- Page 2

  • LE GRAND CROQUEMITAINE

    Imprimer

    C'est un débat qui n'en finit pas et qui pourtant n'aurait pas lieu d'être. Parce qu'il y a des questions qui ne se discutent pas. Tenez, le théorème de Pythagore. Même si ça peut en gêner certains, dans les triangles rectangles, tous, le carré de l'hypoténuse sera toujours égal au carré des deux autres côtés. C'est comme ça, ça ne se discute pas.

    De même, le théorème de l'incompatibilité de l'islam et de la démocratie ne souffre pas d'exceptions. Démonstration : Dans l'islam, la Loi est décrétée par Dieu, Allah en arabe, faudra vous en souvenir, elle est par conséquent parfaite. Lapidation des femmes pécheresses (les mecs sont partis chez les copains en attendant que ça se calme), amputation de la main des voleurs (ça, c'est même dans le Coran V, 38), tout ça, c'est parfait. En face, qu'avons nous à offrir ? De pauvres lois faites par des hommes faillibles, à qui manquera toujours cette étincelle divine qui fait la supériorité de la Charia, faites ou tout au moins approuvées par le peuple, le dèmos, et quelquefois repoussées. Il est clair qu'un musulman pur et dur ne peut pas accepter cela. D'ailleurs, s'il avait quelque velléité de s'intéresser à notre système, le Grand Croquemitaine aurait tôt fait de lui signaler son péché. Sa position est donc incompatible avec la démocratie, CQFD (C'est Qon mais Fallait le Dire).

    On peut donc arrêter le débat avant même de l'avoir commencé, on prend un dernier verre et on rentre chez soi.

    On peut cependant illustrer la chose : deux petits faits, géographiquement éloignés mais parlants. Aux U.S.A., plusieurs cas de manque de respect pour le drapeau américain se sont produits. Lors de certaines cérémonies devant la bannière étoilée, il est impératif de porter la main sur son cœur en signe de respect. Or, des policiers gradés ont refusé de le faire, arguant : If we are practising muslims, we are above the law of the land (Si nous sommes musulmans pratiquants, nous sommes au-dessus de la loi de ce pays). Donc, comme pour le pastis, c'est un Coran sinon rien. Cela me fait toujours rire (c'est ça ou alors j'éclate en sanglots) lorsque j'entends Tarik Ramadan se réjouir qu'à la suite du printemps arabe (?), des pays musulmans tendent à accéder à la démocratie. Il doit parler quand son grand Croquemitaine regarde ailleurs.

    Autre exemple : notre scientoloislamologue (Ron Hubbard Mahomet est son prophète, même débilité) Nicolas Blancho. Il a déclaré sur le plateau d'Infrarouge, pas moins, que si la loi sur le voile intégral passait, il demanderait à ses ouailles, encore peu nombreuses, il est vrai, de désobéir à la loi, ce qui lui a valu d'être vertement remis en place, ouf, par Martine Brunschwig Graf. Certains sont d'avis qu'il faudrait empêcher ce neuronopathe de s'exprimer dans les médias, surtout les visuels. Je suis d'un avis opposé : il faut au contraire le montrer, faire voir comment par sa niaiserie, son arrogance, par l'étroitesse de ses idées guidées par un Livre délétère, il se pose lui aussi en ennemi de la démocratie. Il faut connaître l'adversaire, lui écraser les babouches, moquer son accoutrement ridicule, sa barbe exorbitante, réaliser ce qu'il a de dangereux et de pervers. S'opposer à la règle démocratique, c'est en filigrane demander l'application de la Charia.

    Saint Nicolas oui, saint Nicolas Blancho non.

     

    Que le Grand Crique me croque.

    Lien permanent 4 commentaires
  • QUELQUES ÉPIS GLANÉS ÇÀ ET LÀ

    Imprimer

    Des faits divers en quelque sorte.

    Je commence. Et d'abord un gros épi bien joufflu, un Président, pas moins. Ce monsieur Hollande qui rameute la planète à grand tam-tam, histoire de faire mousser le bol à barbe et montrer à l'Univers quel grand homme il y a en lui : « Voyez, je siffle et il viennent tous, quelle stature est la mienne ! » C'est vrai que notre Simonetta nationale ne serait pas capable d'un tel exploit. D'ailleurs, elle est rentrée dans le rang. Il s'agissait, pour ce grand raout, de limiter les émissions de carbone doublement oxygéné, louable ambition. Mais ce même président, vêtu du Tulle blanc de l'innocence (à défaut de probité candide) est allé en avion-cracheur (de CO2 justement) faire son devoir d'électeur dans le chef-lieu de la Corrèze. Le vote par procuration, il doit pas connaître. À ma connaissance, les journaux français n'ont pas signalé cette contradiction.

    Une information maintenant qui concerne la Suisse et plus précisément les röstis. On apprend de source scientifique que les röstis sont cancérigènes. Tout produit qui contient de l'amidon (les pommes de terre par exemple) et qui est chauffé très fort pour devenir extatiquement doré et croustillant voit alors naître de l'acrylamide, substance cancérigène. Donc, si vous mangez deux kilos de röstis par jour pendant des dizaines d'années, vous êtes bon pour une attaque du crabe maudit. Faut le savoir, notre bien le plus précieux est la santé, les laboratoires (intéressés) ne cessent de nous le dire.

    Récemment, un Auvergnat, je crois, avait fait le pari de boire à la queue leu leu des petits verres de schnick, évidemment pour figurer dans le Guinness Book, ce Livre Saint des imbéciles. Arrivé à plus de cinquante, notre bonhomme s'est écroulé. Aux soins intensifs, on n'a rien pu faire. Cette mort a quelque chose de réjouissant. La connerie n'étant pas passible des tribunaux, aucune loi n'en fait mention, il faut bien que quelqu'un s'en occupe, en l'occurrence la Grande Faucheuse elle-même. C'est bien ainsi.

    Mode : on peut porter ce qu'on veut, voile, niqab, burka, djellaba, turban, fez. Mais pas la chemise à motif d'edelweiss, jugée raciste et provocante. Dans la foulée, on peut prévoir que la Fête fédérale des costumes sera supprimée, cette manifestation ridicule où des femmes s'affichent avec les styles vestimentaires de leur canton, scandaleux étalage d'un cantonalisme exacerbé propre à mettre mal à l'aise des étrangers réfugiés chez nous, faut pas leur faire de la peine. D'ailleurs, il faudra songer à bannir tout ce qui fait de la Suisse un pays à part, Bruxelles nous le reproche assez : fêtes de gymnastique, lutte au caleçon (attention à la dyslexie !), yodel, combats de vaches et j'en oublie. Allez, tous dans le même moule anonyme, je ne veux plus voir un bredzon.

    Un dernier petit fait divers ? Nous avons un nouveau Conseiller fédéral, un monsieur Parmelin, un brave homme, je crois, bien que ou puisque Romand. Mais connaissez-vous cet effroyable détail : il est de droite !

    Dormez bien quand même. Et meilleure année, parce que la précédente, hein !

     

    Nous sommes sur cette Terre pour rire. En enfer, ça ne sera pas possible et au paradis, ça ne serait pas convenable. (Jules Renard)

    Lien permanent 0 commentaire