DRAME À L’ÉLYSÉE

Imprimer

J’apprends par le magazine Elle une nouvelle navrante : Brigitte Macron supporte mal d’être confinée à l’Élysée. C’est navrant mais aussi un peu indécent quand on sait qu’il y a par exemple des couples avec deux enfants confinés dans un trois pièces, qu’il y a des vieux dans un studio sans contacts véritables, qu’il y a des SDF qui n’ont même pas d’endroit où pouvoir être confinés. Et la première dame se plaint, fait la une d’un magazine, lequel en remet une couche en faisant un portrait flagorneur. B.M. est la générosité même, l’intelligence et le goût portés au plus haut point, bref une perfection qu’on ne trouve qu’une fois par siècle.

Pourtant, l’attitude de la dame est parfois inconséquente. Se promenant dans Paris en temps d’interdiction, elle s’étonnait et se scandalisait que des Français fissent de même. Quod licet Jovi non licet bovi. Ce petit culot n’est pas mentionné dans l’article d’Elle qui doit le considérer comme un détail sans importance.

La mémé de l’Élysée fait ensuite dans une interview le portrait de son mari, une seconde perfection. Les Français sont gâtés. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que ce mari président et ses prédécesseurs ont foutu en l’air le système hospitalier français : suppression de lits d’hôpitaux, limitations du nombre des soignants, ceux qui restent sont payés au lance-pierre, fabrication des remèdes dans des pays à bas salaires, d’où pénuries fréquentes. Et cela ne date pas du corona, depuis trente ans et plus, médecins et infirmiers/infirmières crient famine : il leur manque le matériel et le personnel pour faire correctement leur boulot. Les soliveaux qui se sont succédé au ministère de la santé n’ont rien fait pour leur donner satisfaction. Si gouverner, c’est prévoir, on peut dire qu’ils n’ont pas gouverné du tout, d’où la gabegie actuelle.

On peut aussi se demander si porter des tenues variées et ostentatoires, acquises chez les grands (et chers) couturiers n’a pas quelque chose de socialement inélégant quand le reste des Français sont priés, quelquefois à peine poliment, de se serrer la ceinture. En tout cas, on est loin de la discrétion de ‘tante Yvonne’.


Pour ma coda, une citation appropriée de Jean Cocteau :
L’invisibilité me semble être la condition de l’élégance. L’élégance cesse si on la remarque.


P.-S. Dame devenue Macron aurait pu être condamnée pour harcèlement sexuel sur mineur. Auquel cas, le confinement se passait à la Santé ou Fleury-Mérogis, lieux moins confortables que l’Élysée.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.