ON ARRÊTE DE RIRE. C’EST UN ORDRE !

Imprimer

On a cette impression que le rire, ce bon rire qui est le propre de l’homme, est en train de disparaître sous les coups de boutoir d’un pouvoir malfaisant qui y voit un adversaire de son idéologie totalitaire. Car ne nous y trompons pas, nous allons vers une dictature généralisée dont même la Suisse pourtant viscéralement démocratique doit craindre les effets.

Cette mise à l’index du rire n’est certes pas nouvelle. Les religions sont les premières à s’opposer à toute hilarité. Dans aucun des évangiles canoniques (les autres je ne les connais pas) on peut lire cette phase, en entendant cela, Jésus éclata de rire. Jésus ne riait pas, ne souriait même pas. Les chrétiens imitent Jésus au moins sur ce point. Sauf peut-être un moine hilare sur le couvercle d’une boîte de camembert.

La religion qui rit encore moins, c’est bien l’islam. On y tue pour une caricature qui devait pourtant faire rire si on y était disposé. « Vous avez offensé un milliard de musulmans (cinq cent mille selon la police) vous devez mourir ». On est loin d’une religion de tolérance comme veulent nous le faire croire les sieurs Gemperli, Blancho et les Ramadan brothers. Sont tous pour la dictature du musultariat.

Deux faits récents me font craindre le pire. Il y a d’abord cette décision du New York Times de ne plus publier de caricatures politiques. Il en avait publié une qui montrait Trump, avec sur la tête une kippa, tenant en laisse Netanyahou. Alors, fâchés les lecteurs, ils ont crié très fort à l’antisémitisme et le journal, la tête basse, s’est excusé.
Ben fallait pas. Déjà parce que ce dessein n’est antisémite que si on le veut bien. Et ce n’est pas casser du Juif que de dire qu’un président américain a barre sur le Premier israélien. C’est peut-être l’opinion d’un chroniqueur de ce journal, pourquoi ne serait-ce pas celle d’un dessinateur ? Et qu’un journal de la carrure du N.Y.T. décide sous la menace de supprimer les dessins politiques, quelle veulerie ! Quelle atteinte à son propre honneur ! Sont pas capables d’envoyer les critiques se faire voir ?

Un deuxième exemple (je dis bien deuxième et pas second car il y en aura certes d’autres) de la campagne des antirires (donc des prorides), c’est celui dont est victime le dessinateur Xavier Gorce. Cet excellent artiste dessine des petits pingouins et leur fait dire des choses abominables et drôles. Dans un de ses derniers dessins, il lui fait dire ceci : Si j’ai été abusée par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgène devenu ma mère, est-ce un inceste ? C’est féroce et j’ai ri de mon meilleur rire. Car ce à quoi on reconnaît les grands caricaturistes, c’est justement leur trait incisif, celui qui porte l’attaque bienvenue contre les ploucs de toute nature. Gorce remet à leur place de la belle manière ces indigents au sexe hésitant qui envahissent les médias en se glorifiant ou en pleurnichant. On ne les a que trop vus.

Mais c’était sans compter avec la rédaction du Monde. Qui a déclaré regretter la publication de ce dessin qui selon lui se moquait de toutes les victimes d’inceste. Alors que le trait du dessinateur allait of course fustiger les fauteurs d’inceste, ces farfelus qui veulent donner de nouvelles bases à l’activité sexuelle qui avait pourtant bien fonctionné jusqu’à maintenant.

Cette manie qu’ont désormais les médias de se culpabiliser et de s’excuser au moindre soupçon d’avoir pu choquer une minorité braillarde qui décroche son téléphone pour la moindre offense ne me dit rien de bon. C’est aussi la fin du haussement d’épaules pourtant si nécessaire quelquefois.

Pour ma coda, une citation de Raymond Devos, un connaisseur.
Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter.

Lien permanent 21 commentaires

Commentaires

  • Oh mais on rit encore dans notre pays ! Par exemple, par hasard, je suis tombé sur un sketch de Lambiel l'imitateur, qui faisait rire les foules en prétendant que si Mike Horn accomplissait ses exploits, c'est parce qu'il avait une toute petite bite...
    Soyons franc, une telle nullité ne m'étonne pas de la part de Lambiel. Mais ce qui fait mal, c'est que les rieurs sont de son côté. Avant de parler du rire, il faudrait parler du genre d'humour... Et là, cela fait plutôt mal.

