LA SEPTIÈME

Imprimer

Quand on dit comme ça en nombres ordinaux jusqu’à neuf et précédé de l’article défini au féminin, on pense immédiatement aux symphonies de Beethoven, la Troisième, l’héroïque, la Sixième, la pastorale, le Neuvième, celle avec chœur. Cela est inscrit dans notre culture occidentale.

Mais je ne vais pas vous parler de Ludwig van mais de Zemmour. Décidément, il n’en fait pas une de bonne. N’a-t-il pas osé mettre lors d’une de ses harangues un mouvement de la septième de Beethoven ? Par chance un musicologue qui passait par là lui a volé dans les plumes. C’était en substance le grand Beethoven, le républicain droit dans ses bottes, qui déchira sa dédicace à Napoléon de sa Troisième quand il apprit qu’il s’était couronné empereur, contre le petit Zemmour, celui qui veut être calife à la place du calife.

Comme on le voit, le plus petit prétexte est bon pour critiquer E.Z. On l’avait déjà vu être attaqué pour des brusqueries de nature sexuelle. Une demoiselle s’était plainte d’un baiser, une autre d’une main sur son genou et qui serait remontée, mais ces effarouchées n’avaient pas de témoins valables et étaient retournées dans leur anonymat mérité. Un flop.

Ces attaques commencent à bien faire. Elles ont une cause principale. Il s’agit pour le pouvoir et surtout pour le Président de rempiler coûte que coûte et Zemmour met ce pouvoir en danger. Il ne fait certes pas l’unanimité mais beaucoup de Français sont d’avis qu’il serait une alternative valable à ce chef de l’État qu’ils pensent avoir assez vu. Les discours mensongers de Macron ne trompent que ceux qui veulent bien l’être. Dire que la France va mieux depuis son quinquennat fait rire jaune des Français qui voient leur pouvoir d’achat se rétrécir, qui pensent que sortir dans la rue peut être dangereux, qui s’inquiètent du montant exorbitant de la dette publique, qui ont mille sujets de colère pour le moment rentrée. Il y a chez Macron cette auto-satisfaction : ‘regardez ce que j’ai déjà fait, n’est ce pas merveilleux ?’ La France va à vau-l’eau et il semble ne pas s’en apercevoir. Au lieu de cela, il court les capitales pour se faire élire empereur de l’Europe à l’instar de Charlemagne.

Le résultat de tout ça, c’est que la démocratie en prend un méchant coup. Pour accéder à la Présidence, le candidat doit avoir l’aval de cinq cents maires de communes françaises. Sur les trente mille communes, cela ne devrait pas être difficile, il y a certainement des maires convaincus par les qualités d’un candidat, mais il se trouve que des maires sont l’objet de menaces s’ils se déclarent pro-Zemmour. Même des menaces de mort. Quant à Hidalgo, du haut de ses 2 % d’intentions de votes, elle déclare que ceux qui n’obtiennent pas les signatures ne les méritent pas. On ne saurait être plus vacharde.

Ces attaques contre Zemmour, dont on ose à peine supposer l’origine sont la négation même de la démocratie (de la quoi ?). C’est pourtant simple : un quidam ambitionne d’être élu, il se présente comme candidat et le peuple décide ou non de l’élire. Auparavant, il devra présenter un programme, convaincre ce peuple et faire face aux critiques. Dans un système bien huilé, ça marche comme sur des roulettes. Mais voilà, le système français n’est plus ce qu’il était du temps, disons, de Coty. Bon, on verra ce qu’on verra ce printemps.

En attendant, je dédie ma coda à Macron, qu’il mettra sans doute dans sa poche avec son mouchoir dessus. Je cite Pascal :

Le moi est haïssable.

Lien permanent 21 commentaires

Commentaires

  • Peu de choses comparables entre un René Coty élu par le congrès et un président de la 5e république élu par le peuple. Et surtout, les Trente Glorieuses, c’était le bon temps et on en est très loin!

    Le grand problème français reste la bipolarité politique, sanctuarisée par la constitution de 1959, héritage du général qui fut le seul à rester un homme en 1940 face aux barbares.

