Le blog d'André Thomann - Page 5

  • ANUS HORRIBILIS

    Imprimer

    Anus avec un seul n, vous allez voir pourquoi.

    Vous serez d’accord que beaucoup de bonnes choses nous viennent des U.S.A., le vaccin Salk, les chansons-culte de Frank Sinatra (Strangers in the night, Something stupid) les pare-chocs chromés, tout cela nous vient de là-bas. Et nous en sommes bien aises.

    Mais il est vrai aussi que dans les bas-fonds intellectuels de ce beau et vaste pays, on trouve des farceurs (comment les appeler autrement ?) qui inventent des théories grotesques que des gogos avides d’être à la pointe de la stupidité mettent en pratique.

    Un exemple : un de ces gourous californiens de la santé émet ce principe proprement faribolesque* que l’anus exposé au soleil faisait gagner en vitamine D. Ce qui est vrai, c’est que les rayons fournis par le soleil sont bénéfiques à notre système osseux, mais de là à en faire de notre trou du cul** la cible privilégiée, on hésite. J’ai d’abord cru à une farce ou un bobard. Mais non, on voit une photo de trois messieurs, de dos, les jambes en l’air se faisant dorer le postère et particulièrement sa partie centrale, l’orifice. Car notre gourou fait des adeptes parmi les gogos branchés.

    Il faut évidemment souhaiter que nos trois zèbres ne soient pas pris ‘de face’ et que leur photo ne soit pas répandue urbi et surtout orbi. Si je veux me réjouir l’œil, ça n’est pas eux que je choisirais mais plutôt les jolis petits roberts de cette Vénus sortant de l’onde dans ce précieux tableau de Botticelli. Chacun ses goûts.

    Remarquez qu’en Europe, il y en a aussi qui ont la comprenette en berne. On apprend par exemple que la consommation de la bière Corona a chuté dans l’hexagone pour une question d’homonymie. Rien à ajouter.


    * Je suis partisan d’un français riche et joyeux, libéré des entraves du dictionnaire et des pédants. Le mot faribole existe, il n’y a pas de raisons de ne pas accepter l’adjectif qui en est dérivé, même si le correcteur de mon internet s’y oppose.

    ** Le mot cul, dans bien des usages, n’est pas grossier. Cul-de-sac, boire cul sec ne ferait pas rougir une marquise. Donc, l’usage que j’en fais ici ne fait qu’exprimer une réalité anatomique incontournable et doit rester acceptable. En revanche, désigner une personne par ce vocable est grossier même si c’est justifié. Vous ne verrez jamais cela sous ma plume, je ne l’utilise qu’oralement, ça oui.


    Pour ma coda, le début d’une chanson paillarde :
    Faut-il avoir du poil au…
    Cliquez sur ces mots pour l’avoir en entier et chantée avec verve par ce gredin de Pierre Perret.

    Lien permanent 4 commentaires
  • NON, ALLAH N’EST PAS MISÉRICORDIEUX

    Imprimer

    Même si le Coran le répète à longueur de sourates, même si Hani Ramadan en est persuadé, ce Salaud nous balance dans les gencives ce coronavirus dont nous nous serions bien passé. Notre pauvre planète se débat avec des problèmes sans fin, les migrations, le climat, les cours de bourse, une bouffe convenable, les guerres religieuses, et Machin vient avec son virus international que nous avons peine à juguler.

    À moins qu’il ne s’agisse d’une opération du trio, Yahvé, Dieu des chrétiens et Allah, car ils sont trois dieux uniques (ce qui fait toujours rigoler) à tenir boutique là-haut. On ne me fera pas croire que Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils en sacrifice (quelque part dans l’évangile de Jean).

    Dieu, quel que soit son état civil, ne nous aime pas vraiment. Il nous a créés violents, impétueux, haïssant notre voisin, fomenteurs de guerres, tricheurs. Et l’homme, détenteur de ces mauvaises cartes, se voit accusé de péché s’il entendait s’en servir.

    Cette notion de péché m’échappe complètement. Si je comprends bien, le pécheur est celui qui nuit à autrui, or, je ne crois pas que j’aie sciemment nui à quiconque, c’est pas mon truc. Mais alors intervient le péché originel, je serais pécheur de naissance, sans que j’y sois pour quoi que ce soit. Cela va à l’encontre de cette autre notion qui est la présomption d’innocence, admise par les tribunaux humains, les seuls auxquels je pense devoir me soumettre le cas échéant.

    On voit très bien nos trois lascars en train de paniquer : notre éternité est en danger, il faut faire quelque chose. Allah déclara qu’il n’était pas inquiet, qu’il avait ses troupes bien en main, mais qu’il était disposé à aider les deux autres. Yahvé eut peur pour ses juifs qu’il avait drillés pour l’hégémonie mondiale, l’argument fétiche des antisémites (là il était en concurrence avec Allah qui avait les mêmes visées) et qu’il fallait être prudent. On parla tsunami, éruption monstre d’un volcan encore en état de marche (oui certains sont morts, une négligence d’un des Créateurs) mais ces actions ne pouvaient avoir qu’un impact géographique limité. On finit donc par choisir le corona et de l’envoyer d’abord dans un pays très peuplé pour plus d’efficacité, la Chine. Et ce fut une réussite. Le trio se frottait les mains.