  • Effectivement: s'agissant du rire, la tendance est nettement à la répression. La France vient déjà d'interdire le fou rire à bas de protoxyde d’azote. Bientôt ce seront toutes les formes de fou rire, quelles qu'elles soient, qui seront seront formellement prohibées. Puis ce sera au tour de toutes les formes de rire, quelles qu'elles soient. Puis au tour du sourire. Déjà qu'il est interdit aux hommes de sourire aux femmes puisque cela est constitutif de harcèlement sexuel. :-(
    La morale de l'histoire: il est fortement recommandé de faire la gueule...

  • Désolé de vous contredire, 1) vous n'avez pas tout dit : ce dessin représentait Benyamin Netanyahou en chien d’aveugle, tenu en laisse par un Donald Trump aveugle et portant une kippa. 2) Le fait d'affubler Trump d'une kippa, la calotte des juifs pratiquants, est une volonté de mettre tous les juifs dans le même sac. L'antisémitisme, et le racisme, se distinguent comme je vous l'ai déjà dit, par l'étiquetage collectif. Il aurait très bien pu mettre simplement en scène Trump aveugle tenant en laisse Netayahu en chien d'aveugle, et on aurait ri de bon cœur. De lui avoir mis une kippa, le dessinateur forçait ainsi le trait sur les juifs, en général, ce qui est antisémite.

  • Frenkel@ On a tous vu Trump au mur des lamentations avec une kippa sur la tête...

  • Cher Géo,
    M. Frenkel a raison quand il essaye de vous faire comprendre, de manière allégorique, qu'il est aussi malséant de pisser contre le mur des lamentations que contre la façade d'une église.

  • @Géo : C'était par respect, pour un lieu juif. Si vous rentrez dans une église, vous vous fiez également aux us et coutumes de celle-ci.

  • A tous ceux qui veulent se défendre et luttter contre la diabolisation que subissent tous ceux qui osent encore rire de tout et ne pas penser selon la pensée unique mondialiste que les médias veulent nous imposer, je recommande de commander cet excellent ouvrage sur le sujet (Prix: 7 Euros et seulement 0.56 Euros de port pour la Suisse)

    https://boutique.institut-iliade.com/product/manuel-de-lutte-contre-la-diabolisation/

    Manuel de lutte contre la diabolisation:

    La diabolisation est une technique de manipulation des esprits. Elle vise à interdire la description des faits ou l’expression de certaines idées en disqualifiant celui qui les rapporte, en l’accusant de « racisme », d’« homophobie », de « populisme », d’« extrémisme », de « dérapage » ou de « provocation ». La diabolisation est l’arme majeure du terrorisme intellectuel. De la domination culturelle par les « progressistes ». Et de l’abaissement de l’Europe et des Européens par la culpabilité et la repentance. Ce livre vise à donner aux diabolisés la force et les moyens de relever la tête.

  • ++Ce livre vise à donner aux diabolisés la force et les moyens de relever la tête. ++

    Particulièrement salutaire contre le matraquage incessant de Frenkel.

  • Vous n'êtes pas charitable, Monsieur Chaudet.
    Alors que Monsieur Thomann nous explique en long et en large qu'il faut arrêter de rire (en précisant bien: “C'est un ordre !”), voilà que je n'ai pas pu me retenir d'éclater de rire à la lecture de votre commentaire.

  • Norbert Chaudet : 1) dabord par politesse on dit Monsieur Frenkel 2) Et le matraquage des médias concernant la diabolisation d'Israël, je ne fais que mettre modestement le point sur les i

  • En islam on ne ri pas, mahomet avait le rire au bout du sabre. Le coran ne peut faire rire c'est l'enfer dans son application au travers des croyances zinzins.

    Avez-vous déjà vu un boa ou un anacondas rire? Une adepte de ce concept qui ri, enchiffonnées dans ses tissus islamiques, dépend de l'asile psychiatrique. Aucune ne ri, elles regardent droit devant tel un robot programmé sans âme qui vive.

  • Frenkel@ Vous signez Frenkel, et donc on répond ä Frenkel. Vous ne me répondez pas "monsieur Géo", que je sache...

  • Géo, s'il te plaît: FRENKEL avec des MAJUSCULES.
    Un peut de respect, tout de même !

  • Je me demande combien de temps il faudra à l'homme-qu'on-ne-nomme-pas-mais-que-l'on-doit-appeler-monsieur pour se précipiter sur son blog et faire un article consacré à la déférence qui semble lui être due, et ce à l'attention de Géo?