    Avec cet héritage gaulliste et celui de la monarchie et de l’empire, les Français sont restés coincés dans leur passé de grandeur perdue.

    La France, contrairement à l’Allemagne ou à la Suisse, ne peut pas avoir ni même imaginer un gouvernement de coalition. Aux Français il faut des rois et une cour, ni Giscard, ni Mitteux, ni Sarko, ni Macron n’y échappent. Excepté Hollande, mais là on était déjà dans le cancer avancé de la gauche qui va mourir probablement en mai 2022.

    Conclusion: même si un Zemmour ou une Marine étaient élus, le cirque continuerait, la guerre civile larvée ne pouvant être résolue, vu l’état de décomposition du pays. Avec Mélenchon ce serait carrément le roi Ubu. Et tous les autres candidats sont des clowns aux egos démesurés, qu’on songe à Hidalgo, faut se pincer pour y croire quand on l’écoute.

    Les Français finalement restent coincés entre un passé vichyste qui les a traumatisés et dont Zemmour vante les mérites, et un de Gaulle qui les a sauvés de l’abjection, et dont toute la droite se réclame.

  • Christian Macherel@ On ne peut que se faire l'avocat du diable en lisant votre commentaire trop partisan. Soyons clair, j'admire de Gaulle, en tout cas celui de 1940, pas le De Gaulle de la décolonisation de l'Algérie...
    La France du Front populaire, vu de la droite, ce n'était pas le paradis. Dans ces années, on n'était pas loin de la révolution bolchévique, qui représentait l'ennemi principal de l'Occident. Henri Guillemin disait clairement que ce n'était pas un hasard complet que les soldats français recevaient des munitions qui ne correspondaient pas au calibre de leurs fusils. Les Français sont nullissimes en logistique, mais il est probable qu'il y avait une arrière-pensée derrière ce petit laïus...
    Le maréchal aurait déclaré que la France était "libérée" par l'arrivée des Allemands...L'amnistie qu'il a proposé a épargné pas mal de vies humaines, même si il ne s'agit que de soldats, les êtres les plus méprisés de la société actuelle, très à gauche...De nombreux Français se sont arrangé de la situation. Sartre a bien écrit qu'on ne s'était jamais autant amusé que pendant l'Occupation.
    Je pense que c'est un peu le message que Z. essayait de faire passer dans ses livres. Un peu de réalisme politique...

  • J’espère que le 24 avril 2022 au soir, l’on ne dédiera pas à Zemmour la sonate « Pathétique » lorsqu’il regagnera ses pénates, après avoir été « Héroïque ».

  • La mauvaise foi est le premier parti politique français. La démocratie demande un minimum d'honnêteté intellectuelle dont les tenants du pouvoir manquent cruellement chez nos voisins. Zemmour a le tord de leur mettre leur nez dans leur caca et ça ils ne le supporte pas. De quoi seront-ils capables pour le faire disparaître de la scène politique?

  • "N’a-t-il pas osé mettre lors d’une de ses harangues un mouvement de la septième de Beethoven ?"

    Il est inculte ou quoi`? La neuvième sert d'hymne à l'ue! Et Beethoven détestait Naboléon que Z admire au plus haut point. Cherchez l'erreur.

    Z me fait l'effet d'un clown, je ne vais pas dire baudruche, mais il y a de ça. A la fin. Tout le monde semble oublier que Z ou LP n'ont aucune chance, et qu'ils en auraient eu, il joueraient le rôle de président potiche, parce que jamais ils ne pourraient obtenir une majorité à l'assemblée nationale, et c'est là que réside le pouvoir quand ce ne sont pas des godillots qui sont élus. Je n'ai jamais compris comment le psychopathe a pu obtenir se majorité. Sans doute parce que le peuple français n'a aucune pratique de la démocratie. Ce qui se traduit pas le vote majoritaire et non pas proportionnel.

    Bref Z est divertissant. Et il obtiendra ses signatures. Pécresse y veillera. Ou Larcher.

  • En réponse à Géo, disons déjà qu’il ne faut pas confondre amnistie avec armistice.

    Ensuite, je serais partisan de quoi? De rien, je ne suis pas français et j’essaie juste de comprendre notre pays voisin.