    Elle est pas jolie, ma petite histoire ? Si vous voulez plus débile encore, voyez l’Ancien Testament, le soleil qui s’arrête, les fortifications qui tombent au son de la trompette, sans parler de la résurrection de Lazare dans le Nouveau. Des histoires incroyables comme s’il en pleuvait.

    Si vous êtes comme moi réfractaires à ces histoires et si vous pensez aussi que Dieu, sous quelque sobriquet qu’on le connaisse, est coupable d’un certain nombre de ratés dont nous sommes victimes et qui sont inadmissibles chez un Créateur qui se dit ou qu’on dit parfait, alors vous direz aussi que pour sa défense, le mieux sera de déclarer qu’il n’existe pas.


    Pour ma coda, je ne peux que citer le philosophe Nietzsche :
    Dieu est mort, Dieu est mort et nous l’avons tué.

    Lien permanent 6 commentaires
  • JE SUIS HARCELÉ

    Imprimer

    Non pas par des jeunes femmes séduites par mon physique exceptionnel, mais par une officine lausannoise qui voudrait que je m’intéresse à l’astrologie et accessoirement que je leur laisse quelques sous.

    Au premier téléphone, j’ai répondu poliment que l’astrologie ne m’intéressait pas. Et j’ai raccroché. Au deuxième, le ton est déjà monté d’un cran, à trois puis quatre, je reconnais avoir été grossier, j’étais poussé à bout. Si l’astrologie doit aboutir à une meilleure connaissance des êtres et des choses, ces messieurs-dames de Lausanne devraient avoir lu dans les astres que l’être Thomann avait l’astrologie en nulle estime.

    Pourtant je reviens de loin. J’avais un oncle en Argovie où je passais mes vacances d’été chez ma grand’mère et où j’ai appris le dialecte. Cet oncle travaillait dans la grande usine du coin la journée et donnait le soir des consultations astrologiques, histoire d’améliorer ses fins de mois. C’est ainsi que j’eus droit à mon thème astral. Pour son neveu, ce fut gratuit.

    Je dis cette seule chose en sa faveur : il était absolument convaincu de ce qu’il racontait et de l’honnêteté de sa démarche. Il m’expliquait d’un ton pénétré, en considérant ma date et mon lieu de naissance, que Jupiter (der Youpiter) avait fait ami-ami avec Saturne, mais avec Mercure en embuscade, quelque chose comme ça. J’avais quinze ans et j’écoutais ça avec intérêt, c’était dit par un adulte, un vrai et son ton était de bon aloi.

    Mais il est vrai que j’eus tôt fait d’oublier les explications du tonton et quand plus tard on me demandait de quel signe j’étais, je faisais l’idiot, j’affirmais avec vigueur que j’étais d’aucun signe. « Mais voyons, tout le monde a un signe. C’est quoi, ta date de naissance ? » « Ça, je ne te dis pas, car tu vas m’abrutir de mensonges astrologiques et si on peut éviter ça… Parlons d’autre chose, tu veux ? ».

    On est étonné du nombre de bipèdes qui estiment l’irrationnel ‘vous pouvez pas dire qu’il n’y a pas quelque chose de vrai sur l’influence des astres, le tarot, la voyance, la télépathie, l’influence du prénom...’

    Ah bon ? Voyons cela d’un peu plus près. Prenons par exemple le prénom. Je clique sur Personnalité de votre prénom et je lis que André, en gros n’a ni vices ni défauts, tout au plus des faiblesses qui peuvent lui nuire s’il a affaire à des ingrats. André est honnête, il a le sens du devoir et aime rendre service aux autres. Avec les femmes, il est un gentleman romantique. Bref, c’est un type bien, ce que je savais déjà, mais le voir confirmé dans le magazine Elle, voilà qui booste mon ego. Autosatisfaction !

    Assez ri ! Les horoscopes, les cartes, la boule de cristal, le marc de café (oui, il existe une caféomancie, vous cliquez sur Marc de café prédictions si vous voulez rigoler un bon coup) sont des billevesées qui ont cours depuis plus de quatre mille ans et qui n’arrêteront jamais.

    J’ai été prof d’anglais. La difficulté dans ce métier est d’essayer de faire parler les élèves dans la langue enseignée. Il y a les timides, les taiseux, ceux qui voudraient bien parler mais qui ne s’expriment pas de peur de faire des fautes. J’étais cependant parvenu à un résultat satisfaisant en lisant avec eux Asimov, le prodigieux auteur américain de science-fiction. Il avait aussi écrit des ouvrages de vulgarisation d’où je puisais un texte sur l’astrologie. Asimov n’hésitait pas à la qualifier d’excrément of the male bovine, soit en un seul mot grossier mais vigoureux bulls..... ! Je ne cachais pas que je partageais avec Asimov cette réprobation, mais alors miracle, des mains se levaient dans la classe pour contrer Asimov et le prof en même temps : But sir… ! Ces bons petits collégiens et collégiennes, en principe en révolte contre le monde adulte dont ils ne faisaient pas encore partie. Mais là, il ne fallait pas dire du mal de l’astrologie et ils tenaient à le faire savoir. Je jubilais, mes élèves parlaient ! Bon, c’était pour dégoiser ces inepties très anciennes et cela prouvait qu’elles étaient encore bien vivaces. Je suis pessimiste.


    Pour ma coda une blague très ancienne mais qu’il est bon de rappeler de temps à autre.
    Un quidam va frapper à la porte d’une voyante. De l’intérieur il entend Qui c’est ?
    Il est reparti.

    Lien permanent 2 commentaires