Le blog d'André Thomann - Page 4

  • EN FAIT, ON N’Y CONNAÎT PAS GRAND CHOSE

    Imprimer

    Notre bien-aimée planète est la cible de deux attaques inquiétantes, le covidus et le réchauffement climatique. L’une n’a rien à voir avec l’autre mais les deux sont la cause de nombreux morts sans qu’on y puisse grand-chose.

    Certes les savants s’interrogent et fournissent parfois des remèdes. On est bien content, tout va s’arranger. Dans les deux cas, une discipline de fer et bientôt on n’en parlera plus. Tenez, si nous nous faisons vacciner jusqu’au dernier, la pandémie va disparaître comme elle avait apparu, sans faire d’histoires. Mais il ne faudrait pas que certains regimbent sous divers prétextes, il y a un gouvernement qui soumettra les récalcitrants, quitte à faire entrave à certaines libertés ou à la liberté tout court.

    Le problème, c’est qu’on ne sait pas grand-chose de ce covidus. Il viendrait (on va mettre le conditionnel tout au long) de Chine, il aurait échappé d’un laboratoire, les Chinois l’auraient fait déferler exprès sur le monde pour créer un chaos favorable à leurs visées hégémoniques. Il montrerait plusieurs variantes qui demanderaient des soins toujours plus adaptés. Soit des vaccinations plurielles sur le même individu sur un laps de temps variable.

    Quid de ces vaccins ? Il semble que les labos les ont fait apparaître bien vite, un sceptique les dirait sortis d’un chapeau. Sont maudits, les sceptiques, ça ne croit à rien. Puisqu’on (le gouvernement) leur dit qu’ils sont efficaces et sans danger. Rien n’y fait. Ils prétendent qu’un vaccin ne se conçoit pas comme ça en quelques mois, qu’il faut une période d’observation des résultats si résultats y a, sinon retour aux éprouvettes. Et que cela prend du temps. Plus que le temps limité que les labos nous ont offert. Si on est vraiment regardant, on s’aperçoit par ailleurs que l’efficacité du vaccin est loin d’être prouvée. Il se trouve que des vaccinés retombent malades, qu’ils peuvent contaminer malgré tout, bref, on n’est pas à 100 % de réussite. Sans compter que le vaccin peut être dangereux pour des personnes fragiles, les archi-vieux par exemple.

    Et puis il ne faut pas se faire d’illusions, le but de BIG PHARMA n’est pas de sauver l’humanité mais de s’en mettre plein les fouilles le plus vite possible. On voudra bien tenir compte de cette donnée.

    Quant au réchauffement climatique, même perplexité. On a créé cette notion au nom ronflant de gaz à effet de serre. Ce gaz a deux origines : le CO2 fourni par les véhicules au moteur à combustion interne et aux pets de millions de moutons que la Nouvelle-Zélande nourrit dans ses prairies lointaines. La solution serait alors que nous ne mangions que des légumes, crus de préférence, que nous irions chercher à pied chez le maraîcher qui les produit. Simple et efficace.

    Mais il y a peut-être autre chose. Des chercheurs méfiants ont découvert que les dérangements climatiques existent depuis bien avant notre période contemporaine et que par exemple une mini période glaciaire s’est produite vers la fin du 17ème siècle. Et qu’une période plus chaude l’aurait précédée (je simplifie). La cause de ces variations serait d’une part de fortes éruptions volcaniques qui envoyaient des nuages de particules qui empêcheraient les rayons du soleil de nous parvenir. D’autre part le soleil lui-même aurait sa part de responsabilité par la variation d’intensité des taches. Devrait se laver plus souvent.

    On reproche à nos gouvernements (tous) de n’en pas faire assez contre ce dérangement du climat. Qu’ils se bougent un peu. Première mesure : suppression des éruptions volcaniques. Ensuite s’occuper de régler la question de taches solaires. C’est pourtant simple.

    Pour ma coda et pour la bonne humeur, une petite blague :

    Il est question d’envoyer un homme sur le soleil.
    Vous n’y pensez pas, il brûlerait tout de suite.
    On l’enverrait la nuit.


    P.-S. Au moment de mettre sous presse, j’apprends que les 24 heures du Mans vont se dérouler sous peu. Va y avoir bézef de CO2 dans l’atmosphère de la Sarthe.

    Lien permanent 43 commentaires
  • RIEN À FOUTRE DE MESSI

    Imprimer

    Comment ? Vous ne connaissez pas Messi, jamais entendu parler ? Mais sur quelle planète vivez-vous ? Messi est ce joueur de foot argentin qui a joué au Barça et qui a décidé pour des raisons qui lui sont propres (peut-être des raisons pécuniaires) de venir traîner ses guêtres au PSG où il était attendu fébrilement. Certains ont même, en jouant sur son patronyme, parlé de la venue du messie. Fallait oser !

    Certes la foule nombreuse de ses supporters venue attendre l’arrivée de son avion à Paris indique bien qu’il s’agissait d’un évènement d’importance. Tous les journaux en ont fait leur une. Photos à l’appui. Lesquelles montrent des hommes et des femmes qui se foutent royalement des consignes sanitaires, pas ou peu de masques, pas de distances réglementaires entre les participants, bref des attitudes qui vaudraient normalement l’intervention de la police. Mais vous ne voyez tout de même pas Macron demander aux forces de l’ordre d’intervenir dans une manifestation qui pour une fois ne lui était pas hostile. Bien au contraire, on se plaît à penser que de tels mouvements de foule, c’est lui qui les suscite avec l’appui de la presse à ses ordres qui en a donc fait des tonnes. Tant que ces jobards s’excitent sur la charismatique présence d’un sportif, ils en oublient mes décrets discutables. C’est moi qui gagne.