  • On va dire que les petites piques contre qui-vous -savez vont s'arrêter là, même si ce monsieur les a cherchées. Mais point trop n'en faut. Les commentaires sur ce que j'ai écrit restent les bienvenus.
    Le bonjour chez vous.
    Thomann

  • "Les commentaires sur ce que j'ai écrit restent les bienvenus. "

    Je déplore cette limite. Un billet inspire toutes sortes de pensées et je considère les blogs comme des lieux de discussions qui permettent des digressions.
    Et comment être sûr d'être dans le sujet si nous avons compris autre chose. Un seul mot peut nous motiver pour réagir.
    Je n'ai jamais compris ces blogueurs qui tiennent tant à ce qu'on reste dans le sujet. Et ça me rappelle cette citation que j'aime à relever de Richard Bach dans son " Messie récalcitrant" : On enseigne le mieux ce qu'on a le plus besoin d'apprendre.
    Et j'observe avec soulagement que la fermeture de mes trois blogs ne me pose pas de problème sérieux. Je dirais même que Tamedia m'a rendu service en ce sens qu'elle m'a permis de vérifier l'adage et d'observer la vanité qui consiste à penser que notre opinion sur quelque sujet que ce soit ait la moindre importance pour qui que ce soit, à part soi.

  • @ Monsieur Thomann

    Vous avez écrit:
    “Les commentaires sur ce que j'ai écrit restent les bienvenus.”

    Votre billet est consacré au rire et aux empêcheurs de tourner en rond qui voudraient nous empêcher de rire.

    Écrivons donc au sujet du rire et de ce que vous avez écrit.

    Dans la première phrase de votre billet, on peut lire "que le rire, ce bon rire qui est le propre de l’homme, est en train de disparaître sous les coups de boutoir d’un pouvoir malfaisant qui y voit un adversaire de son idéologie totalitaire. Car ne nous y trompons pas, nous allons vers une dictature généralisée dont même la Suisse pourtant viscéralement démocratique doit craindre les effets.”

    Et voilà maintenant que vous vous inclinez et demandez à vos lecteurs de s'incliner devant ce pouvoir malfaisant qui voit dans le rire un adversaire de son idéologie totalitaire. Et que vous vous aplatissez et demandez à vos lecteurs de s'aplatir devant cette dictature dont même la Suisse doit craindre les effets.

    À quoi, à qui est dû ce revirement? À l'intervention de quelque idéologue totalitaire au service d'un pouvoir malfaisant?

    Dans tous les cas, le sieur Frenkel fête ici une jolie victoire.

  • Mr Thomann, bonjour,

    Je me pose la question à savoir si votre décision fait suite à un commentaire de ma part qui d'ailleurs n'a pas été publié. Je reconnais l'acidité de certains de ceux-ci. Néanmoins, vous gardez la possibilité de publier ou non. Je respecte votre décision, auquel cas soit je ne poste plus de commentaires chez vous, soit je me modère. Quelque soit votre choix, il sera respecté. ca fait dix ans que je commente sur les blogs pour alerter de la nocivité de l'islam ou des islams. Je peux prendre ma retraite des blogs, j'ai beaucoup donné. Merci pour ce qui a été publié, bien à vous et bonne suite.

  • Faut que je m'explique derechef: J'ai pris cette décision parce que je voyais arriver un flot de moqueries sur ce monsieur qui aurait fini par mettre le feu partout. J'en ai publié trois en j'ai estimé que ça suffisait. Ne m'accusez pas de censure, Pierre Noël, j'ai souvent publié vos propres commentaires qui étaient pertinents et je vais continuer à la faire si vous m'en envoyer.
    Bien à vous
    Thomann

  • Je vous remercie de cette précision. Loin de moi de vous accuser de censure, bien au contraire puisque vous participez efficacement dans certains de vos sujets, à pointer l'idiotie humaine dans bien des domaines.

    Quoiqu'il en soit je vais m'efforcer à respecter la règle des blogs. Bonne soirée.

  • « je voyais arriver un flot de moqueries sur ...... qui aurait fini par mettre le feu partout. »

    Et c'est bien explicité dans l'intitulé du billet: «On arrête de rire. C'est un ordre»

    Ben... c'est très clair, on ne peut pas rire de tout. CQFD

Les commentaires sont fermés.