Le blog d'André Thomann - Page 5

  • LES JUIFS NOUS FONT RIRE

    Imprimer

    Figurez-vous que les auteurs de cette inoubliable chanson ‘Madame la marquise’, chanson qui nous fait rire depuis bientôt cent ans, étaient juifs, Paul Misraki pour les paroles, Ray Ventura pour la musique. J’ai entendu cette chanson quand j’étais gamin et je me marre encore maintenant. Et comme tout le monde, j’utilise son titre ironiquement pour signaler que tout va très bien. Nous sommes bien redevables à ces juifs-là.

    Il y avait déjà Offenbach, avec ses opéras-farces qui faisaient rire le public du Second Empire et au-delà. Et qui n’a pas siffloté encore maintenant un air de la Belle Hélène ou d’Orphée aux Enfers ? Moi je réussis plutôt bien le Galop Infernal, il me met de bonne humeur. Les Juifs convoitent d’être les maîtres du monde, nous disent les antisémites. En islam on y croit dur comme fer. Le Protocole des Sages de Sion, un faux avéré est un best-seller en pays musulman. Mais s’il s’agit d’une dictature sous le signe de l’humour, je suis preneur.

    Les Juifs sont partout, se plaignait-on déjà sous la Troisième République. L’armée avait été vérolée par le traître Dreyfuss, un youpin, il a fallu des hommes courageux et raisonnables comme Zola ou comme Anatole France pour mettre un peu de raison dans la tête des Français. Lorsque Léon Blum devint chef du gouvernement, ce fut un cri d’horreur chez certains : ‘Vous vous rendez compte, nous avons un Premier ministre juif !’ Et de se pincer le nez. Sauf que ce Juif instaura les congés payés qui permirent au prolétariat de voir enfin la mer, entre autres avantages.

    Il est sans doute inutile de savoir qu’André Citroën, le créateur de la marque était juif. Cela a eu cependant pour effet qu’Adolphe Hitler a toujours refusé de monter dans une Citroën. Il se serait déjugé. Petite cause, grands effets.

    Les Juifs sont partout, aussi en sciences. Par exemple ils trustent les prix Nobel. Qui s’en plaindra si cette excellence débouche sur des découvertes favorables à la santé. Tenez, le vaccin Salk a fait que la paralysie infantile a pratiquement été éradiquée dans la plupart des pays. Sauf paraît-il l’Afghanistan et le Pakistan, deux pays musulmans, dont l’un s’était illustré naguère en chassant les vaccinateurs qui prodiguaient justement le sérum sauveur. Un vaccin découvert par un juif, vous pensez, c’est un poison qui est dans la seringue, pour tuer nos bébés.

    C’est l’antisémitisme de l’islam dans toute sa virulence. Mais comment expliquer aux musulmans qu’ils sont aussi des sémites ? Les Sémites ne sont pas une race ni une ethnie ni une nation, c’est simplement des populations qui parlent une langue sémitique, avec des variantes, les uns disent shalom, d’autres salam et ça se vaut.

    Bon, les uns se disent le peuple élu mais les autres ne sont pas loin de dire la même chose des musulmans dans le Coran. Les deux ont faux bien sûr puisque le peuple élu, c’est le peuple suisse avec Dieu (Allah, Yahvé ?) à la verticale du Gothard. D’ici que nous soyons à notre tour persécutés…

    Ma coda est sur un nom qui apparaît dans ce texte. Elle réjouira les amateurs de rabelaiseries :
    On parle de tension entre la Chine et le Pakistan.