    Messi, c’est donc la perfection. De l’Antiquité à nos jours, on n’avait jamais vu jouer au foot avec une telle maestria. D’où la satisfaction et la fierté du PSG d’avoir pu se l’approprier et en faire la vedette d’une équipe déjà prestigieuse. Dans les prochains matches, on va voir ce qu’on va voir. Ce Mozart des pieds va vous montrer ce que c’est que taper dans un ballon.

    Ses fans en sont convaincus. Sur des photos, on les voit gesticulant d’enthousiasme, certains semblent même dans une extase quasi religieuse. Que dis-je quasi ? Le foot est devenu une religion, les églises se vident, les stades se remplissent et les joueurs officient. Je ne suis pas sûr qu’on ait gagné au change. On va continuer avec la piété, avec des saints différents, saint Pelé, saint Maradona, saint Messi. Avec des miracles : un but miraculeux (on lit ça souvent). Dieu n’a qu’à bien se tenir, il y a de la concurrence.

    Certains ont confié leur enthousiasme aux journaux. Des centaines de lettres de lecteur et alors là un festival de fautes d’orthographe. À croire que les supporters du foot se recrutent dans les couches analphabètes de la population, mais je ne vais pas calomnier.

    C’est plus fort que moi mais ce Messi me fait penser à Hitler. Certes je ne le vois pas lever une armée pour envahir la Russie ou perpétrer un nouvel holocauste, mais c’est ce culte de la personnalité qui me gêne, ce heil Messi qui semble être dans toutes les bouches. Ce besoin d’un homme providentiel, ce diamant qui manquait à la couronne du PSG, quelle dérision !

    Tenez, pour remonter un peu la pente, ma coda sera une citation écolo-sportive de l’ami Geluck :

    Chaque minute en Amazonie on déboise l’équivalent de 60 terrains de football. C’est idiot, il n’y aura jamais assez de joueurs.

    P.-S. On attend toujours l’annonce par les footballeurs occidentaux du boycott du championnat du monde qui doit avoir lieu l’an prochain au Qatar, pays totalitaire et esclavagiste. Bon il faut exclure Messi et ses collègues du PSG, ils sont arrosés par ce pays, on va pas tout de même cracher dans la soupe.

    Lien permanent 4 commentaires
  • L’ÉCATION NATIONALE

    Imprimer

    J’avais en son temps signalé la prononciation précipitée de la ‘Rélution française’. Et ça continue, j’ai aussi entendu ‘la xinationbligatoire’. On entend ces horreurs sur les radios françaises, France inter et France info. Vous me direz que je n’ai qu’à pas les écouter mais il se trouve que ce qui se passe dans ce pays voisin en pleine guerre civile ne m’est pas indifférent. J’ai peur que la Suisse pour le moment encore debout ne soit contaminée.

    Où en étais-je ? Les prononciations délirantes. Ceux qui avalent les syllabes et qui ne tiennent pas compte de la compréhension de ce qu’ils profèrent commettent deux impolitesses, d’abord à l’égard des auditeurs qui aimeraient bien savoir de quoi ça parle, ensuite à l’égard de la langue française qu’ils massacrent. Les Français savent nous dire que leur langue est belle, dans leurs oreilles la plus belle de toutes. Mais ça n’est pas acceptable. Il n’y a pas de langue qui serait plus belle qu’une autre, il n’y a que de bons et de mauvais locuteurs.

    Or, les Français qui parlent ainsi à toute vapeur massacrent justement leur langue dont ils nous disent le plus grand bien. Même si on arrive quelquefois à les comprendre, leur débit est désagréable à l’oreille. Ce qu’ils n’accepteraient pas au théâtre ne doit pas se pratiquer à la radio. Accepterait-on sur une scène ceci :

    Carauxâmesbiennéeslavaleurnattendpaslenombredesannées

    Ou encore :

    Cestvenustoutentièreasaproieattachée

    L’acteur se ferait huer.

    Qu’on comprenne bien ceci : il n’est demandé à personne de parler lentement mais de parler normalement comme on fait dans une conversation entre amis. J’ai rencontré un jour un de ces énergumènes et je lui ai demandé s’il parlait toujours comme ça, il avait l’air de ne pas comprendre le sens de ma question. La fameuse phrase péjorative ‘il s’écoute parler’ pourrait devenir le moyen d’une amélioration du débit de ces messieurs-dames : écoute-toi parler l’ami et vois, ou plutôt entends ce que tu fais faux.
    Je ne me fais évidemment pas d’illusions, il n’est pas pensable que les blogs de la Tribune soient lus par ceux qui sont concernés ici. On va donc continuer à les entendre débouler leurs textes. Mais j’aurai essayé.

    Pour ma coda, je vous demande ceci : lisez à haute voix et normalement ces deux vers de Baudelaire :

    Et dont l’unique soin était d’approfondir
    Le secret douloureux qui me faisait languir.


    Alors là oui, la langue française est fichtrement belle.

    Lien permanent 6 commentaires