NOUVELLES DE FRANCE

Imprimer

La France étant notre voisine immédiate, on ne peut que s’intéresser à ce qui s’y passe en souhaitant que cela n’arrive pas chez nous. Et puis, je l’ai je crois déjà dit, quand on aime le fromage et la littérature, on ne peut qu’aimer la France. Dans sa production, elle a créé des chefs-d’œuvre, le roquefort et le camembert d’une part, Molière et Proust d’autre part, pour n’en citer que deux parmi des centaines.

Mais la France sait aussi se montrer rigolote, incohérente, absurde ou inquiétante. N’est-il pas un peu drôle, voire inquiétant de voir la France entière, politiciens comme petit peuple rendre hommage à Bernard Tapie qui vient de mourir et dont on parle encore dix jours après, un personnage un peu tricheur, un peu escroc qui a fait du clou, mais qui avait pour lui d’être un peu acteur (il est même monté sur les planches), surtout il était grande gueule et les Français l’ont adoré. On a eu droit aux obsèques parisiennes et à l’inhumation marseillaise avec les flonflons qui vont avec.

N’est-il pas absurde, lorsque vous pensez rentrer chez vous, de trouver votre logement occupé par des violeurs de domicile qui vous narguent et que vous n’avez pas le droit de déloger, ni vous ni la police. Le gouvernement, très actif oralement n’a pas mis fin à cette absurdité et n’a pas rétabli la notion de violation de domicile.

On a d’ailleurs l’impression que la France, pays procédurier s’il en fut, a des problèmes avec ses lois. Elles sont souvent inapplicables ou le sont à la tête du client, avec lenteur d’ailleurs, les tribunaux étant encombrés de plaintes. Pour un rien, les Français ont recours à la justice : dans son journal, il m’a traité de fasciste, je porte plainte et je veux réparation. Racine s’était déjà moqué de cette tendance dans les Plaideurs.

Mais qu’à cela ne tienne. Le président Macron, toujours adepte de noms ronflants, va convoquer les États Généraux de la Justice. On va voir ce qu’on va voir. Surtout on va entendre des parlotes à n’en plus finir qui vont déboucher sur rien. Mais c’est qu’il y a maintenant la course à la présidence, il faut montrer qu’on agit.

Ladite course s’accompagne de déclarations de haute démagogie des candidats. C’est d’une simplicité rustique. Mémère Hidalgo va déclarant que si elle est élue, elle doublera le traitement des enseignants et diminuera les taxes sur les carburants. Si après ça, les profs et les automobilistes ne votent pas pour elle, c’est à désespérer de la démocratie. Mais les promesses rendent les fous joyeux comme chacun sait.

Ha, j’oubliais : en France, on assassine les profs de lycée.

Il y a aussi, on désespère, cette injonction aux médecins de ne pas soigner les non-vaccinés. Attendez, il y a un truc qui s’appelle Serment d’Hippocrate et qui oblige un médecin à soigner tout patient, quelle que soit son identité. Ainsi, un médecin américain démocrate aurait pu être mis en demeure, le cas échéant, de soigner Trump jusqu’à guérison sans faire d’histoires. En faisant fi de ce Serment, le gouvernement Macron se place au-dessus des lois admises et cela s’appelle une dictature. On avait déjà un peu cette impression.

D’où ma coda qui est le slogan nazi légèrement modifié :
Ein Volk, ein Reich, ein Macron.

Lien permanent 8 commentaires

Commentaires

  • « Ha, j’oubliais : en France, on assassine les profs de lycée »

    Et où la direction de l'Education nationale par les voix de ses petits chefs de lycées, blâment les profs qui ne sont pas en dévotion face aux turpitudes des élèves issus de la «Chance pour la France».

  • Ce n'est pas un pays, mais une comédie de boulevard jouée sur une scène géante. Le texte de la pièce étant constamment réécrit par les médias.

  • « Il y a aussi, on désespère, cette injonction aux médecins de ne pas soigner les non-vaccinés », écrivez-vous.
    Stop aux fausses allégations ! https://actu.fr/grand-est/colmar_68066/covid-19-colmar-non-ce-medecin-ne-refuse-pas-les-patients-non-vaccines_44122931.html Par ailleurs, pas de pass sanitaire pour les urgences Le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, actuellement étudié à l'Assemblée nationale, stipule que sont concernés par le pass sanitaire "sauf en cas d’urgence, les services et établissements de santé, sociaux et médico‑sociaux, pour les seules personnes accompagnant ou rendant visite aux personnes accueillies dans ces services et établissements ainsi que celles qui y sont accueillies pour des soins programmés".
    Ainsi, les Français qui se rendraient dans un établissement de santé pour une urgence médicale à partir du 1er août ne se verraient pas demander leur pass sanitaire, qu'ils soient vaccinés ou non, récemment testés contre le Covid-19 ou pas. Alors, de grâce. n'induisez pas les lecteurs en erreur. BONNE SOIREE OU BONNE JOURNEE

  • Un médecin peut avoir de bonnes raisons de ne pas se faire vacciner. Mais la loi (et l'Ordre des Médecins aussi) l'y oblige. Son refus entraîne l'interdiction de pratiquer. Je n'ai donc induit personne en erreur. Votre médecin de Colmar était vacciné, votre exemple n'a donc rien à voir avec ce que j'ai écrit. Je persiste: la loi n'a pas à se mêler de la déontologie médicale.

  • N'empêche que la comédie de boulevard se trouve bien perturbée par Zemmour...

  • En France comme en Suisse, un médecin non vacciné qui transmettrait le virus à ses patients serait un parfait voyou. Que ce soit le covid ou une autre saloperie dont on peut se prémunir facilement avec un vaccin. C’est même pénal car il y a mise en danger de la vie d’autrui de la part d’un professionnel de santé, dont on peut attendre qu’il ne soit pas un vecteur de transmission. Je me mets à la place d’un individu, disons de 92 ans, qui va consulter son dentiste pour une rage de dent et qui finit aux urgences deux semaines plus tard pour covid. Tout ça au nom de la liberté individuelle de ce dentiste? Il y a des moments où quand j’entends le mot « liberté » j’ai envie de sortir mon revolver...

  • Quant aux personnes non vaccinées qui refusent le vaccin en arguant de leur libre choix, je les respecte (du bout des doigts) tant qu’elles restent enfermées chez elles comme des rats. Elles sortent, elles sont en contact avec des personnes de tous âges: elles sont alors des irrresponsables.

    Quant aux non vaccinés qui contractent le virus et qui saturent les hôpitaux, en effet le serment d’Hippocrate oblige le corps médical à les soigner, mais on peut se demander si on ne marche pas sur la tête.

  • Pour l’ami Thomann: c’est bien la loi qui encadre toute la pratique de la médecine, au-dessus de la déontologie médicale, serment d’Hippocrate nonobstant. Exemples parmi des centaines: l’interruption de grossesse, l’euthanasie active (nous avons en Suisse un système très libéral par rapport à la France), les règles de fin de vie en milieu hospitalier, et aujourd’hui les dispositions légales anti-covid qui, si elles n’existaient pas, n’auraient pas permis une chute phénoménale des infections et une réouverture des soins intensifs à d’autres urgences que seulement les covidés.

Les commentaires sont fermés.