    En revanche, je note chez Géo une certaine admiration pour le maréchal et Vichy, pour les militaires, et certainement pour l’OAS aussi. Exactement comme le vieux le Pen. Du coup c’est à se demander pourquoi Géo nous dit qu’il admire Charles de Gaulle...

    Quant à la belle période de l’Occupation et de Sartre/Beauvoir, on sait maintenant, car les masques sont tombés grâce aux historiens, que ce voyou de Sartre a copieusement léché les bottes de Heller et de la Propagandastaffel, et que Beauvoir s’envoyait de beaux officiers, qui n’étaient cependant pas français.

    Enfin je signale à Géo que Sartre n’a pas dit qu’on s’était bien « amusé » pendant l’Occupation, mais « qu’on n’avait jamais été aussi libres ». Il écrit ça dans « Situations: lendemains de guerre » en 1949. Ce qui est d’une abjection absolue et le rapproche définitivement du nazi Heidegger.

  • "En revanche, je note chez Géo une certaine admiration pour le maréchal et Vichy, pour les militaires, et certainement pour l’OAS aussi. "

    Oh! Le joli sophisme! J'en redemande!

  • 3000 milliards de dettes, voilà le bilan des énarques et autres incompétents depuis Giscard et une islamisation devenue le cancer de l'Europe et la Suisse. L'élection présidentielle ne changera rien. Zemmour aura apporté une autre vision de la France, (et de l'histoire sans être pétainiste) une autre politique qui restera dans ses cartons.

    Macron a persévéré dans la destruction du pays pour le bonheur des clans des mafias et des autres europathes voulant détruire les Etats au profit de grandes régions.

    Ca sent les révoltes et ce, quel que soit le résultat.

  • J’aimerais bien comprendre Daniel: un sophisme est un procédé rhétorique basé sur un raisonnement fallacieux. Je n’en vois pas dans mon texte. Ou alors faut m’expliquer.

  • En effet, c’est assez drôle que Le Z, qui vénère Lamponéon Pellatarte, ait choisi la musique de Beethoven l’Européen, qui exécrait l’Empereur couronné.

    Encore faudrait-il savoir quel mouvement de la 7e il avait choisi. Si c’est le deuxième, le fameux allegretto, c’est une marche utilisée pour les enterrements... on espère que c’est pas prémonitoire.

    Le pauvre Z, moi qui ai lu deux de ses bouquins, je peux attester que depuis qu’il a commencé sa campagne, il modifie beaucoup certaines des thèses de ses livres, quitte même à se contredire. Histoire de se mettre le max d’électeurs dans sa poche, dont les femmes, sur lesquelles c’est vrai il a écrit des trucs néandertaliens.

    Cela dit, je ne pense pas que la démocratie soit devenue un leurre en France. Au contraire, elle montre ses côtés absurdes: bientôt 8 candidatures à gauche pour une part de gâteau à 25%, avec Taubira en feu d’artifice, celle qui lorsqu’elle était ministre de Hollande voulait vider les prisons et soigner les criminels par des thérapies.

  • Il existe tout plein de catalogues de sophismes dans l'internet.

    Monsieur Tissot serait habillé de quel sophisme ?

  • Houpla la la la.

    Voila que je confonds Monsieur Tissot et Monsieur Macherel.

    Décidemment, dans ces blogs de la TdG les messieurs se ressemblent tous !

  • Je ne comprends strictement rien de ce que dit Chuck Jones. Vite un décodeur svp. Quelqu’un m’aide??

  • Ben ... selon Msieur Daniel, votre discours est habillé d'un sophisme.

    Et comme y'en a plein de différents, je demande juste à Msieur Daniel de montrer sur un catalogue comme celui-ci dessous, lequel vous portez ...

    http://ici.radio-canada.ca/emissions/dessine_moi_un_dimanche/2014-2015/la_chasse_aux_sophismes_inspiration.asp


    Est-ce si compliqué ou malpoli de chercher à bien comprendre Msieur Daniel, pour bien le comprendre de quoi il parle ?

