ILS ONT ENCORE FRAPPÉ

Imprimer

Il y avait déjà cet hurluberlu qui voulait supprimer le nom de René-Louis Piachaud donné à une de nos rues. Il ne précisait pas si le nom devait être remplacé par celui, c’est très mode, d’une héroïne féminine, disons rue Sylvie Vartan ou rue Marlène Dietrich. On reste dans l’expectative.

Il y a cet autre qui veut débaptiser la rue Jean-Violette, un écrivain genevois d’origine zuricoise. Peut-être pas un génie de première grandeur, mais enfin on a jugé bon de lui attribuer une rue et on devrait en rester là. Vous aurez remarqué que les débaptiseurs s’en prennent toujours aux noms propres. Pas aux noms communs. Pourtant ce n’est pas ça qui manque. Tenez par exemple les Cropettes. J’ai essayé de savoir ce qu’étaient des cropettes mais j’ai fait chou blanc, pardon chou noir dans la novlangue. Je me permets dès lors quelques hypothèses. Cropette, une fleur : dimanche avec les enfants nous irons du côté de Russin cueillir des cropettes. Un mets : pour midi, je vais faire des cropettes, mon mari les adore. Un traitement médical : pour le sauver, il a fallu lui faire une cropette. Une insulte : Machin ? Mais c’est une cropette finie.

Il n’en reste pas moins qu’il y a à Genève un parc des Cropettes qui ne nous dit pas grand-chose. Notre moine débroussailleur propose donc de flinguer Jean Violette et de le remplacer par Grisélidis Réal. Une femme donc, notre homme est dans le vent de l’histoire. Cela dit, je suis entièrement d’accord pour qu’on attribue un nom de lieu à cette femme remarquable, écrivaine également, et peintre et prostituée et qui tenait à ce que cette dernière activité figurât sur son curriculum. Une grande bonne femme qui méritait déjà largement d’être inhumée au Cimetière des Rois, la Patrie lui étant reconnaissante.

Alors oui, j’approuverais que le parc des Cropettes devînt Parc Grisélidis Réal et ça aurait de la gueule. Genève qui se veut à l’avant-garde selon les discours des politiciens ne devrait pas rater ça.


Ma coda est tirée du Nouveau Testament, donc irréprochable :
Que celui qui n’est jamais allé aux putes lui jette la première pierre.
(Jésus modifié Thomann)

Note : le français étant une langue peu précise, on ne sait pas si ‘lui’ est un m’sieu ou une dame. Dans le contexte, sans doute un m’sieu. Quoique...

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • A quand la rue Pierre NOËL? Défenseur de la Liberté.....Oh Eh, -1 bon......

  • "Dans le contexte, sans doute un m’sieu. Quoique..."

    Quoique? LOL

  • "celui" est masculin, sinon vous auriez employé le mot "celle"

    Les humains comprend les femmes, alors.......

    Le mot "pute" peut être employé au féminin et au masculin. En fait, le cerveau doit décoder et remettre les choses au bon endroit.

    Qui n'est jamais allé au putes? Bonne question, yésous y a répondu. Alors laissons les putes travailler, même les politiciens, les imams, les curés, les nonnes, les z'amis et les z'amies, les frangins, les cousines et les cousins, les parents, les belles-soeurs, beaux-pères, belles-mères etc.

  • Tous des p.... quoi ....? :)))))))

    Excellente idée Pierre NOËL.....seulement entre « aller aux p... » et l’insulte .... il y a une marge que je franchirai avec les politiciens actuels et ceux qui trompent leurs ouailles. :)

    Bien le bonjour de Genève :)

  • Une rue Pierre Noël? Tout à fait d'accord. Mais pas avant une rue André Thomann.

  • D'accord pour la rue, l'avenue, le boulevard ou la place André Thomann, mais pour le court texte explicatif sur la plaque vous préférez quoi:

    Avenue André Thomann
    Humaniste et libre penseur

    ou

    Avenue André Thomann
    Professeur d'anglais

    ou

    Avenue André Thomann
    Vétéran aux neurones chatouilleux

  • Une rue André Thomann? LOL Pas d'accord !

    Mais pour une Avenue André Thomann :)

  • À propos de votre coda: les Évangiles témoignent en effet de l’extrême tolérance (pour ne pas dire de la tendresse) manifestée par Jésus à l’égard des prostituées, des femmes adultères et autres pécheresses. Exemples:

    Une femme prise en flagrant délit d’adultère lui ayant un jour été amenée, “Jésus lui dit: je ne te condamne pas” (Jean 8:11).

    Un autre jour, il déclara à son auditoire, composé de prêtres et d’anciens du peuple: “Je vous le dis en vérité, (...) les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu” (Matthieu 21:31).

    En Luc 7:36-50, Jésus donne l’absolution à une “femme de mauvaise vie” (versets 37 in initio et 39 in fine) en ces termes: “tes péchés te sont pardonnés” (verset 48) et “va en paix” (verset 50).

    Ces belles paroles m'inspirent une hypothèse: se pourrait-il que cropettes soit un synonyme de roupettes, de roubignoles?

  • Cher Professeur Thomann,

    Voci la réponse à votre question. Après l'avoir lue vous ne devriez plus vouloir débaptiser ce parc:

    En 1858, Mme Odier-Baulacre petite-nièce de Léonard Baulacre, légua à la ville un jardin qui forma l'embryon du parc des Cropettes. En 1873, la ville acquit au moyen d'une somme prélevée sur le legs du duc de Brunswick, une propriété voisine appartenant à une famille Croppet, originaire des Dombes. Cette famille reçut la bourgeoisie en 1602. Le parc prit le nom donné depuis longtemps à cette région, les Cropettes.

  • @Pierre NOËL :)

    Je suis pour une Impasse - sans issue - Pierre NOËL... pour bloquer les islamistes :)))))))))))

  • Revenant d'un weekend, un peu fatigué, tous ces commentaires m'ont redonné la pêche ! Oui André Thomann complètement d'accord avec vous. Vous n'aurez peut-être pas la rue ou l'avenue, mais soyez certain que votre blog restera en mémoire.

    Patoucha, l'islam est une impasse! ma difficulté se situe dans ma culture ou, très jeune je sculptais mon nom sur l'écorce des arbres ou des pommiers ce qui rendait furieux mon vieux qui un jour m'a dit: "le nom des fous s'écrit partout!" La punition fut sévère..

    j'ai continué dans la forêt et quelques grottes. Marqué par ces propos et la punition, finalement je m'abstiens *L*

    Bonne suite à tous.

Les commentaires sont fermés.