin qui au fil des ans va se consolider, un peu comme une drogue, un alcool etc.

    Tout peut se faire, se créer au nom d'un dieu même les pires choses comme les plus belles. L'islam a créé le pire sans que ça dédouane les autres sectes, juives, chrétiennes, bouddhistes etc.

    L'islam, comme le nazisme, le communisme, le socialisme sont des croyances ayant tué des centaines de millions d'être humains, ce n'est pas fini, les marchands d'armes ont encore de beaux jours devant eux.

    Palsambleu, quel sujet !

  • "Je ne vous empêche pas de persister dans vos croyances invérifiables"
    Je comprends évidemment la réaction de Pierre NOËL à cette phrase du texte d'André Thomann. Si malheureusement elle peut nous choquer, elle reste à mon avis valable dans une forme quelque peu modifiée: "Je ne peux pas vous empêcher de persister ..."
    Je suis malheureusement arrivé à la conclusion que les croyances, même les plus irrationnelles ou stupides, ne s'éteignent jamais, elle ne font que se modifier et d'apparaître sous de nouvelles formes.

  • "Les jaloux trouveront toujours à redire sur des parcours hors normes, c'est ainsi, la bêtise humaine n'a pas de religion ni frontière."
    Le parcours hors normes, c'est le vôtre, Pierre Noël ? Probablement...
    Mais vous avez raison sur un point : la bêtise humaine est sans limite...

  • Bravo et merci.
    Tout ce fatras de fables et de sottises ne mérite qu'un commentaire: "Foutredieu!"
    Et leurs colporteurs à la lanterne. Qu'ils voient la lumière.

Les commentaires sont fermés.