  • Un sophisme est par exemple un syllogisme dont la conclusion est fausse ou absurde. Par exemple celui-ci, que j’apprenais à mes étudiants en classe de philo, et qui les laissaient toujours hilares:

    1. Tout ce qui est rare est cher.
    2. Or les appartements bon marché sont rares.
    3. Donc les appartements bon marché sont chers.

    Certains ne trouvaient jamais l’erreur...

    Cela dit je ne vois toujours pas où dans mon commentaire j’ai commis un sophisme.

  • Oulala....

    Faut-il que j'enseigne un enseignant maintenant. Et de philo qui plus est! C'est pas ma vocation. Je vais faire une exception.

    Il semblerait qu'il n'y a pas que les élèves qui ne trouvent pas l'erreur.

    Pour faire court et à la demande express de l'intéressé:

    https://fallacyinlogic.com/straw-man-argument/

    Je suis trop bon.

    Autrement Schopenhauer est votre ami. On n'étudie pas Schopenhauer en classe de philo ou au cours de sa formation de prof de philo`? Une erreur si c'est le cas. Schopenhauer était le modèle de Hitler. Je dis ça, je dis rien. Et de Friedrich, un temps, qui lui a beaucoup emprunté.

    Merci l'ami Chuck! C'est fou ce qu'il faut pas faire. De nos jours.

    Et dire qu'il y en a qui disent que le niveau baisse: bien sûr je ne suis pas d'accord.

    Maintenant attention à ne pas commettre un nouveau sophisme: Daniel recommande la lecture d'Arthur, Arthur est le modèle d'Adolf, donc Adolf est le modèle de Daniel....

    Je pouffe..., comme disait le regretté Pierre.

  • « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement » disait Boileau. Je conseille de méditer cette petite phrase aux esprits perturbés de Daniel et Chuck. Et enfin aura-t-on peut-être de leur part des commentaires tant soit peu compréhensibles.

  • « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement » disait Boileau. (et Monsieur Macherel)

    Pom pom pom pom.

    Ok ! Donc ...

    "1. Tout ce qui est rare est cher."


    Une éclipse du soleil est rare. Est-ce cher, et alors pour qui ?

  • Je suis plié de rire!

    Merci Chuck!

    Je suis désolé que Christian ne comprenne pas l'Anglais.

    Menfin, il y a:

    https://translate.google.com/

    Et encore un sophisme de la part de notre enseignant en philosophie (à ne pas confondre avec un philosophe, donc).

    J'espère qu'il comprend l'Allemand, sinon voir le lien ci-dessus:

    Letzter Kunstgriff
    Wenn man merkt, daß der Gegner überlegen ist und man Unrecht behalten wird, so werde man persönlich, beleidigend, grob. Das Persönlichwerden besteht darin, daß man von dem Gegenstand des Streites (weil man da verlornes Spiel hat) abgeht auf den Streitenden und seine Person irgend wie angreift: man könnte es nennen argumentum ad personam, zum Unterschied vom argumentum ad hominem: dieses geht vom
    rein objektiven Gegenstand ab, um sich an das zu halten, was der Gegner darüber gesagt oder zugegeben hat. Beim Persönlichwerden aber verläßt man den Gegenstand ganz, und richtet seinen Angriff auf die Person des Gegners : man
    wird also kränkend, hämisch, beleidigend, grob. Es ist eine Appellation von den Kräften des Geistes an die des Leibes, oder an die Tierheit."
    Schopenhauer.

    https://translate.google.com/

  • Eh oui comme dit Schopenhauer faut distinguer attaque ad personam et ad hominem. Mais pour éviter de se croire attaqué ad personam, il faut répondre avec des arguments solides et objectifs. Et pas avec des références sur Google....

  • Ah, parce que "esprits perturbés" c'est un compliment?!

    Je vois. Mais c'est bien sûr! Vous parlez la novlangue.

    Au point où nous en sommes, essayons: vous êtes très intelligent, Christian.

    Référence google? Vous êtes tellement intelligent que vous voyez des choses que je n'ai pas écrites. Le lien précédent n'était pas une "référence", mais une aide pour ceux qui ne comprennent pas l'Anglais ou l'Allemand. La référence, c'est Schopenhauer.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel