ELLES ONT ENCORE FRAPPÉ

Imprimer

On se souvient peut-être qu’une bedoume californienne avait crié au scandale parce que la princesse de la Belle au bois dormant avait été réveillée de son long sommeil par le baiser d’un prince charmant qui passait justement par là. L’argument était que ce baiser n’avait pu avoir le consentement de la princesse endormie et que le prince se rendait coupable d’une violence sexuelle, pas moins.

Je ne sais pas s’il s’agit de la même personne mais il y a récidive. Toujours à propos d’un baiser. Cette fois la victime est Blanche-Neige. Dans le conte des frères Grimm, elle était dans un cercueil de verre qu’un prince charmant avait pu emporter et c’est pendant le transport qu’un incident de parcours fait recracher à la princesse un morceau de la pomme empoisonnée, lui rendant ainsi la vie.

Mais les studios Walt Disney ont imaginé une autre fin. La princesse est rendue à la vie par un baiser par ‘bien sûr’ un prince charmant. Horreur et damnation ! Notre furie crie à l’agression sexuelle envers personne empêchée de donner son consentement. Tel quel ! Si on comprend bien, il vaudrait mieux que Blanche-Neige restât morte plutôt que de subir la honte d’un baiser non consenti. Adieu princesse, on t’aimait bien.

J’ai vu la scène : il s’agit du plus chaste des baisers et la courte scène peut être vue par les moins de 18 ans. Encore une fois, la montagne accouche d’une souris, comme disait déjà le poète Horace (nascetur ridiculus mus). En faire une montagne est hélas bien dans l’air du temps.

D’une manière générale, le sexe est envahissant. Soit on vitupère les excès supposés, soit on le monte en épingle en organisant de répugnantes Gay Prides. Montrer qu’on a le droit d’exister, et de montrer ses muscles et son thorax. Beurk !

Et puis il y a ceux qui sont mécontents du sexe que la nature leur a donné et qui voudraient en changer. Ils encombrent les plateaux de télévision et les gazettes de leur problème et de leur self-made souffrance. Que de tels cas existent, je veux bien, mais je ne crois pas à leur fréquence ni au fait qu’une psychothérapie ne puisse venir à bout de ce problème. Or on ne voit plus qu’eux et leurs hypocrites parents. Y a saturation. Le plus marrant, c’est que des mâles se prétendant fillettes sont admis dans les clubs sportifs féminins. Alors qu’ils sont encore munis de leur service trois pièces. Ce qui peut alors se passer dans la salle des douches, je ne veux pas y penser.

Pour ma coda, j’ai choisi une pensée profonde chez le camarade Desproges :
L’amour, il y a ceux qui en parlent et ceux qui le font, à partir de quoi il me paraît urgent que je me taise.

Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • Et c'est "Caitlyn Jenner" ex "Bruce jenner" qui va interpréter le rôle de "Blanche Neige"?? Une "Blanche Neige" trans mais bi, ça doit pouvoir se faire non? Et là c'est une femme, "cendrillon" par exemple qui va venir lui baiser les lèvres! On pensait plutôt à "superwoman" mais pour la vraisemblance de l'histoire on a préféré cendrillon!

  • Honnies soient les Harpies!

  • Pour compléter votre pertinent commentaire, je verrais assez une mise en scène d'Othello avec la blonde Desdémone jouée par une Hottentote, tandis qu'il serait impensable qu'un Africain soit un assassin et donc le rôle serait alors tenu par un blanc.

  • ""Le plus marrant, c’est que des mâles se prétendant fillettes sont admis dans les clubs sportifs féminins.""

    Vivre idiot et mourir idiot, c'est bien triste alors que la vie est belles. Mais bon,

    Dans ce nouveau monde des femmes veulent ressembler et devenir des hommes, des hommes également. Il y en a de plus en plus en trottinette, écouteurs dans les esgourdes, bermuda et tatouages, etc.

    Les féministes ont oublié quelles sont avant tout féminin, elles adaptent l'habit à leur corps alors qu'il leur faudrait faire l'inverse, idem pour les anciens homos sapiens n'étant plus des mâles mais des trouducs en mutation.

    Ce nouveau monde efféminé des mâles et des hommes-femmes ne peut se reproduire c'est une lueur d'espoir, tout n'est pas foutu.

  • J'essaye d'imaginer le retour de Freud, il arriverait d'on ne sait où, dans le quartier du Marais un vendredi soir d'été caniculaire! Avec des terrasses bondées de Marcels-blancs/shorts jeans 501 déchirés, bronzés et iphonisés!!! Je vois le choc, une population sans mixité, lobotomisée et formatée! Pauvre Sigmund, arrivant sur le pont Marie il n'aurait d'autre choix que le suicide! A force de vouloir tuer le père, on fini tout seul!

  • Au moindre commentaire freudien, le malheureux prendrait illico une paire de claquettes - je veux dire "se verrait souffleter" - tout ça pour apprendre à Freud à s'taire !...

Les commentaires sont fermés.