    Lien permanent 11 commentaires
  • LES CONNERIES DE LA SEMAINE

    Imprimer

    J’en ai repéré deux, bien fumantes. La première nous vient des États-Unis, toujours eux. Il s’agit de la pièce de Sartre ‘Huis clos’. Une pétition américaine obéissant au climat du temps demande de ne pas la jouer. Le motif de ce refus est un peu abscons.
    ‘Le texte de Sartre est problématique parce qu’il stéréotype les femmes et les lesbiennes et place l’homme en quasi-leader, ce qui perpétue le patriarcat.’ De bien grands mots : stéréotype, patriarcat, ben dis donc ! Et même si c’était vrai, ça serait simplement la vision des choses par Sartre. Il est utile de connaître cette vision pour savoir comment ça se passait dans le passé. Juger les choses d’alors avec les critères d’aujourd’hui conduit à une négation de ce passé qui ne permet pas de comprendre le présent et encore moins d’envisager le futur. On est en pleine destruction.

    La pièce serait également inappropriée parce qu’elle se déroule dans une seule pièce dont les personnages ne peuvent sortir, ce qui serait mentalement éprouvant pour des spectateurs eux-mêmes confinés par la pandémie. Chochotte ! Émouvant ce souci du bien-être du public. J’ajoute que la pétition vient des étudiants d’une université des U.S.A. On peut se demander comment cette université forme ses étudiants quand on voit le résultat.

    Le second épisode de ma saga hebdomadaire c’est l’affaire de la bouteille d’eau d’Évian. Là. c’est vraiment la goutte d’eau qui a mis le feu aux poudres. Évian fait une pub raisonnable qui rappelle aux bipèdes que nous sommes qu’il faut s’hydrater et cela même si on n’a pas soif. C’était libellé ainsi : ‘Et vous, avez-vous déjà bu un litre d’eau aujourd’hui ?’ Sous-entendu, ça serait bien que ce soit avec l’eau que nous produisons. Rien a objecter en somme. Évian n’en est d’ailleurs pas à sa première pub du genre qui joint le souci de notre santé avec un flair certain du bizness.

    Seulement voilà, cette pub-ci paraissait le premier jour du ramadan. Une connerie. Aussi des musulmans acariâtres (si, si, ça existe) se sont sentis offensés. Encourager à boire de l’eau alors qu’eux sont privés d’en boire, scandale ! Et d’entonner le chant des victimes, qu’ils connaissent par cœur. Alors la firme Évian, embarrassée, y va d’une seconde connerie, elle s’excuse.

    Nous vivons une époque de trouille. Les musulmans menacent et aussitôt on s’affale, on se répand en humbles salamalecs, on regrette, ah, là là ! Au lieu de cette attitude abjecte, on pourrait expliquer aux musulmans qu’ils ont tout faux. En effet, si le Coran prescrit le ramadan, il reste vague sur ses modalités. Il dit simplement qu’il ne faut ni manger, ni boire entre le lever et le coucher du soleil. On pourrait reprocher à Allah de mettre la santé du croyant en danger (ce que ne fait pas Évian) en l’empêchant de boire la journée, ce qui peut avoir des conséquences graves. Voyons un peu. Un jeûne, c’est s’abstenir de nourriture pendant un temps donné. Or l’eau n’est pas stricto sensu un aliment. Elle ne contient pas de calories, elle ne fait pas grossir, elle ne se mâche pas. Elle est neutre et en Suisse, on peut boire celle du robinet sans problème. Les médecins non-musulmans demandent instamment de boire pour ne pas, à un moment donné, tomber dans les pommes.

    Alors au lieu de vitupérer Évian et jouer les persécutés, les jeûneurs feraient bien de se payer un verre d’eau de temps à autre. On ne me fera pas croire qu’Allah, dont chaque sourate me dit en exergue qu’il est miséricordieux se fâcherait tout rouge pour avoir vu quelqu’un se désaltérer. Voyons, voyons, on se calme.


    Pour ma coda un renseignement : l’eau d’Évian est acratopège.
    Ce qui veut dire qu’elle ne contient pas de sels minéraux. Je vous sens tout joyeux d’avoir appris ça.

    Lien permanent 7 commentaires
  • JE NE RECONNAIS PLUS OLD ENGLAND

    Imprimer

    J’ai fait plusieurs séjours de longue durée en Angleterre. J’y ai étudié et j’y ai enseigné. Et surtout j’y ai appris à connaître les Anglais. Un peuple fameux. S'il semble que les Français s’identifient à la France, les Anglais m’ont apparu s’identifier surtout à eux-mêmes. On entendait peu la phrase commençant par ‘we English...’ Ou alors c’était sous la forme de boutade. Si je m’enquérais de l’origine d’un usage anglais curieux, la réponse était : ‘Because you see, God is English.’

    Tout cela semble avoir changé, si j’en crois ce dernier fait divers qui nous vient d’Albion. Effrayant ! Dans un cours de religion (dans ma grammar school, ça s’appelait divinity) un prof montre la désormais fameuse caricature de Momo de Charlie Hebdo. On ne sait pas dans quelle intention pédagogique mais c’est sans importance.

    Ça n’a pas manqué. Un des élèves (pas dix ans !) est allé cafter auprès de son père qui n’a fait qu’un bond (l’agilité des musulmans est légendaire) et est allé réunir des coreligionnaires pour manifester devant l’école sacrilège. Pour demander qu’on révoque dare-dare le prof criminel. Aussi sec.

    La réaction de l’école a été lamentable. Elle n’a pas envoyé ces messieurs (on ne voit pas de dames sur la photo) au diable en leur signalant que l’Angleterre est par excellence une terre de liberté et qu’un prof est libre de concevoir à sa guise son enseignement, dans les limites fixées par la loi ; qu’au demeurant une caricature est faite pour signaler un défaut de celui qui en est l’objet, défaut physique (les oreilles en feuille de chou du prince Charles) ou moral, et qu’ainsi elle a sa justification dans l’arsenal des critiques qu’on peut faire sur autrui. Et que celle qui montre Mahomet avec une bombe en guise de turban pouvait bien détenir une parcelle de vérité si on considère la somme de violences dont ses adeptes sont capables. Sans compter la carrière de violences du personnage lui-même. Et qu’ainsi ces messieurs étaient priés de se disperser…

    Au lieu de cela, l’école s’est répandue en plates excuses, elle était désolée de ce qui était arrivé, qu’elle ne le ferait plus, que le prof serait renvoyé fissa ; elle a demandé ce qu’elle pourrait faire pour apaiser leur juste colère, bref une attitude de dhimmi qu’on n'attendait pas d’un Anglais, enfin d’un Anglais tel que je les ai connus à l’époque où Britannia roulait encore les ouèvzes et qui était une attitude churchillienne si l’on peut dire. Pas de soumission à l’adversaire !

    Le problème avec les musulmans, c’est qu’il font une fixation sur leur prophète qui frôle le dérangement. Bon, certains chrétiens aussi avec le Christ et aussi la Vierge, avec ce que cela comporte de dogmes navrants, l’absence de péché, l’immaculée conception, la montée au ciel, auxquels il est bien impossible de croire. Mais quand j’entends un musulman, et pas qu’une fois, dire qu’il révérait Mahomet plus que ses propres parents, je me dis qu’on est là dans le fanatisme le plus virulent. Fanatisme qui sert les puissants, religieux ou non, pour maintenir les croyants dans la soumission et punir les récalcitrants. Rien ne prouve d’ailleurs que Mahomet (ni les deux autres personnages cités) ait existé. Des califes rusés auraient pu, bien plus tard, bricoler une biographie à peu près plausible d’un guerrier arabe d’une époque ancienne et ni vu ni connu on en fait une sorte d’idole, en ayant soin d’y ajouter ce qu’il faut de surnaturel pour bien convaincre les âmes naïves. Parce que, pardonnez-moi, mais le coup de l’archange Gabriel secrétaire du Patron qui dicte à l’analphabète Mahomet, ça fait un peu beaucoup. S’il y en a qui marchent dans la combine, tant pis pour eux, mais qu’ils ne viennent pas nous envahir, nous avons assez de nos propres superstitions. Les Anglais sont victimes de cette invasion poisseuse, on ne peut que les plaindre.


    Ma coda :
    God save néanmoins the Queen.

    Lien permanent 4 commentaires